- Page 4

  • Paul Furlan l'annonce: il démissionne du gouvernement wallon pour pouvoir rester serein

     

    277167368_B9710928860Z.1_20170126113716_000_GGO8DI009.1-0.jpg

                                                                           Photo : Vincent Lorent

    Lors d’une conférence de presse à Namur, en marge des débats du Parlement wallon sur une motion de méfiance demandée par l’opposition, le ministre des Pouvoirs locaux Paul Furlan (PS) a annoncé sa démission « pour rester serein ».

    Paul Furlan a débuté sa conférence de presse en déclarant qu’il devait « déranger quelqu’un ».

    Il a commencé par retracer ses débuts en politique. « Je ne suis pas né dedans », dit-il. « Donc j’avais une activité professionnelle »

    Philippe Tison, explique Paul Furlan, était un ami avant d’entrer en politique. Le ministre wallon explique comment il exerçait son activité dans un bureau d’assurance. Il ajoute qu’il n’a jamais cumulé les salaires.

    Devenant député, puis ministre, Philippe Tison l’a accompagné dans sa carrière professionnelle. « Il me conseille politiquement et à organiser mes activités y compris les soirées et les week-end. Et vous savez qu’elles sont nombreuses ». « Il est pleinement dans le cadre de mon cabinet et dans la barémisation des salaires ".

    Intervention pour un logement

    Paul Furlan évoque ses permanences, dans lesquelles il y a des doléances en matière de logement. « Ces demandes viennent du cabinet royal », précise-t-il. « Rien que pour répondre aux sollicitations du Palais, il faut un temps plein », dit encore Paul Furlan.

    C’est ainsi qu’il lui arrive d’attirer l’attention des institutions sur des décisions qui sont prises en matière de logement. « Cela me permet de garder le contact », dit Paul Furlan, qui ajoute qu’une majorité des demandes ne vient pas de sa circonsription électorale. « Je me contente de transmettre la demande à l’administration ». M.Furlan déclare que même s’il voulait intervenir, il n’y aurait quand même pas de logements suffisants.

    « Je dois rester serein »

    A propos des membres de son cabinet habitant sa circonstription, Paul Furlan fait remarquer que certains étaient en politique bien avant que lui-même y soit. Même chose pour sa compagne qui exerçait ses fonctions avant de le rencontrer.

    Pour conclure, Paul Furlan déclare ne pas être Caliméro. «Je ne rentrerai pas dans le jeu de me plaindre, j’ai toujours pris mon destin en main, et la vie ne s’arrête pas à celle de ministre. Je dois rester serein et la vie dans laquelle je vis n’est plus sereine. C’est pourquoi je présente ma démission ».

    Source : La Meuse

  • Le scandale Publifin éclabousse désormais Paul Magnette: il aurait aidé l'intercommunale à engranger 20 millions d'euros par an sur le dos du consommateur

    3425290.jpg

    Les mesures instaurées par l'actuel Ministre-président de la Wallonie ont eu pour effet d'augmenter de 53 euros par an la facture d'électricité d'une famille de 4 personnes et de 65 euros celle du gaz. Tecteo (aujourd'hui Publifin) a pu engranger un trésor de guerre qui a notamment aidé Stéphane Moreau à étendre son empire.

    En 2008, Paul Magnette a pris à son compte la rédaction, en tant que ministre en charge du Climat et de l'Énergie au sein du gouvernement Leterme I, d'un arrêté royal qui a permis par la suite aux distributeurs de gaz et d'électricité de faire exploser leur cagnotte.

    Grâce à cette mesure, Tecteo (aujourd'hui Publifin) a engrangé annuellement de 2008 à 2014, année de la régionalisation de cette compétence, 20 millions d'euros supplémentaires, écrit L'Echo jeudi.

     

    Tecteo aurait d'ailleurs à l'époque fait un lobbying intense auprès de Magnette, fraichement arrivé au fédéral, selon un expert.


    Une directrice de cabinet adjointe "a trifouillé"

    Les différentes sources interrogées par L'Echo et présentes à la Creg à cette époque pointent Christine Declercq, directrice de cabinet adjointe en charge de l'Énergie. Elle a "trifouillé dans tous les paramètres de fond en comble au profit des distributeurs wallons", selon une source anonyme.

    Tous les distributeurs énergétiques ont d'ailleurs finalement profité de l'intervention de Paul Magnette, qui se rapportait à la fixation des tarifs de l'énergie et à la maîtrise des coûts par les gestionnaires des réseaux de distribution d'électricité.

    Les mesures, approuvées par le conseil des ministres, établissaient entre autres un facteur "Bêta" pour le calcul de la prime de risque des distributeurs. Selon des calculs de la Creg datant de 2010, elles ont eu pour effet d'augmenter de 53 euros par an la facture d'électricité d'une famille de 4 personnes et de 65 euros celle du gaz.

    Magnette se défend

    Paul Magnette a démenti toute mesure prise en faveur de Tecteo alors qu'il était ministre fédéral de l'Energie. Il aurait au contraire veillé à prendre en compte les obligations de service public auxquelles étaient contraints les distributeurs dans la fixation des tarifs, a-t-il expliqué à la suite d'un article paru dans l'Echo.

    Le ministre a fait à l'époque le tour des distributeurs d'énergie au nord et au sud du pays. Les obligations de service public établies par les Régions pesaient alors lourdement sur leurs coûts. A l'issue de cette concertation, certaines de ces obligations ont été prises en compte, mais pas toutes, souligne l'actuel ministre-président wallon.

