- Page 4

  • M.A.H.V.I : une pièce de choix vient de revenir de restauration

    fullsizeoutput_159bf.jpegUn musée se doit de restaurer les pièces majeures du patrimoine qui lui a été confié. Le musée régional de Visé a depuis quelques années pu jouir de la possibilité de recevoir des dons immunisés. Une partie de cette recette permise par les donateurs a permis de restaurer quelques pièces majeures du patrimoine visétois  ; citons le christ des escaliers de  Lorette enlevé de son piédestal en 1913, superbe pièce du 17e s. ; un tableau du célèbre Fromondus de Haccourt ; le soupirail de la cave du principal bâtiment gallo-romain de Visé (Centre culturel) ; la remise en état d’une peinture évoquant la déportation des visétois en août 1914 ; le réencadrement de peintures de Joseph Cambresier de Lixhe ou de de Lincé d’Oupeye. Une des autres pièces vient de revenir en ce mois de juin de l’atelier de restauration : une superbe écharpe maçonnique datant du 19e s. que le musée possède dans le fonds Jaminet, qui était accompagné d’un service et du marteau cérémoniel. Elle aurait appartenu à un des membres du gouvernement provisoire de notre pays en 1830-1831 ( ?). Mais une autre pièce, un drapeau de l’association des ex-déportés civils de Visé le 16 août 1914 est dans l’atelier de la restauratrice, Mme Carpentier et nécessitera un travail minutieux.  Des dons seront encore nécessaires pour ce financement. Les dons de 40 € et plus permettent d’obtenir une attestation fiscale pour l’année fiscale en cours. Renseignement sur le site du musée www.museedevise.be

  • Ce dimanche, visite guidée de la réserve naturelle de la Montagne Saint-Pierre

    1200x900_photo-DEC-ALD010009FD-ANX17001W00E7.jpg

    Réserve Naturelle de la Montagne Saint-Pierre- Visite guidée

    Le Service Environnement de la Ville de Visé et l’asbl NATAGORA organisent le dimanche 30 juin 2019 à 13h30 une visite guidée de la réserve naturelle de la Montagne Saint-Pierre. Le prix est de 3€ par adulte, gratuit pour les membres Natagora.

     

    Lieu de rendez-vous : Maison de la Montagne Saint-Pierre - Place du Roi Albert à 4600 Lanaye

     

    L’inscription préalable auprès de l’Echevinat du Développement durable est obligatoire, clôture des inscriptions le vendredi 28 juin 2019 à 16h.

     

    Tél. :04/3748493 – Les jours ouvrables de 9h00 à 12h30 et de 14h00 à 16h00.

     

    Le Service Environnement

  • Visé : Âgé de 34 ans et diagnostiqué comme schizophrène,  il était porté disparu depuis le 18 juin 2018 

