- Page 2

  • LA GLORIEUSE HISTOIRE DES REMORQUEURS « ATLAS » ET « ANNA » DANS UN ARTICLE DE LA LIBRE BELGIQUE DE 1937, SIGNÉ D’ADOLPHE HARDY, RETROUVÉ DANS LES ARCHIVES DU MUSÉE RÉGIONAL DE VISÉ

    Atlas_v_003.jpg

    Après la fuite de l’ « Anna » Jules Hentjens, que les lauriers de son vaillant ami Zilliox empêchaient de dormir, avait formé et ne cessait de poursuivre un projet qu’il comptait réaliser lui-même, et qui était d’une envergure bien autrement large encore. Il s’agissait d’assurer un nouveau départ, sur un remorqueur plus puissant, d’un nombre beaucoup plus considérable de recrues pour le front. 

    On sait que, depuis le début de la guerre, quantités de jeunes Belges brûlaient du désir d’aller s’enrôler dans nos armées. Le pays de Liège pouvait à cet égard, fournir un sérieux appoint au service militaire de la patrie.

    Malheureusement il devenait de plus en plus difficile à nos compatriotes de gagner la Hollande. Défendue par un redoutable barrage de fils de fer foudroyants, surveillée par maints postes d’observation et des groupes itinérants de policiers spécialisés, la frontière devenait, pour ainsi dire, infranchissable. Les tentatives les plus courageuses échouaient devant le formidable cordon d’arrêt, méticuleusement organisé par les usurpateurs. Jules Hentjens s’était ému de cette situation et la réussite du plan qu’il avait conçu et exécuté avec Zilliox le hantait, l’obsédait, le poussait invinciblement vers une mirobolante récidive.

    Or, il importait de tarder le moins possible à la réaliser, l’idée pouvant naître, d’un jour à l’autre en l’esprit soupçonneux des chefs allemands, qu’il avait été le « complice » de Zilliox. Seulement, il fallait attendre la crue de la Meuse, qui devait se produire à la fin de décembre, et tout minutieusement prévoir, notamment pour pouvoir surmonter, à ce moment, les difficultés du passage sous le pont de service construit par l’ennemi, en aval de Visé.

    D’une force de trente-cinq chevaux-vapeur, long de vingt-trois mètres et demi, large de cinq mètres cinquante, avec une hauteur de soute de trois mètres et demi. L’ « Atlas V », que Jules Hentjens avait remis à neuf, aux frais des Allemands, devait compter avec l’arche de ce pont dont les piles ne donnaient que sept mètres d’écartement. La moindre déviation du bâtiment lancé à toute vitesse pouvait donc être fatale. Rien, d’ailleurs, ne pouvait être abandonné au hasard dans cette entreprise périlleuse, où tant d’intérêts nationaux et de précieuses existences étaient en jeu. 

    Le capitaine avait même prévu l’éventualité d’une mitraillade en règle par les postes de garde: aussi, avait-il, en grand secret, protégé, au moyen de fortes plaques d’acier, les parties vulnérables de son remorqueur, et accumulé des caisses de charbon, intérieurement blindées, autour du gouvernail, pour protéger le pilote:les Boches avaient payé tout ce travail huit mille cinq cents marks !

    Le départ avait été décidé, d’abord, pour la nuit du 24 décembre, date favorable parce que, marquant celle de la veille de Noël, elle coïncidait avec des réjouissances de nature à provoquer quelque relâchement dans la vigilance ennemie ; mais les eaux du fleuve avaient, depuis deux jours, montés trop fort, et Hentjens, ayant consulté Charles Balbour, cantonnier des Ponts et Chaussées, (NDLR originaire de Dinant et le véritable héros de ce coup de force car il tint la barre de ce remorqueur) qui s’y entendait comme pas un dans les fluctuations du cours de la Basse Meuse, décida de ne tenter l’aventure qu’un peu plus tard. Les autorités occupantes n’étaient, cependant, pas moins impatientes que Jules Hentjens, lui-même, de voir l’ « Atlas V » reprendre son service. Invoquant leurs besoins pressants, elles ne cessaient de harceler le capitaine, de lui adresser de sévères remontrances. L’après-midi du 3 janvier, dans les bureaux du Hafenamt, elles allèrent jusqu’à mettre en doute sa bonne volonté, l’accuser d’une sorte de résistance passive, et le menacer de sanctions rigoureuses. « Je ne les mérite point ! » protesta Jules Hentjens, avec calme et dignité.