    Par ailleurs, les distributeurs se sont vus imposer des économies par le biais d'un coefficient de productivité. M. Magnette conteste donc les 20 millions d'euros engrangés par Tecteo chaque année étant donné que le calcul ne se fonde que sur les recettes et non les coûts. "Or, quand on calcule le bénéfice d'une entreprise, on doit soustraire les coûts des recettes. Le but n'a jamais été de hausser un bénéfice", a-t-il ajouté.

    Source : RTL Infos
  • Police : Avis aux habitants de la Basse-Meuse

    image_preview.jpeg

    Les ménages de la zone Basse-Meuse sont actuellement démarchés par les délégués de la SPRL "RPN", société de régie publicitaire. 

    "Ces derniers proposent à la vente le bulletin "Contacts" édité par l'ASBL "ENSSA". Cette ASBL a notamment pour but l'entr'aide aux services de sécurité.

    Nous portons à la connaissance du public que cette ASBL dispose des autorisations requises pour pouvoir exercer leur activité.

    Les services de police de la zone Basse-Meuse tiennent cependant à préciser qu'ils n'ont aucun lien avec cette association dont ils ne perçoivent aucune aide ou dotation.

     

    Commissaire Pierre LUCASSE,

    Directeur de la proximité.

     

  • Soumagne : le socialiste qui traite les pauvres de "GUEUX"

    une.php.jpeg

    - L'ultimatum secret de Charles Michel au prince Laurent

    - Daniel, le fils caché de Louis de Funès, est mort

    - Le rapport Furlan accable le C.A. de Publifin

    - "Speed gun", la nouvelle arme des policiers

    - Fléron : un bus détruit la façade de sa maison

    - Deux heures en rade : mais où est donc passé le train 2333? 

    - Bassenge : des dizaines de milliers de litres de carburant volés à l'Otan

    - Des étudiants invités à concevoir les chambres du futur du CHU

    - Un centre sclérose en plaque au CHR

    - Herstal : Licourt/Basse-Campagne désengorgé

    - Donner le droit de vote à 16 ans

    - Mettre de l'ordre dans les pubs prématurées avant les fêtes

    - Combien touchent les administrateurs de nos intercommunales?

    - Diables Rouges : une tournée asiatique à 2 millions?

    - Bernie Ecclestone débarqué. La F1 de demain, c'est l'Amérique 

    - Etc, etc...

     

  • Visé : la Zatopek en famille ce 29 janvier 2017

    15726216_599203293603223_5608818421741581451_n.jpg

    La Zatopek en famille fêtera sa dixième édition, en même temps que les 10 ans du magazine !

    En janvier 2007, la Zatopek en Famille accompagnait le lancement du 1er numéro du magazine Zatopek, le premier magazine running et santé de Bruxelles et de Wallonie.

    L'édition 2017 sera une édition anniversaire avec quelques surprises : une nouvelle distance - un 18km trail (avec 300m de dénivelé positif) - et une table de prix spéciale 10 ans.

    Date: dimanche 29 janvier 2017

    Lieu: Hall Omnisport de Visé - Rue de Berneau 30 à 4600 VISE

    Programme

    • A partie de 9h: Chateaux gonflables  (à l'intérieur)
    • 09h30: 400 mètres (élèves du maternelle)
    • 09h40: 800 mètres (élèves du primaire)
    • 10h00 : 18km trail (D+ 300m)
    • 10h30: 5km
    • 10h35: 10km

    Description des parcours
    18km trail : le parcours s'étire de la vallée de la Meuse (Visé) à la vallée du ruisseau d'Asse (Mortroux), en passant par la vallée de la Berwinne. Il s'en va donc chatouiller le nez du Pays de Herve, sur un parcours à 80% vert (avec 300m de dénivelé positif) recellant l'une ou l'autre surprise que les participants découvriront par eux-mêmes.

    10km : le parcours "classique" de ces 10km est un parcours très roulant le long des berges de la Meuse, en passant par l'île Robinson (ravitaillement du 5eme km) et le bois Mayenne (seule côte du parcours) pour terminer.

    5km : le parcours emprunte les 2 premiers et les 3 derniers kilomètres du parcours du 10km. Une descente "en ville", le plat et la remontée par le bois Mayenne vers la piste et le hall omnisport de Visé.

    Garderie : une garderie est prévue pour les enfants de 3 à 10 ans, entre 9h30 et 13h dans le hall omnisport (lieu des inscriptions). Le service est gratuit pour les enfants dont le ou les parents courent. L'encadrement est assuré par des "professionnels" (enseignants). En plus d'un château gonflable, il y aura d'autres activités proposées (coloriage, grimage) au sein de la garderie, qui sera un lieu fermé. Il n'y a pas de pré-inscription pour ce service. RDV sur place le 29/1.

    Pré-inscription pour les 5, 10km et 18km (-1€)


    Inscription 5, 10km, trail 18km, 800m et 400m sur place également à partir de 9h (+1€ pour les courses adultes) .
    Les réductions "abonnés" (-3€) ne sont possibles que via la préinscription ou la présetation du numéro d'abonné.
    Les réductions JCPMF (-2€) ne sont possibles que via la pré-inscription d"un groupe (la réduction s'applique à tout le groupe JCPMF).