     
    Pour les proches de Patrick Rinder, ce Visétois de 34 ans disparu depuis juin 2018, c’est la délivrance ! L’homme, schizophrène depuis de nombreuses années, a été retrouvé en Espagne. En bonne santé, il a pu regagner la Belgique.  
    En Basse-Meuse, Patrick Rinder est bien connu de la population. Croatia Wandre, Hermée, Vivegnis, l’homme a écumé les clubs de football de la région avec un succès non-négligeable. Attaquant, il a fait les beaux jours de plusieurs matricules en première et deuxième provinciales, envoyant avec panache de nombreux ballons dans les filets adverses.
    Côté face, Patrick souffrait également d’une vilaine maladie. Diagnostiqué comme schizophrène il y a de nombreuses années, il vivait avec son papa. Et en juin 2018, c’est avec le véhicule de ce dernier qu’il a pris la route vers l’Espagne. Sans dire un mot à personne. Depuis le 18 juin de l’année dernière, il n’avait donc plus donné signe de vie à ses proches. Des proches qui étaient, on peut le comprendre, morts d’inquiétude.
    Le véhicule avec lequel le trentenaire visétois avait taillé la route, avait finalement été retrouvé à la frontière espagnole, près de Barcelone. Mal stationné, il avait été saisi par la police. Mais toujours aucune trace de Patrick… L’homme n’était ni en prison, ni dans un hôpital.
    Il ne répondait plus au téléphone et il n’y avait plus de mouvement sur sa carte bancaire.
    La famille voulait que le trentenaire soit retrouvé avant un drame, lui qui était parti sans son traitement. La police de la Basse-Meuse, en charge de l’enquête, cherchait véritablement une aiguille dans une botte de foin.
    En janvier dernier, la police fédérale avait d’ailleurs relayé l’information en diffusant un appel à témoins dans les médias. « Il est demandé à Patrick de se manifester afin de rassurer ses proches », disait le communiqué.
    L’homme a-t-il entendu les supplications de sa famille ? Récemment, les réseaux sociaux se sont emparés d’une bonne nouvelle : Patrick a été retrouvé en Espagne. Il est en bonne santé !
    En réalité, son retour parmi les siens date d’il y a plusieurs semaines. C’est le 24 avril dernier qu’on a retrouvé sa trace !
    En mai, la police fédérale retirait d’ailleurs l’information de son site internet, et indiquait qu’il avait été retrouvé en bonne santé.
    Mais l’information s’est répandue comme une traînée de poudre sur Facebook, seulement il y a quelques jours. De nombreux amis ont partagé la bonne nouvelle, saluant le retour de Patrick, et espérant bientôt le revoir en Basse-Meuse.
    La famille du trentenaire est évidemment ravie du dénouement.
    Patrick Rinder a pu regagner la Belgique, où il est désormais entouré par ses proches.

  • Le staff du Musée régional s'est étoffé

    thumbnail_190529STAFFMUSEE.jpg

    Le staff du musée régional d’archéologie et d’histoire de Visé, instrument patrimonial de l’asbl Société royale archéo-historique de Visé et de sa région s’est étoffé en mai de cette année avec l’aide de la Wallonie et de la ville de Visé.  Sur la photo, de gauche à droite, Marylène Zecchinon, de Lixhe, une des deux conservatrices du musée, son voisin David Dewaide de Berneau, stagiaire en secrétariat de l’Institut du Sacré-Cœur, Jean-Pierre Lensen de Visé, directeur (bénévole) du musée régional et secrétaire de la S.R.A.H.V., Cécile Lensen de Richelle l’autre conservatrice, Astou Sylla de Dalhem secrétaire du musée et trésorière-adjointe de la S.R.A.H.V et le dernier engagé, Régis Beuken de Cheratte, animateur polyvalent. Le travail ne manque pas : les activités grand public, les documents pédagogiques, les publications, les expositions (l’enfance en octobre et les 75 ans de la fin de la guerre en avril-mai 2020), la rénovation du musée et des  réserves, la numérisation des collections, les réseaux sociaux (www.museedevise.be), de nombreux partenariats et de futures fouilles archéologiques. Rappelons que le musée est ouvert de 14 h. à 16 h. du mardi au vendredi, le samedi et le premier dimanche du mois de 14 h. à 17 h et sur rendez-vous pour d’autres moments.

    (Communiqué)

     

    Jean-Pierre Lensen, directeur du musée régional de Visé

    Contact  0495-496391

    Site internet : www.museedevise.be

    Siège social SRAHV : Rue de Berneau, 1 4600 VISE

     

  • Un pas vers l'UNESCO pour les cramignons 

    B9713295406Z.1_20170925152953_000+GOG9RMUAC.1-0.jpg

    Reconnus comme chef d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de la Fédération Wallonie-Bruxelles 

    Le défilé des couples, femmes en long et hommes en smoking, fait partie de la tradition.
    Depuis ce 12 juin, les cramignons sont reconnu en tant que chef d'oeuvre du patrimoine oral et immatériel de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Une très belle reconnaissance pour une tradition qui attire, chaque année, des centaines de couples et des milliers de spectateurs dans la Basse-Meuse. Avant, on l'espère, une reconnaissance de l'UNESCO.  
    Lire le texte complet dans nos éditions de ce jour