    Puis tout de suite, avec une assurance souriante dont la fine ironie ne pouvait être saisie par l’épaisse mentalité de ses adversaires, il ajouta :  « Et, du reste, je ne les crains pas, car, justement, je suis prêt. Le remorqueur se trouvera ce soir, en parfait état, et je fous donne ma parole de Belge que, demain matin, à huit heures, j’aurai levé l’ancre ». L’on pourra consacrer volume sur volume à l’esprit wallon, multiplier à son propos les traits et les anecdotes, l’on notera rarement une saillie qui le caractérise plus parfaitement que celle-ci. Les lourds fonctionnaires allemands changèrent de ton et se déclarèrent satisfaits.

    Muni de toutes les autorisations et instructions nécessaires, Jules Hentjens, non moins satisfait, regagna l’ « Atlas V ».Il y fit, de l’œil du maître, une dernière inspection détaillée, donna l’ordre de mettre les machines sous pression, et alla s’amarrer dans la Meuse même, un peu en amont du Tir communal.

    Entre temps, les cent et sept passagers qui, depuis quelques jours, avaient été avertis directement ou les uns par les autres, et renseignés sur l’endroit exact où ils devaient s’embarquer, s’étaient rendus avec prudence sur divers points environnants. Grâce à une organisation extrêmement ingénieuse, ils arrivèrent par tout petits groupes successifs, débouchant d’endroits variés ; tout ceci en un espace de cinq heures, de façon à ne point donner l’éveil à l’attention des sentinelles postées, d’ailleurs, à quelque distance, près de l’écluse du canal. Tous, sans exception, purent pénétrer dans le remorqueur et s’y installer, sans avoir été aperçus.

    Adolphe Hardy de la Libre Belgique

  • Ce matin dans votre quotidien

    0001yQ.jpeg

    - Affaire Wesphael : révélations. Les 12 jurés étaient d'accord pour l'acquittement

    - Colruyt reste en tête des supermarchés les moins chers

    - La Wallonie va engager des faux candidats locataires

    - Gaspillage à la Province : 50.000 € pour des classeurs vides!

    - David Hamilton : "Dutroux a tout foutu en l'air"

    - Raman : retour à Gand pour faire plier les Buffalos

    - "Mon fils a 16 côtes cassées et reste dans un état critique"

    - Trooz : meurtre d'André Harray (98), le dossier de 1992 à été retrouvé

    - Le Top chef des salades

    - Heure le Romain : la population va augmenter de 10 %

    - Visé : la taxe poubelle va subir une hausse de plus de 10 %

    - Terrorisme : la Belgique a sous-estimé les circuits de financement

    - Le gagnant belge des 50 millions introuvable

    - Paul Magnette : du chef scout à la figure européenne

    - Santé : les 15 principales causes d'hospitalisation

    - Un nouveau tremblement de terre sème la terreur en Italie

    - Les médaillés de Rio reçus par la famille royale

    - Etc, etc...

     

     

     

  • Visé : Prestation de serment des nouveaux "Jeunes conseillers"

     

    DSC_4055.jpg

    Séance inhabituelle, hier, au Conseil Communal Visétois.

    En effet, c'est en présence du Bourgmestre, des Echevins et de certains Conseillers communaux que les jeunes élus au Conseil Communal des jeunes ont prêté serment.

