- Page 3

  • Visé : aménagement du centre ville et de la place Reine Astrid

    Vise ville logo Couleu_fmt.jpegDepuis quelques jours, une pétition circule dans la Ville. La pétition, tout en étant une procédure constitutionnellement démocratique, est un outil à risque puisque chacun y adhère avec un état de connaissances et de compréhension de la problématique, fatalement souvent limité. Et dans ce cas, malheureusement, des rumeurs tout à fait incorrectes se sont répandues.

    Dès lors le collège communal tient à clarifier l’état de la question.

    Quels objectifs poursuivons-nous ?

    - réaliser des aménagements qui améliorent l’attractivité et la convivialité de Visé, et qui embellissent la ville. Les récents aménagements de la place du marché-collégiale constituent notre (et votre) référence.

    - augmenter la capacité de parcage pour le centre ville car la vitalité de notre commerce est une priorité pour tous

    Il n’est absolument pas question de supprimer les arbres sur les boulevards, de délocaliser le marché, de supprimer le système de zone bleue, de faire un piétonnier rues Haute et du Collège….

    Quel est l’état des dossiers en cours ?

    1) le dossier de l’avenue Albert Ier : l’objectif est de créer 100 places de parking publiques enterrées (+40 par rapport à la situation actuelle) dans une promotion privée et la gratuité de la première heure est acquise par convention. Le permis n’est pas délivré ; après l’enquête publique, la Région Wallonne a demandé des plans modificatifs ; les modifications demandées améliorent le projet pour les riverains immédiats.

    2) Le dossier de la place Reine Astrid : le dossier n’est pas neuf et a fait l’objet de différentes démarches concertées et collégiales (concours d’idées, jury avec participation citoyenne, notamment le commerce visétois, exposition, avis de la Région Wallonne). Le collège a remis un avant-projet en septembre 2013 remanié avec création de nouvelles places de stationnement (une trentaine d'emplacement en moins sur la place, donc un total supplémentaire par rapport à la situation actuelle). A partir de mars 2014 le collège a 12 mois pour remettre le projet définitif ; un subside en revitalisation urbaine de 1.250.000€ y est lié.

    3) Au dossier de la place Reine Astrid, un plan de circulation modifié est joint. Ce plan est une hypothèse et le subside en revitalisation n’y est pas lié. A ce stade il est normal que des mandataires, des techniciens et finalement l'ensemble de la population y réfléchissent. Toute modification à la circulation doit être une réelle plus-value, sinon il est préférable de s’abstenir. La réflexion sur le plan de circulation est indépendante du projet de place Reine Astrid et ne lui est pas impérativement liée. L'aménagement de la place permettra une évaluation permanente des meilleurs modes de circulation à Visé, toutes les options demeurant ouvertes.

    4) le stationnement avenue de Navagne : le collège travaille intensément avec la SNCB pour augmenter l’offre de parcage sur les terrains de la SNCB. Des solutions de court et de moyen-long terme sont ébauchées.

    Nous restons à votre disposition et à votre écoute et poursuivrons la concertation avec l’association du commerce visétois et aussi avec les autres Visétois.

    Le DG secrétaire communal    Le bourgmestre       Le premier échevin

            Ch. HAVARD                     M. NEVEN                  L. LEJEUNE

  • Quelques titres de La Meuse

    0001zK.jpeg- Alain Remue, le boss de la cellule "disparitions" de la police fédérale, risque la correctionnelle

    - Jean-Claude (21) le chauffard ivre qui a fauché Raphaël à Nandrin

    - Dalhem : elle obtient son permis de conduire à 68 ans

    - Le roi Philippe : un dingue du jogging

    - Exclusif : selon le directeur de l'établissement pénitentiaire, Farid, l'ex-fou, doit sortir de prison !

    - Où habite vraiment Michelle Martin?

    - Assises de Liège : Jean-Marc Caron condamné à 29 ans

    - Rita Henkinet va expliquer son double infanticide

    - Cheratte-Bas : des subsides européens?

