- Page 2

  • Les prochaines activités du groupe "Zephyr"

    LOGO Zéphyr.jpg

    Modules du 2ème semestre 2017 (4/9 - 20/12/17)

    A VISE

    1. Alphabétisation : pour un public peu ou pas scolarisé dans sa langue maternelle

             1. alpha 1 : mardi et jeudi de 9h à 12h

             2. alpha 2 : mardi de 9h à 11h30 et jeudi de 9h à 12h

    2. Français Langue Étrangère : être scolarisé dans sa langue maternelle

            1. niveau débutants : à fixer

            2. niveau A1.1 vers A1.2 : lundi, mercredi et vendredi de 9h à 12h

            3. niveau A1.2 vers A2.1 : lundi, mardi et vendredi de 9h à 12h    

     3. Table citoyenne : FIC/AOC 1er module du 8/9 au 8/12/17 le jeudi de 9h à 11h

    Dans le cadre du parcours d’accueil des primo-arrivants, nous proposons des formations citoyennes. Nos formateurs ont suivi la formation délivrée par le DISCRI (Dispositif de concertation et d’appui aux Centres Régionaux d’Intégration) qui a conçu et mis à disposition des opérateurs un programme complet et une variété d’outils (www.discri.be).

    A CHERATTE BAS   rue de Visé 123 à partir 18/9/17

    1. Atelier "Osez parler" : atelier interculturel et intergénérationnel  - le lundi de 9h à 11h30
    2. Français langue étrangère : être scolarisé dans sa langue maternelle  (passer le test de positionnement) - le mercredi de 9h à 11h30

     Pour les nouvelles inscriptions de septembre, prendre rendez-vous pour les tests à partir du 16/8/17
    Tél. 04/374.31.45
    Gsm : 0497/ 24.86.82 (du lundi au jeudi de 13h30 à 16h)

    http://www.vise.be/espace-vie-sociale/espace-associatif/zephyr-formation

     

     

     

  • Balsamines de l’Himalaya : bilan de 3 semaines de gestion

    thumbnail_balsamines Fond d Oxhe 2017 (8).jpg

     

    Depuis 2012, le Contrat de Rivière Meuse Aval et affluents coordonne les chantiers de gestion de la balsamine de l’Himalaya sur l’ensemble du bassin hydrographique dont la Berwinne et le Geer.

    Pour rappel, les balsamines de l’Himalaya sont des plantes annuelles très dynamiques qui produisent de petites graines, jusqu’à 800 graines par plante, bien adaptées à la dispersion par l’eau. Ornées de jolies fleurs roses, elles peuvent atteindre de 2,5 à 4 mètres de haut et forment des massifs denses qui étouffent la flore indigène. Leur système racinaire, peu développé, joue également un rôle dans la fragilisation des berges de nos cours d’eau.

    Depuis juillet 2017, cette plante a rejoint officiellement la liste des « Espèces Exotiques Envahissantes » ciblées par le règlement européen.  Cette plante ne peut donc plus être détenue, vendue ou échangée de manière volontaire et les états membres doivent mettre en place des plans de gestion pour éviter sa propagation.

    Le CRMA n’a pas attendu ce nouveau règlement pour mettre en place des chantiers de gestion.

    Cette année encore, 5 étudiants ont été engagés entre le 3 et le 20 juillet pour renforcer l’équipe de coordination sur le terrain.

    Bilan de ces gestions en quelques chiffres :

    • 1.455 heures de gestions au total
    • 370 heures de gestions par les coordinateurs du CRMA soit 74 heures par coordinateur
    • 8.000 € investis pour l’engagement des étudiants
    • 163 km de cours d’eau parcourus (soit 326 km de berge !)
    • 232 « Points Noirs » traités

    Des constats sur le terrain :

    • Cet été particulièrement, les gelées tardives du mois d’avril suivies de la sécheresse ont eu un impact important sur ces populations de balsamines. Il nous a fallu parfois deux fois moins de temps qu’en 2016 pour gérer certains sites originellement fortement envahis.
    • Au fil des années les populations gérées ont tendance à se réduire, ce qui veut dire que nos efforts ne sont pas vains et que ces chantiers de gestions sont efficaces.

    Et pour les autres « Espèces Exotiques Envahissantes » ?

    Dans le cadre de son Plan Communal de Développement Rural, la Commune de Braives a inscrit une fiche relative à l’inventaire et la gestion de de ces « EEE ».

    Deux conférences données par Thomas Genty du Parc Naturel et Edmée Lambert du CRMA ont été organisées en avril et juin pour sensibiliser les habitants et jardiniers en herbe.

    Durant cet été plusieurs balades à vélo sont organisées afin de réaliser un recensement participatif de ces espèces.

    Intéressés de découvrir ces plantes invasives ? N’hésitez pas à participer à l’une de ces balades !