    Elus pour une mandature de 2 ans, ils sont issus des 5 et 6 èmes années primaires des écoles de l'entité. Les jeunes qui ont quitté le primaire fin juin devaient donc être remplacés. C'est ainsi que dix nouveaux Conseillers ont été installés.

    Patrick Willems, Echevin de la Famille, Marcel Neven, Bourgmestre et Michaël Labiouse responsable de l'encadrement des jeunes ont tout d'abord rappelé en quoi allait consister le travail qu'ils s'étaient engagés à accomplir. Les conseillers participant à leur deuxième année ont alors pris la parole, rappelant ce qui avait été accompli l'année dernière.

     L'assemblée a ainsi appris quels étaient les projets qui avaient été menés à bien pour rendre la vie des Visétois un peu plus agréable :

    - Organisaion d'un après-midi d'échanges inter-générationnel avec les pensionnaires de la maison de repos "Les trois Rois". Chants, jeux de société et goûter ont été partagés. 

    - Découverte de la diversité des tâches à mener à bien pour maintenir la ville propre, explications données par l'Echevin responsable, Luc Lejeune. 

     - Sensibilisés à la propreté et à la sauvegarde de l'environnement, les jeunes ont organisé une campagne "Propreté" sur la commune. En association avec "BE WAPP" ils ont participé au nettoyage des abords de la Darse de Cheratte. " Que de crasses et de déchets récoltés!" Être citoyen, c'est aussi à travers de simples gestes de tous les jour pour le respect des autres et de l'environnement que ça se vit 

    - Les jeunes élus ont également participé à quelques manifestations commémoratives, telle le 11 novembre

    - Organisation d'une journée d'initiation aux "Premiers soins" durant les vacances de Pâques. A cette occasion, plusieurs élèves de 5è et de 6è ont pu apprendre "les gestes qui sauvent"

    - Participationà une journée de rencontre avec tous les Conseils Communaux des Enfants de Wallonie. Cela se passait à Namur. Visite du Parlement wallon et activités dans des ateliers citoyens

     - Un mercredi matin, sur le marché hebdomadaire, organisation de la deuxième "Journée du Bonjour"  Accompagnés de quelques membres du Conseil Consultatif des Aînés, distribution au passants d'autocollants réalisé par les enfants, des bonbons et des flyers. "Un « bonjour », c'est le début d'une journée réussie, ça réchauffe le cœur, ça ne coûte rien et ça nous rapproche, c'est un rayon de soleil, c'est un clin d’œil à la vie."

    Et de conclure :  "Nous nous réjouissons de recommencer cette année, car, avec les nouveaux conseillers, nous allons partager encore plus d'idées et réaliser encore plein de beaux projets."

    Plusieurs orateurs se sont plus à signaler que les enfants étaient particulièrement préoccupés par la propreté en ville, alors que précédemment, c'était plus le thème de la sécurité auprès des écoles qui avait été abordés.

    Voici les portraits des nouveaux élus :

    DSC_4021.jpg

    DSC_4022.jpg

    DSC_4023.jpg

    DSC_4024.jpg

    DSC_4025.jpg

    DSC_4026.jpg

    DSC_4027.jpg

    DSC_4028.jpg

    DSC_4029.jpg

    DSC_4030.jpg

    Félicitations à tous ces jeunes qui s'engagent à agir pur leur commune, et... bon travail!

     

     

     

  • Le billet du C.A.L. Basse-Meuse

    attachment.jpgConférence-débat : Liberté d’expression et blasphèmes

     

    La Maison de la Laïcité de Visé et Culture et Action Laïque de la Basse-Meuse en collaboration avec la Commune de Dalhem dans le cadre de leur cycle de conférences ont le plaisir de vous inviter à venir écouter la conférence de Monsieur Denis Rousseau intitulée « Liberté d’expression et blasphèmes » et à en débattre avec lui le jeudi 17 novembre 2016 à 20h à la salle des mariages de l’ancienne Maison Communale de Dalhem à Dalhem.