    - Autoroutes wallonnes : des éclairages au sol testés

    - Foot : Standard, encore tous les atouts pour être champion

    - Les Diables à toutes les sauces 

     

  • Lucas a besoin de vous ! Aidez-le à retrouver ses cours

    can-stock-photo_csp11197442.jpgLucas Pasquarelli est interne à l'Athénée Royal de Visé. Lundi dernier, il a été déposé devant la barrière de la rue de la Wade alors que celle-ci était toujours fermée. Après avoir quelque peu patienté, le jeune homme a décidé de se dégourdir les jambes en se promenant dans le quartier. Il a abandonné ses effets, s'imaginant bien peu qu'ils auraient disparu à son retour. Tous les cours et devoirs de l'adolescent se trouvent dans un sac à dos à carreaux vert et bleu. Ses vêtements de rechange pour la semaine se trouvaient, eux, dans un sac en plastique. Lucas serait déjà très heureux de récupérer son matériel scolaire. Si vous pouvez l'aider, voici les n° d'appel de sa famille : 04/376.60.40 ou 0473.261.719. Vous pouvez également contacter l'internat ou laisser un message sur ma boite mail ou me contacter par téléphone. Merci pour le jeune homme.

  • Dans La Meuse ce lundi

     

    0001x7.jpeg- Esteban, exécuté d'une balle dans la tête

    - Raphaël (27 ans) tué en aidant une amie

    - "Le MR c'est le travail, le PS c'est le chômage"

    - Kate et William à Mons le 4 août

    - Xavier vend un iPhone sur le net : arrêté et menotté

    - Visé : le couple réuni pour une dernière fois

    - Les pavés wallons n'ont pas la cote en cité ardente

    - Politiciens de génération en génération

    - Motilium : malgré 57 morts, il restera en vente

    - 9.027.731 €, un nouveau record pour le Télévie

    - Foot : le Standard perd la tête du classement

    - Cyclisme : Simon Gerrans surprend les favoris et remporte la Doyenne

  • Rebondissement dans l'enquête: Esteban a été exécuté d'une balle en pleine tête à Visé!

     

    841608834_B972579312Z.1_20140427193127_000_GJE2BPF6E.1-0.jpg

     

    L'information avait filtré dès vendredi après-midi. Nous avons attendu qu'elle soit recoupée par plusieurs sources avant de la publier.

    Le jeune Esteban Counet, 9 ans, a lui aussi été abattu froidement, comme Benoît Philippens et Carol Haid, le 18 avril à Visé. L’enquête vient en effet de démontrer qu’il n’a pas été victime d’une balle perdue, comme envisagé initialement. Manifestement, le tueur ne voulait laisser aucun témoin. 

    La réalité est encore plus horrible que ce qui avait été annoncé dans les premières heures qui avaient suivi la tuerie de Visé. Si on savait dès le départ que Benoît Philippens et son épouse, Carol Haid, avaient été abattus délibérément par le tueur, on pensait en effet jusqu’à présent que le jeune Esteban avait été victime d’une balle perdue, destinée à sa marraine. Carol Haid s’était réfugiée derrière la voiture et entourait le jeune garçon qui était recroquevillé dans ses bras. Il avait certes été touché d’une balle dans la tête, mais les premiers éléments laissaient à penser que la balle qui n’avait tué ne lui était pas destinée. On sait maintenant qu’il n’en est rien.

    L’enquête, comme l’a confirmé une source proche du dossier, vient en effet de révéler que le jeune garçon a lui aussi été abattu de sang-froid, tout comme le jeune couple. Peu de chances évidemment que ce nouvel élément permette de faire avancer l’enquête, les limiers liégeois recherchant davantage le mobile du crime dans la vie du banquier que dans celle de cet enfant de neuf ans, mais il met toutefois en lumière la détermination du tueur. Les sept balles qu’il a tirées – trois pour Benoît Philippens, dont une dans le cœur et une autre dans la nuque, trois pour Carol Haid, dans le dos, et une pour Esteban, en pleine tête – étaient toutes destinées à tuer. C’est donc bien d’un triple assassinat dont il s’agit: celui d’une «cible» et de deux témoins gênants. Et même le jeune âge du garçon n’aura pas suffi à attendrir le ou les auteurs de ce crime odieux.

    Si la piste du client vexé semble actuellement privilégiée, elle n'est pas la seule. Les enquêteurs n'excluent pas la possibilité d'un acte commis par un membre du personnel ou un compagnon jaloux. (Geoffrey Wolff)