- Page 5

  • Ce matin le ministre Lutgen était à Lanaye

    _DSC0026.JPG

    Ce matin, Benoît Lutgen, Ministre wallon des travaux publics a lancé officiellement le début des travaux de la nouvelle écluse de Lanaye. en présence de nombreuses personnalités du monde politique la borne frontière n° 48 a été retirée, une partie de la nouvelle écluse se trouvant en territoire hollandais.

    En Wallonie, le réseau fluvial est un des plus denses d'Europe. Ses 450 Km de voies navigables permettent le transport annuel de plus de 40 millions de tonnes de marchandises. Actuellement, pas moins de 400 sociétés employant plus de 15.000 personnes sont établies sur des terrains portuaires régionaux.

    La modernisation des infrastructures doit permettre à l'échéance de 2020, de supprimer le passage annuel de 500.000 camions de 30 tonnes sur l'E42. Cette réduction sensible du nombre de poids lourds permettra d'améliorer de façon sensible la sécurité sur nos routes, ainsi que la mobilité. L'impact sur l'environnement sera également positif : la navigation intérieure consomme, par tonne transportée,  entre 3 et 6 fois moins d'énergie que le transport routier. Un camion émet entre 80 et 100 gr de CO2 par tonne transportée au kilomètre, alors qu'un bateau dans les mêmes conditions n'en émet que 30.

    En Wallonie, l'écluse de Lanaye est la seconde en importance en terme de transit : 10,3 millions de tonnes de marchandises en 2010. Arrivée à saturation, toute avarie peut entraîner des interruptions de navigation préjudiciables à l'activité économique de nos entreprises. (Actuellement le site de Lanaye comporte 3 écluses, dont 2 au gabarit de 600 tonnes. L'une de celles-ci est hors d'usage, et la seconde montre des signes évidents de vieillesse. Ce matin, la première partie de la descente du "Pays de Liège" s'est effectuée grâce aux fuites... Il a fallu attendre que le sas soit partiellement vidé pour pouvoir laisser s'échapper l'eau normalement. Le moteur de commande de la vanne n'a plus la puissance nécessaire. NDLR)

    Compte tenu de l'augmentation du trafic et du gabarit des barges et péniches, il fallait donc homogénéiser la taille des écluses en Meuse liégeoise et namuroise. Les installations de Lanaye seront donc complétées par une nouvelle écluse de grand gabarit permettant le passage de bateaux de 9.000 tonnes. Cette écluse, longue de 225 mètres et larges de 25 sera dconstruite à l'est de la grande écluse actuelle. La durée prévue des travaux est de 42 mois. L'investissement total s'élève à 120 millions €. La Sofico en prend 84 en charge, 27 sont subsidiés par des fonds européens et 9 seront financés par les Pays-Bas. En effet, ce nouvel ouvrage permettra à la navigation, par le canal Juliana, de rejoindre la Meuse à Maastricht.

    Outre l'apport économique de cet investissement pour le port autonome de Liège, une attention particulière a été apportée au respect de l'environnement. Une station de pompage sera installée afin de limiter les pertes en eau et une centrale hydro-électrique sera associée à l'écluse pour produire l'électricité nécessaire lorsque le débit de la Meuse sera insuffisant. Une île sera créée en territoire néerlandais pour augmenter la biodiversité et le site de la fray§re sera étendu. Enfin, les matériaux nécessaires seront acheminés par voie d'eau. Ajoutons encore qu'une centrale à beton est en construction à proximité afin d'éviter un nombreux charroi.  

    Album photo dans la marge. 

     

     https://vise.blogs.sudinfo.be/album/debut-des-travaux-a-l-ecluse-de-lanaye/

     

  • Les photos des premières des établissements de Visé ville

    _DSC0034.JPG

    Ecole communale de Devant le Pont : classe de Madame Jacobs

     

    _DSC0037.JPG

     

    Ecole communale de Devant le Pont : classe de Madame Cao

     

    _DSC0054.JPG

    Athénée Royal de Visé : classe de Madame Cécile et de Juffrouw Joke

     

    _DSC0057.JPG



    Athénée Royal de Visé : classe de Mesdames Michel et Sarah Lee

     

    _DSC0063.JPG

    Institut du Sacré Coeur : classe de Monsieur Gerday et Monsieur Bourgraff

     

    _DSC0065.JPG

    Institut du Sacré Coeur : classe de Monsieur Bauduin, Madame Lucie et Mademoiselle Maëlys

     

  • Allocution du Bourgmestre lors de la visite du Ministre Nollet

    DSC_0085.jpg

    L'école de Devant le Pont en tête des projets à réaliser avec l'aide du C.R.A.C

    S'il est bien un domaine de l'enseignement qui a fait couler beaucoup d'encre, ce sont les bâtiments scolaires.Le ministre Nollet, qui a cette compétence dans ses attributions, nous avait proposé de fournir des explications à la presse à l'école de Devant-le-Pont même et d'expliquer comment les bâtiments scolaires sortent quelque peu de l'ornière où ils étaient enlisés depuis plus de 25 ans. 

