- Page 4

  • Dalhem : des cadavres de moutons le long de la Berwinne

    14484758_10210691982562809_3969066293907997686_n.jpg

                                                                      Photo : Serge Belleflamme
     
    Alors qu’il comptait profiter du charme des endroits bucoliques situés entre Aubin-Neufchâteau et Val-Dieu pour réaliser quelques clichés dont il a le secret, Serge Belleflamme a découvert l’horreur. Le docteur en médecine vétérinaire dalhemois, habitué à la prise de photos liées à la beauté de la nature et du monde animalier, est tombé sur des restants de cadavres de cinq moutons le long de la Berwinne.  
    Lorsqu’il a le temps, Serge Belleflamme parcourt les plus beaux coins de la commune de Dalhem. Armé de son appareil photo, il a l’habitude de déceler la présence d’animaux rares ou de constater des faits naturels pour le moins étonnants. Amoureux de la photographie, il n’hésite d’ailleurs pas à capturer ces instants de pur bonheur. Avant de publier les clichés sur son compte Facebook.
     
    Mais ce samedi, alors qu’il effectuait sa tournée matinale, le docteur en médecine vétérinaire a rapidement déchanté. « Je voulais profiter du charme de la vallée de la Berwinne », énonce-t-il. « Je suis ainsi passé par le bois de Mauhin avant de redescendre vers la rivière. Soudain, j’ai vu des sachets au loin. Je me suis approché et j’ai senti une odeur nauséabonde. J’ai rapidement compris que quelque chose ne tournait pas rond. Et lorsque j’ai vu ce qui se trouvait dans les sachets, j’ai été choqué. Il y avait des restants de cinq moutons au sol. Surtout des peaux et des organes digestifs putréfiés dans des sacs. L’odeur pestilentielle me fait dire que ce dépôt ne date pas de samedi. C’est répugnant. Je n’avais jamais vu ça dans notre belle commune»
     
     
    DES MOUTONS SANS TÊTE
     
    Outré, Serge Belleflamme a trouvé des indices permettant de déceler l’une des causes probables de ce dépôt clandestin. « Des carcasses de moutons sans tête à une telle période de l’année, on se doute de quel genre de personnes ça peut venir… Il ne s’agit pas d’un dépôt d’une entreprise, mais bien de la part de particuliers. Ces derniers tuent les moutons, ne savent ensuite que faire des restes de bêtes et les jettent n’importe où. Ils ne respectent pas la loi belge. Et encore moins celle au sujet du bien-être des animaux, la loi sur l’abattage de ceux-ci et la loi sur la protection de l’environnement et des cours d’eau. Le hic, c’est que si on laisse ces carcasses le long de la Berwinne, cela pourrait devenir infectieux pour d’autres animaux. Il est donc primordial d’enlever rapidement ces sacs ! À ce sujet, j’ai essayé de contacter la commune. Les ouvriers communaux devraient, je l’espère, vite réagir . »
     
    À noter que Serge Belleflamme a posté une photo de ce dépôt clandestin sur son compte Facebook. Les réactions ont rapidement fusé. À l’instar du docteur en médecine vétérinaire, tout le monde est outré.
    Écœurant. Scandaleux. Dégueulasse. Voici les adjectifs le plus souvent utilisés pour qualifier ce triste spectacle. (Yannick Goebbels)
  • 7Dimanche, votre journal gratuit

     

    une.php.jpeg

    - Le bunker où Angelina se cache avec ses enfants

    - Bain de sang social attendu le 3 octobre chez ING

    - Un médecin fauche plusieurs cyclistes

    - Un poster Marsupilami pour les 11 bougies du journal

    - Pairi Daiza : Tian Bao a fait ses premiers pas

    - Les coulisses du MLT

    - Laetitia Milot face à Louis de Funès !

    - Abdeslam bientôt de retour en Belgique?

    - Les Chirac en ont marre des rumeurs

    - Dalhem : des cadavres de moutons à l'abandon

    - Sale coup pour la F.N.

    - Vendanges : on attend un bon millésime

    - Linda Blair : ensorcelée par l'exorciste

    - "Vaiana, la légende du bout du monde" :  déjà un tollé dans le Pacifique

    - Nos bons plans de sortie pour ce dimanche

    - Standard : Raman "Je dois être plus efficace"

    - Enquête ouverte sur Deschacht

    - Eneco Tour : à l'assaut du "Muur"!

