- Page 4

  • Les mystères de la Montagne St Pierre

    61yFouy-7KL._SL500_SY445_.jpg

    L'auteur, Michel Carnol, vit avec sa famille dans le village de Lanaye. Le scénario est celui d'une enquête se déroulant dans notre région .

    Le Mystère de la Montagne Saint Pierre est en vente à:

    - L'Oiseau Lire : Rue du Collège ,Visé

    - Librairie Rive Gauche : Av Franklin Roosevelt , Visé

    - Librairie Caps : Rue de l'Eglise , Oupeye / Haccourt 

    - Librairie Le Papyrus : Rue Devant la Ville , Hermée

    - Chez Sophie : Rue de la Croix , Lixhe

    Vous pouvre également vous procurer l'ouvrage sur les sites Amazon, Fnac , Chapitre et aux << Editions du Panthéon Paris >>

    Un second roman intitulé <<La croisière sans retour >> dont le départ de l’intrigue prend sa source lors de la croisière Liège- Maastricht a également été validé par les‘’ Editions du Panthéon ‘’ et sa sortie est programmée juste avant les vacances d'été.

  • Le cri de la chouette

    image002.jpgConférence : « La chute des repères, la perte des valeurs »

    Par Monsieur Vincent FLAMAND Conférence à ne pas rater le mardi 8 avril (20 heures) au Centre Culturel de la Cité de l’oie (rue du Collège àVisé). La Maison de la Laïcité de Visé et Culture et Action Laïque de la Basse-Meuse ont invité ce que l’on nomme  communément une « pointure » avec la présence de Monsieur Vincent FLAMAND, philosophe, théologien et écrivain. Nous avons eu la chance d’entendre, à plusieurs reprises, cet orateur de qualité sur des sujets aussi différents que le « suicide », la « santé mentale », l’ « absence » ou encore la « souffrance ». Avec une note de pédagogie non rébarbative, un humour énorme, la connaissance des sujets traités et surtout un questionnement communicatif, Vincent Flamand nous emmènera dans les méandres de ses interrogations en nous laissant le choix des réponses. Attaché à l’évolution de la société et au sens de cette évolution, il nous parlera cette fois de : « La chute des repères, la perte des valeurs ». A l’heure où la place de l’homme dans la machine économique se pose, où la cellule familiale tend à éclater, où la pensée religieuse se voit confrontée aux valeurs laïques, où les extrémismes sortent de l’ombre, où les états se construisent et se déconstruisent au rythme des intérêts de certains, où la raison et la science se voient attaquées par une pensée magique, où l’étranger redevient un étranger, où la condition de la femme et ses libertés sont à nouveau menacées, et surtout où les jeunes croient trop peu en l’avenir... il est temps de s’arrêter le temps d’une réflexion. Monsieur Flamand nous le permettra. Voici ce qu’il nous en a dit avant de nous rejoindre : « Aujourd’hui, la crise est partout, semble-t-il. Il suffit d’allumer la télévision, d’écouter un peu les conversations, bref d’humer l’air du temps pour se rendre compte que l’heure est à l’inquiétude, à la colère, voire au désespoir. On a perdu valeurs et repères, dit-on. Qu’est-ce à dire ? Est-ce exact ? Et surtout, comment, face à cette impression lancinante que tout se délite ou à tout le moins que manque un « je ne sais quoi », ne pas sombrer dans les violences du ressentiment, du cynisme ou de  l'écrasement des plus fragiles? De quelles prémisses, de quelle improbable aurore peut encore témoigner une pensée qui tente d’être à la fois confiante, lucide et critique ? » Depuis une quinzaine d’années, Monsieur Vincent FLAMAND tente de mettre en débat les pensées contemporaines les plus critiques et la Tradition chrétienne, cherchant à montrer que la pensée catholique peut encore être vecteur d’interrogation et d’ouverture dans notre société dite sécularisée. Un beau débat à l’invitation d’une maison de la Laïcité. De 2008 à 2010, il travaille avec le psychanalyste Jean-Pierre Lebrun à la rédaction d’un livre d’entretiens intitulé « La condition humaine n’est pas sans conditions ». C’est à la suite de ce travail qu’il est engagé par le service d’études du Segec pour organiser et donner, dans la dynamique du Congrès de 2012, des formations sur les thèmes «Etre directeur aujourd’hui » et « Sens de la référence chrétienne dans nos écoles au XXIème siècle ». Il est aussi l’auteur d’un récit, « La possibilité du garçon », paru en 2013 au Castor Astral. Les organisateurs se réjouissent de vous rencontrer nombreux à cette conférence (entrée gratuite).