    Contact:  

    Edmée LAMBERT

    Coordinatrice Principale du CRMA

    Place Faniel, 8 à 4520 Wanze

    085/71 26 55 – 0478/190 394

    www.meuseaval.be

  • Gouvernement wallon: voici la répartition des portefeuilles par parti, avec un ministre en moins que précédemment

    Le nouveau gouvernement wallon comptera sept ministres, soit un de moins que l’exécutif précédent, ont confirmé les présidents du MR, Olivier Chastel, et du cdH, Benoît Lutgen, sur les ondes de la RTBF et de Bel-RTL. Les libéraux disposeront de quatre ministres dans la nouvelle équipe, tandis que les humanistes en auront trois.

    La ministre-présidence de ce gouvernement, dont le casting sera dévoilé ce mercredi, reviendra au Mouvement Réformateur. Les libéraux hériteront également des compétences de l’économie et l’industrie, de l’emploi et de la formation, du budget et des finances, de l’énergie et du climat ainsi que des pouvoirs locaux et de la politique des grandes villes, a expliqué M. Chastel sur Bel RTL. Le MR sera aussi en charge du logement, des infrastructures sportives et des aéroports

    Les trois ministres cdH obtiendront pour leur part la santé, les affaires sociales, l’environnement et l’aménagement du territoire, les travaux publics ainsi que la fonction publique, a précisé M. Lutgen sur La Première.

    MR et cdH disposent à deux d’une courte majorité de 38 sièges sur 75 au Parlement de Wallonie, soit le strict nécessaire. Le 19 juin dernier, Benoît Lutgen avait appelé à former de nouvelles majorités sans le PS en Wallonie, en Fédération Wallonie-Bruxelles et à Bruxelles, rompant une alliance de près de 13 ans.

    Lisez m'article complet dans nos éditions "digitales" ou "Papier"

  • Visé : venez voir l'installation du nouveau "pont des Allemands"

    B9712667941Z.1_20170720182705_000+GKJ9FMEA1.2-0.jpg

    © Thomas Van Ass

    Construit dès 1914, l’ouvrage d’art est aujourd’hui devenu trop vétuste, d’où la nécessité de complètement le rénover. En réalité, à part les piliers qui ont néanmoins été renforcés, toute la structure du pont va être remplacée. Un travail titanesque qui a démarré voici plusieurs mois maintenant.

    B9712667941Z.1_20170720182705_000+GKJ9FMEE9.2-0.jpg

     © Thomas Van Ass

    Depuis avril, la structure métallique du tablier principal du pont, soit 240 mètres de long, a ainsi été entièrement assemblée au pied du pont. Et durant tout ce week-end, elle va être glissée au-dessus de la Meuse et placée juste à côté du tablier existant. Une manœuvre impressionnante qui devrait valoir le coup d’œil. «  Ce jeudi après-midi, nous avons commencé à lever la nouvelle structure pour la monter à 10 mètres de haut  », explique Jean-Michel Hody, chef de projet chez Infrabel. «  Dès ce vendredi, on va commencer à la faire avancer, jusqu’au bord de la Meuse. Et samedi et dimanche, elle va être glissée au-dessus de la Meuse pour être positionnée parallèlement à celle existante. L’avantage que l’on a eu c’est qu’à l’origine, les piliers du pont ont été construits pour accueillir quatre voies. Au final, il n’en fait que deux. On peut donc sans problème faire reposer temporairement le nouveau tablier quasiment au bon endroit  »

    B9712667941Z.1_20170720182705_000+GKJ9FME5B.2-0.jpg

    © Thomas Van Ass

    Ensuite, jusqu’au 9 septembre, du béton va être coulé sur le nouveau tablier. « Le pont existant est entièrement fait de métal. Quand les trains passent, ça fait donc énormément de bruit. Par contre, le nouveau tablier va lui être composé de dalles de béton sur lesquelles viendra le ballast. Ce sera donc nettement moins bruyant pour les riverains ».

    B9712667941Z.1_20170720182705_000+GKJ9FMAQR.2-0.jpg

    © Thomas Van Ass

    Une excellente nouvelle pour eux quand on sait que la plupart des trains passent de nuit. «  Et en plus, vu la vétusté du pont, la vitesse est limitée à 20 km/h. Avec le nouveau pont, elle repassera à 90 km/h  »

    B9712667941Z.1_20170720182705_000+GKJ9FMA85.2-0.jpg

     © Thomas Van Ass

    Mais pour en arriver là, il faudra encore attendre quelques mois. Le tablier principal ainsi que quatre des sept tabliers secondaires ne seront définitivement positionnés qu’en septembre. «  Le trafic va y être interrompu entre le 10 et 20 septembre, le temps de démolir l’ancienne structure et de placer la nouvelle. Les trois derniers tabliers seront eux réalisés au printemps prochain  ».

    Si vous êtes du côté de Visé durant tout ce week-end, n’hésitez surtout pas à venir admirer une manœuvre qui s’annonce impressionnante et qui n’a lieu que très rarement. (Source : L.M Aurélie Drion)