- Page 4

  • Nicolas, 15 ans, continue sa belle progression en trial moto

     

    a-nico1-1-.jpg

     

    Des nouvelles de Nicolas Defourny, ce jeune étudiant de 4ème secondaire à l’Athénée Royal de Visé et sportif émérite en MOTO TRIAL.

    Pour rappel,  Nicolas a commencé le trial à 7 ans, d’abord en vélo, puis ,depuis trois ans, en moto. En 2012, Nicolas participe à son 1er Championnat de Belgique en moto Trial et termine sur la plus haute marche du podium. Il est d’ailleurs récompensé de son titre par la Ville de Visé en étant élu « Espoir sportif » en janvier 2013 et « Rookie 2012 et 2013» par sa Fédération. L’année passée, Nicolas obtient une très belle 2ème place au Championnat, dans la catégorie supérieure «Juniors » (toujours entouré d’adultes uniquement).

    nico-6100.jpg

    Cette saison 2013-2014, le jeune pilote monte de catégorie pour la 3è année consécutive. Il se retrouve naturellement en « Nationaux ». C’est à raison d’entraînements très intensifs que Nicolas évolue de manière si spectaculaire. Le classement général étant très serré en cette fin de saison, tout s’est joué sur la dernière manche à Mons le 9 novembre dernier. Nicolas devient vice-Champion de Belgique, catégorie « Nationaux ». On ne peut que le féliciter pour tout ce chemin parcouru depuis ses débuts et surtout pour son acharnement sans faille.

    Nicolas en profite pour remercier Pierre Abad et son  Team « Trial Racing Spirit Team » (http://trst.be/) qui lui fournit les motos et l’encadrement nécessaire.

    En 2015, Nicolas participera au Championnat d’Europe pour la 3ème année consécutive. Se mesurer aux meilleurs pilotes Européens lui permet d’affiner sa vision de la course et d’apprendre à gérer le stress sur des évènements de cette envergure.

    Nous lui souhaitons de continuer à s’épanouir dans ce sport et comptons bien suivre ses progrès… « à la trace » !

    (Source : Visé Magazine)

  • Atemi Karate Visé Wadokai Belgium – deux médailles d’or et deux de bronze aux championnats d’Europe.

     

    Composition sponsors presse  .jpg

     

    Atemi-karaté Visé fait partie de la Wadokai, la plus grande fédération mondiale de karaté Wado Ryu. Plusieurs de ses membres ont ainsi été régulièrement sélectionnés dans l’équipe nationale.

    Ce samedi 1er novembre se déroulait en Italie, à Varèse, le 42e championnat d’Europe Wadokai qui a réuni pas moins de 19 nations alignant 321 compétiteurs. La délégation officielle JWSB Wadokai Belgium alignait 10 compétiteurs avec, nouveauté pour cette édition 2014, cinq karatékas pour défendre nos couleurs en kata (technique). Deux pratiquants d’Atémi Visé avaient été sélectionnés pour défendre les couleurs nationales en kumité (combat) : Louis Schouters, en cadet, et Thomas Warnotte, en Junior.

    La délégation belge s’est défendue avec brio dans ce championnat d’Europe officiel de très haut niveau : elle ramène de fait dans ses valises pas moins de deux médailles d’or en kumité (combat) et deux médailles de bronze en kata (technique).

    En combat : Lola Barracato (U18 - 59kg) Champions Club Jupille et Louis Schouters (U14 - 50kg) d’Atémi Visé se hissent sur la première marche du podium, décrochant ainsi le titre de champion d’Europe Wadokai 2014. En kata individuel, Grégory Rorive Karaté club Hornu se classe troisième en U21 et, en kata équipe, Gilles Decamps, Jean-François Hastir AKDB Mons et Gregory Rorive terminent à la troisième place. En kumité équipe : Gilles Decamps, Alain Niyigaba Ishime Shitokaï  Nivelleset Thomas Warnottese classent en quatrième positionaprès avoir rencontré l’équipe française qui terminera championne et l’équipe Italienne qui terminera vice-championne. 

    Les responsables de l’ASBL JWSB Wadokai Belgium félicitent les compétiteurs pour ces brillants résultats et remercient chaleureusement les différents intervenants, entraîneurs, coachs ayant soutenu directement ou indirectement les karatékas Wado, notamment et tout particulièrement Jean-robert Huart, Junior Lefevre et David Locoge.  

    Grace à leur grande expérience, leur esprit d’ouverture et leur engagement sportif inconditionnel, une fois de plus, nos couleurs nationales ont pu briller au plus haut niveau démontrant ainsi le merveilleux potentiel dont dispose notre pays dans cette discipline sportive trop souvent en proie à des motivations individualistes.

    Nous remercions également nos sponsors, sans lesquels cette merveilleuse aventure serait impossible : Afmech, Mitsubishi Electric, Climafroid S.A et la F.F.K.A.M.A 

    En route vers les championnats du Monde qui se dérouleront au Japon en aout 2015 ainsi que pour les championnats d’Europe qui auront quant à eux lieu en Novembre 2015 au Luxembourg. 