    Pour plus d’infos, vous pouvez joindre notre coordinatrice, Madame Rachel Etienne, au 04 / 265 96 48 et au 0477/78 34 79 ou mlvise@voo.be 

    Jean-Marie KREUSCH

    Président de la Maison de la Laïcité de Visé

  • Dans votre journal ce mardi

    0001Xf.jpeg- Tribunal de Liège : les parlementaires de devront plus payer d'amende de roulage ! Honteux, le sénateur Hassan Bousetta intouchable !!!

    - Tunnel de Cointe : 8 nouveaux radars (NDLR : foncez, les plaques "P", vous ne risquez plus rien!)

    - Drogue : un car scolaire arrêté à Liège

    - Une maman doit payer 10.000 € à la SNCB à cause de son fils

    - L'incroyable "cirque" d'un assassin aux Assises de Liège

    - La statue de Jalhay : les proprios de la "vierge" boycottent les experts

    - Liège : prison avec sursis pour trois policiers. Ils avaient calomnié le chef de la police liégeoise

    - Le prince Laurent aux soins intensifs

    - Le Boeing a coulé entre l'Australie et l'Antarctique

    - Foot : Philippe Vande Walle lance les playoffs. "Standard champion. Point !"

    - Les Rouches sont gonflés à bloc

    - Eupen et Mouscon prêts pour la D1 

    - Etc, etc...

  • Le Kiwanis Club Visé Basse Meuse concrétise son action sociale

     Kiwanis chèques.jpg

    C'est au cours d'une soirée sympathique et conviviale, organisée au "Moulin de Val Dieu", que le Kiwanis Club Visé Basse-Meuse a eu le plaisir de remettre les chèques de son action sociale aux oeuvres parrainées durant l'exercice 2012-2013. Rappelons que ces bénéficiaires étaient au nombre de trois.

    L'ASBL "Cita d'Ailes" est une association s'occupant de la distraction et de l'amélioration du confort des enfants hospitalisés au CHR de la Citadelle à Liège. L'ASBL "La Bulle d'A.I.R." à Liège est un centre d'accueil pour handicapés adultes.

    Quant à l'ASBL St-Vincent de Paul de Visé, est-il besoin de le rappeler, elle vient en aide à 250 familles précarisées de notre région, grâce à la distribution régulière de colis alimentaires, vêtements, produits de chauffage, etc...

    Prochaine manifestation du Kiwanis: le 3 avril 2014 à 20 h; en la salle de Tréteaux : La comédie "Ma femme s'appelle Maurice" de Chevalier et Lespallès par la troupe du "ThéâtraRire" de Visé. Une soirée à partager dans le rire et la bonne humeur au profit de nos oeuvres sociales.

    Réservation au 0475/42.49.76 Invitation cordiale à tous !

  • Le mot du Bourgmestre

    picture.jpeg

    Ce mercredi au Parlement de la Communauté Française a eu lieu un débat consacré au redoublement dans l'enseignement obligatoire (primaire et secondaire).

    De tous les pays de l'OCDE, c'est la Communauté Française (pour autant qu'on puisse la considérer comme un pays) qui enregistre le plus d'échecs.

    Avant la fin des humanités, plus de la moitié des étudiants ont un retard scolaire d'au moins un an. Il est bien évident que cette caractéristique bien négative doit évoluer. On parle de culture de l'échec scolaire.

    J'ai cependant fait remarquer que si cette anomalie devait être corrigée, il convenait de ne pas organiser un nivellement par le bas; moins d'échec : oui mais pas de diminution du niveau.

    Comme y arriver? Il convient avant tout de combler l'hiatus qui sépare les enseignants - trop souvent convaincus que le redoublement sera positif – et les pédagogues souvent coupés du monde de l'enseignement dans son activité quotidienne. Un dialogue plus intense doit s'établir.

    Dans le fondamental, la remédiation doit s'intensifier qu'elle soit organisée par l'instituteur de la classe ou par un spécialiste.

    Elle doit se poursuivre dans le secondaire. En cas de trop grande difficulté, une autre orientation peut être choisie mais en aucun cas la nouvelle orientation ne doit apparaitre

    pparaî- tre comme une filière de relégation. Tout nouveau choix doit être positif. Dans certains cas, il faudr a cepen- dant toujours admettre le redouble- ment; l'étudiant peut a voir fait un choix qu'il souhaite vraiment mener à bien mais certaines matières indis- pensables peuvent ne pas avoir été assimilées.

    On constate aussi que dans les zones rurales et les villes relati vement pe- tites, les éc hecs sont moins nom- breux que dans les gr andes villes. Cette constatation est évidemment positive pour Visé.

    Il n'empêche que tout doit être mise en oeuvre pour qu'aucune région – on parle aujourd'hui de bassin – ne soit défavorisé.

    Le bourgmestre, M. Neven.