    C'était en même temps pour nous, gestionnaires de la Ville de Visé, d'expliquer le cas particulier de Visé. Voici la synthèse de ces explications. 

    1. L'école de Devant-le-Pont doit être dotée de nouveaux bâtiments depuis longtemps : le nombre d'élèves est en progression constante. Par ailleurs, il se développe encore suite à la réalisation du lotissement thermo-efficace "La Pléiade".

    Malheureusement, depuis Val Duchesse et surtout la 2e phase de la communautarisation de l'enseignement (1988), les fonds des bâtiments scolaires ont été rabotés. Rappelons que les bâtiments scolaires sont subsidiés à 60% (fonds des bâtiments scolaires subventionnés) et que le Fonds de garantie ramène les intérêts de la partie non subventionnée à 1,25%.

    La diminution des crédits octroyés à ces fonds par la Communauté française a provoqué un "embouteillage". La liste des écoles à subventionner est longue. Même si dès 1998, monsieur Van Cauwenbergh avait accordé une promesse de principe, les ministres suivants, monsieur Dupuis et madame Arena, n'ont jamais octroyé une promesse ferme. Pire, madame Arena nous a forcé de recourir à un système qu'elle avait élaboré, le P.P.P. (Partenariat Public Privé) qui s'est, au bout de plusieurs années perdues, avéré impraticable en raison de son coût. 

    Monsieur Nollet, en collaboration avec le Conseil de l'Enseignements des Communes et des Provinces, que j'ai la chance de présider, a mis sur pied un autre projet. C'est le CRAC (Conseil Régional d'Aide aux Communes) qui est l'organisme emprunteur. Trente-cinq écoles qui auraient dû recourir au P.P.P bénéficieront de ce système à la fois plus rapide et moins onéreux pour la Communauté française(devenue entretamps Fédération Wallonie-Bruxelles).

    L'école de Devant-le-Pont était le projet le plus avancé de ces 35 dossiers. L'ouverture des soumissions est fixée le 28 novembre et on peut raisonnablement attendre le début du chantier au printemps prochain.

    2. La réalisation d'une salle de gymnastique valable avait cependant été retirée du projet et versée dans un autre système de subventionnement, le P.P.T (Programme Prioritaire de Travaux) limité à des travaux relativement peu importants mais ayant l'avantage de la rapidité et d'une subvention très élevée (88%). Cette salle devait être d'une superficie de 320 m2. 

    Mais nous avons toujours pensé que les salles d'éducation physique des écoles devait être des salles de sport le week-end et en soirée. Ainsi avons-nous sollicité de porter les dimensions de cette salle à 704 m2 (32m X 22m) par un subside de la Région wallonne destiné aux infrastructures sportives (75%). C'est la première fois qu'une commune obtoient de coupler deux subsides pour une seule réalisation. Cette salle est pratiquement terminée et sera inaugurée le 28 octobre.

    Elle sera donc à la fois salle de gymnastique de l'école mais avec des dimensions permettant une initiation plus valable aux sports ou éventuellement l'utilisation par deux classes simultanément, et hall omnisports.

    3. Les architectes, les techniciens de la Ville et l'entrepreneur, monsieur Gillard, nous ont fait remarquer qu'il était possible, pour un coût très modique, de créer au-dessus des vestiaires quatre classes supplémantaires qui nous permettront de supprimer quatre des modules achetés pour pallier l'insuffisance des locaux. Ces modules ont le gros désavantage de consommer beaucoup d'énergie. Leur suppression permettra de financer une bonne partie des nouveaux locaux. De plus, même lorsque l'école sera terminée, ceux-ci seront bien nécessaires en raison de l'augmentation de la population du quartier (maisons thermo efficaces).

     

                                                                               Le Bourgmestre,

     

     

                                                                               Marcel NEVEN.

  • Le plus vieux quartier de Visé fait la fête

    305950_10150299903087888_642417887_7828067_4934655_n-1.jpg

    Le comité des fêtes du plus vieux quartier visétois a le plaisir de vous inviter à visiter son exposition de photos d'hier et d'aujourd'hui qui se tiendra à la salle des "Sans Soucis" rue de Jupille à Visé.

    Patronnée par la Province de Liège, l'Echevinat de la culture, Madame Dessart et Monsieur Kariger, cette exposition montrera les changements intervenus dans ce quartier  depuis 1926. 

    Vernissage le vendredi 9 septembre à 20h. Exposition accessible le samedi 10 septembre de 14h à 20h et le dimanche 11 de 11h à 18h. Bienvenue à tous.  

    N'oublions pas la fête du quartier le week-end des 17, 18 et 19 septembre. 

  • Photos des premières années primaires : les écoles de Cheratte

    _DSC0048.JPG

    Ecole St Joseph de Cheratte haut : classe de Mesdames Marie et Colson

     

    _DSC0049.JPG

    Ecole communale de Cheratte haut : classe de Madame Titeux

     

    _DSC0068.JPG


    Ecole Notre Dame de Cheratte bas : classe de Madame Marie-Paule

     

     

    _DSC0069.JPG

    Ecole communale de Cheratte bas : classe de Madame Fabienne