    Monsieur Rousseau a été journaliste d’investigation (Au nom de la loi, Autant savoir, neuf millions neuf…), Editeur puis Rédacteur en chef de l’International au JT et Rédacteur en chef de l’ensemble des magazines à la RTBF.

    Monsieur Rousseau se présente lui-même comme journaliste d’enquêtes ayant travaillé dans l’audiovisuel pendant 38 ans, franc-maçon depuis 25 ans. Par son parcours professionnel, il a acquis une parfaite expertise dans les domaines qui font l’objet de cette conférence.

    Le premier engrais de son ADN maçonnique c’est bien sûr la tolérance religieuse.

    Le second c’est celui du renvoi du religieux dans la sphère privée, choix que les monothéistes ont abordé avec difficulté : p.ex.: les Juifs, dès l’an 800 avant JC sous le règne de Josaphat en Judée, ont accepté une formule talmudique plusieurs fois renouvelée : « la loi du pays est la loi ».

    Le troisième engrais de son ADN maçonnique, c’est le droit à la liberté d’expression et en particulier au blasphème…

    Pour lui la liberté permet l’expression sans aucune entrave de censure ou d’autocensure. Seule la loi du pays légitimée par le vote démocratique permet de punir la diffamation et l’appel à la haine. Dès que l’on cède à l’autocensure, comme malheureusement cela s’est passé après les meurtres parisiens, on donne à ceux qui ont déclaré la guerre à nos valeurs une petite victoire, celle de la lâcheté sur le devoir.

    Son ADN maçonnique le pousse à refuser la peur et à agir pour refuser la  pusillanimité, les sentiments de culpabilité hors contexte historique, les accommodements souvent clientélistes de certains partis démocratiques qui ont permis le halal à la cantine scolaire, le voile intégral dans l’espace public et les discriminations de genre.

    Sa conclusion c’est que nous ne devons pas être inactifs face à la mise en cause de nos valeurs. Le combat est dans la vie profane ; utilisons la force de nos convictions pour aider la communauté citoyenne à apporter sa pierre à la construction du temple de l’humanité contre ceux qui veulent le détruire.

    Nous espérons vous voir à cette conférence et nous vous rappelons  celle du 8 novembre « Du paradis fiscal à l’enfer du pénal » présentée par Monsieur Michel Claise, à laquelle nous vous invitons à la Salle des Echecs du Centre Culturel de Visé.

    Pour plus d’info, veuillez contacter Mme Rachel Etienne au 04/265 96 48 ou laicite.vise@gmail.com

    Nous serons heureux de vous accueillir à ces 2 conférences.

     

    Claire Dethioux pour Culture et Action Laïque de la Basse-Meuse

     

     

  • Construction d'un parking public et de la résidence "Albert 1er"

     

    687390249.26.jpegLa construction du parking souterrain public et privé de l'avenue Albert Ier à Visé centre va bientôt commencer (début du chantier prévu le lundi 7 novembre 2016 à 7h), entraînant provisoirement des difficultés de circulation et de stationnement, mais nous avons pris diverses mesures pour encadrer le chantier qui débouchera ensuite sur une plus grande offre de parcage à Visé.

    Rappelons que le dossier 'Albert Ier' a été lancé il y a déjà de nombreuses années. Dans un premier temps l’Etat fédéral s’apprêtait à remplacer le parking existant par des bâtiments destinés aux Finances, à la Justice et à la poste. Dès lors, la Ville de Visé a exproprié l’Etat afin de conserver et surtout d'augmenter le nombre de places de parking. La Ville a lancé un appel public pour un projet de parking souterrain public et privé et de construction aérienne de commerces et d'appartements. Plusieurs projets ont été soumis à un jury indépendant et c'est l'offre de la société Horizon qui a été jugée la meilleure. Le contrat a été signé en 2011, mais le permis d'urbanisme qui en a découlé a fait l’objet d’un recours dilatoire au Conseil d’Etat. Ce recours a été rejeté, les travqaux peuvent  désormais commencer.