    - Etc, etc...

     

  • Visé : l'un des plus jeunes magistrats du pays

    high_d-20160922-GA56JA.jpgÀ seulement 28 ans, Alexandre François est l’un des plus jeunes magistrats du pays. Voire, peut-être, le plus jeune. Originaire de Visé, il travaille aux tribunaux d’Arlon et de Marche. Ses matières de prédilection ? Les violences intrafamiliales et les mœurs.
     
    Rencontre.
     
    C’est ce qui s’appelle un parcours sans faute : à seulement 28 ans, Alexandre François est l’un des plus jeunes magistrats du pays. Il a été nommé dans cette fonction à l’âge de 27 ans, après des études de droit à Liège, trois ans de barreau à Verviers puis un stage judiciaire d’un an. Un rêve devenu réalité : « ma maman est magistrate, ma marraine est avocate. La première fois que j’ai émis l’idée de devenir magistrat, j’étais en cinquième primaire », glisse-t-il.
    Il aura en tout cas été plongé dans le grand bain judiciaire dès ses premiers mois. Il a pris ses fonctions en mai, et s’occupe déjà de quelques belles affaires. Dont celle des deux corps retrouvés à Rendeux : suicide ? Meurtre ? Il n’en révélera rien, secret professionnel oblige. Mais parle d’affaire « complexe ». Si le nouveau substitut du procureur du Roi adore son métier, force est d’admettre que certains aspects de la fonction son encore difficiles à gérer.
    Il le reconnaît sans difficulté : l’aspect du métier avec lequel il a le plus de mal, ce sont les victimes et leurs familles. «Communiquer avec elles, c’est quelque chose qui m’est encore difficile ».
    Mais il ne recule pas facilement devant les difficultés. Ses matières de prédilection sont d’ailleurs réputées délicates : les violences intrafamiliales et les faits de mœurs.
    Comme tout magistrat, Alexandre François va devoir imposer son style, son image, sa marque de fabrique. « Je pense que je suis un magistrat très sévère ! », lâche-t-il sans ciller. Avant d’ajouter que «sévérité et justice ne sont pas contradictoires », et qu’il lui tient à cœur de « laisser leur chance aux gens. La prison reste la dernière option ». Le tout jeune magistrat se sent en tout cas comme un poisson dans l’eau dans sa nouvelle fonction.
    (Romain Goffinet)

  • Dans la Meuse : Liège, violences envers un avocat

    0001Y6.jpeg

    - Agressé avec sa fille par une femme armée d'une barre de fer !

    - Procès Wesphael : plaintes pour harcèlement contre l'amant de Pirotton

    - Diables Rouges : les vérités de Martinez

    - Redevance TV, la suppression confirmée

    - Standard - Eupen : attention danger 

    - Il ne supportait pas la perte de son enfant. Michaël, 33 ans, s'est donné la mort

    - Fexhe : un site du whisky all in

    - Liège séduit les banques privées

    - Le Top 10 des sorties

    - Liège : des SDF vident le frigo du Parquet de police

    - La SNCB attend 23 millions d'euros (Ndlr : si ils viennent en train, elle peut encore attendre)

    - Drogue au volant : 76 % en Flandres

    - Electrabel change son Monsieur Nucléaire

    - Lampiris profite de son rachat par Total

    - La vie privée secrète de Jean-Moulin

    - Hergé et Magritte : deux Belges à Paris

    - Dans les coulisses de Pairi Daiza

    - Vos suppléments gratuits

    - Etc, etc...

  • Noces d'Or de Monsieur et Madame TENEY - LEMAGE

     

    NOCES TENEY-LEMAGE (18).JPG

                                                                                Photo F. Papiernik

    Joie et bonne humeur étaient au rendez-vous ce samedi 17 septembre à l'occasion des noces d'or de Mr et Mme TENEY, venus tout simplement en famille et avec quelques amis en notre Hôtel de Ville.  C'était l'occasion de retracer les moments importants de leurs parcours à tous les deux, parcours consacrés au travail et à la famille. Après cette belle réussite professionnelle et familiale, aujourd'hui tous le deux profitent de la vie, et ils ont bien raison !

    Nous les félicitons chaleureusement, et leur souhaitons de profiter de nombreuses années encore de l'affection de tous.

    Félicitations !

     

    Marcel NEVEN

    Bourgmestre