    Le président et le vice-président de la Wadokai Belgium, Jean-Marc Joskin et Marc Van Damme (5e dan Wadokai Europe). L’entraîneur Kumité, Eric Warnotte. Le coach Kumité, Stéphane Schouters.  

  • Une cûte peûre offerte ce samedi par Ecolo (Communiqué)

    146bis.jpg

    Ce samedi 29 novembre entre 10 et 12 h, ECOLO-Visé accueillera les habitants Place de la Collégiale (en face du rond-point) pour leur offrir un plant d’arbre à petits fruits. Nous leur proposerons également de déguster une cûte peûre (poire cuite à la liégeoise) préparée avec des poires achetées auprès d'un arboriculteur bio local. Par ce double geste symbolique, Ecolo veut rappeler qu’il est plus que jamais nécessaire de soutenir la production locale et de qualité, qui fait vivre les agriculteurs et les producteurs de nos régions. Et cela d'autant plus au moment où l'embargo russe pénalise notamment les producteurs de pommes et poires de la Basse-Meuse et du Pays de Herve.

    De nombreux aliments arrivent dans nos assiettes après avoir parcouru des milliers de kilomètres, et être passé entre les mains de nombreux intermédiaires. Ce système mondialisé, qui vise le profit avant tout, rend difficile le contrôle de toutes les étapes de la chaîne. Des aliments pas toujours de qualité, des risques pour la santé, une délocalisation de l’emploi, une perte de contrôle sur ce que nous mangeons, un impact accru sur l’environnement… sont quelques-unes des conséquences de ce mode de production.
    Face à cela, Ecolo soutient le développement des circuits-courts.
     Un circuit court, c’est un mode de production et de commercialisation de l’alimentation qui vise à rapprocher le producteur du consommateur. Du champ à l’assiette, de l’étable à la table… Un chemin plus direct avec des plus-values multiples : pour l’économie, pour la santé , pour l’environnement et pour la convivialité ...

     

    FRAMBOISIER_ZEVA_A.JPG


    ECOLO-Visé distribuera donc des plants de 
    framboisiers, groseilliers et cassissiers sur la Place de la Collégiale à Visé le samedi 29 novembre de 10 h à 12 h.

  • La Meuse d'aujourd'hui

    images.jpeg

    - Grèves et sabotages au TEC : ON EN A MARRE!!!

    - Delhaize : des dépôts secrets pour tromper les syndicats

    - Six grands chefs nous donnent leur recette du jour

    - Les nouveaux pauvres, des pensionnés, des jeunes, et même des travailleurs

    - Les déclarations choc des meurtriers d'Ihsane Jarfi

    - Des bus sabotés pour bloquer les non-grévistes

    - Croix-Rouge : des vandales éventrent des sacs d'habits

    - La Coopérative ardente, pour manger sain et local

    - Le mercenaire belge est en prison à Bangui

    - Plus de 100 personnes cherchent Béatrice

    - Météo : l'année 2014 sera la plus chaude. 

  • Le billet du C.A.L. Basse-Meuse

    image001.jpg

    Le billet du CAL Basse-Meuse

    La pauvreté

     

    Dans une émission de ‘Thalassa’ concernant les Pouilles et le sud de l’Italie, je viens de voir et entendre un Italien regretter que sa famille et d’autres avaient jadis été expulsés de leurs habitations troglodytiques : les sassi de Matera . Il disait : « Nous étions pauvres mais nous ne manquions de rien. »

    En réalité, ils n’avaient rien mais n’avaient besoin de rien, du moment qu’ils avaient assez à manger.  Chez nous, beaucoup d’enfants nés il y a plus de 60 ans n’avaient qu’un jouet, une poupée ou un nounours, ne possédaient que quelques vêtements et une ou deux paires de chaussures. Pour s’amuser, ils utilisaient leur imagination, ils avaient des copains et jouaient dans le jardin ou dans la rue. Si certains avaient des cours après l’école, c’était des cours de musique ou de danse, ou ils allaient jouer football.

    Maintenant avec le « progrès »,  il est nécessaire d’avoir tout : voiture, ordinateur, Smartphone, une garde-robe pleine à craquer de vêtements qu’on ne met pas, on a des tas d’activités extrascolaires, et les enfants pauvres qui n’ont pas la même chose se sentent exclus. Leurs parents sont tellement endettés par des loyers exorbitants, par des frais fixes que, quand ils ont payé leurs factures, ils n’ont plus de quoi s’acheter l’essentiel, c’est-à-dire la nourriture. Il y a de quoi se poser sérieusement des questions sur l’évolution de notre société ! 

    En cette période festive qui rime pour beaucoup d’entre nous avec dépenses et gaspillage, gardons quelques euros pour les organisations qui rassemblent des fonds pour les enfants pauvres !

    C.Dethioux, vice-présidente de Culture et Action Laïque de la Basse-Meuse