     

    La région wallonne soutient ce projet par un subside de 1.250.000 €qui sera réparti sur la construction du parking souterrain public et sur le futur aménagement de la place Reine Astrid.

    Le projet, une fois réalisé, proposera plusieurs utilités publiques et privées aux Visétois : un parking souterrain public de 100 places avec une gratuité minimale initiale, un parking souterrain privé de 42 places, un rez-de-chaussée commercial et deux niveaux (plus toiture) d'appartements neufs pour lesquels la demande à Visé est très forte. Ce projet immobilier rendra plus conviviale l'entrée de la ville en provenance de Berneau, avec un bâtiment neuf aux lignes contemporaines et il permettra de redynamiser l'axe commercial de l'avenue Albert Ier.

    Le groupe Horizon a une expérience des gros chantiers et nous veillerons ensemble, le promoteur, ses entreprises retenues et la Ville de Visé, à dégager toutes les solutions pertinentes pour limiter les désagréments du chantier qui devrait durer quelque 28 mois.

     

    Où seront déplacés les arrêts de bus ?

    L'arrêt de bus TEC de l'Avenue Albert 1er sera déplacé sur la même rue à hauteur de l'entrée de la salle de gymnastique de l'Institut du Sacré-Coeur. L'arrêt de bus TEC de la place Reine Astrid sera déplacé au début de la rue Saint-Hadelin (près de « La table gourmande »).

     

    Où créera-t-on des places de stationnement provisoires en domaine public ?

    La réalisation du chantier supprimera le parcage en surface de la zone concernée, et pas ailleurs, et en outre des emplacements provisoires seront créés sur le domaine public aux endroits suivants :

    • sur l'emplacement de bus déplacé de la place Reine Astrid.
    • sur l’Avenue Maréchal Foch où quelques places seront recréés à hauteur de la gare comme par le passé.

    -  sur la rampe de la gare, vers la liaison E25 à gauche en descendant. Rappelons que le quai des fermettes offre une capacité de parcage encore trop peu souvent exploitée !

    -  A partir de l'été 2017, le collège communal espère mettre une capacité de parcage supplémentaire de 82 places par la démolition du bâtiment désaffecté de la SNCB au bout de l'avenue de Navagne.

     

    Où créera-t-on des places de stationnement provisoires en domaine privé ?

    Nous remercions les directions des écoles de mettre leur cour de récréation à usage de parking.

    • La cour de récréation de l'Athénée Royal, rue du Gollet et la première cour de récréation du Collège Saint Hadelin, rue des Déportés seront ouvertes au public les week-ends du samedi 8h au dimanche 18h.
    • Le parking de l'Institut du Sacré-Coeur, rue du Gollet sera ouvert au public lors de manifestation particulière.

    Le stationnement s'effectuera sous l'entière responsabilité de l'utilisateur. En cas de non respect des horaires l'évacuation du véhicule sera à charge de l'utilisateur.

    Les différentes phases du chantier seront communiquées dans un avenir proche. Mais dès à présent nous pouvons vous annoncer qu’une première phase sera consacrée au forage des ieux sécants sur le pourtour du terrain. Cette phase durera jussque  mars 2017. Il s’ensuivra une seconde phase; elle sera consacrée à l’excavation des terres

    Ci-dessous, vous trouverez le plan du centre et de ses aménagements temporaires.

    Régulièrement, nous communiquerons sur l’avancement des travaux.

    Pour la Ville de Visé

     

    Marcel Neven             Luc Lejeune                   Stéphane Kariger

    Bourgmestre             Premier échevin              Echevin du commerce

     

    0001wd.jpeg