Inaugurations - Page 5

  • Visé : ils ont débarqué !!! La boulangerie Pelzer a réouvert ce matin

     DSC_0059.JPG

     

    Présente à Visé pendant plus de 25ans (à Devant-le-Pont puis rue du Collège) la boulangerie avait dû fermer ses portes il y a 4 ans. Le bail était terminé et suite à un problème de succession, il n'avait pu être reconduit. Depuis ce matin, sous la houlette de Benjamin Raes, "chez Pelzer" s'est installé au n° 8 de la rue Haute.

    Véritable "institution" dans la Basse-Meuse, la boulangerie Pelzer est renommée bien au-delà pour la qualité de ses produits. 

     

    DSC_0062.JPG

     

    "Dans un premier temps, nous ne vendrons que des pains, baguettes, tartes et viennoiseries. Pour le reste, il faudra un investissement important au point de vue frigo afin de conserver dans les meilleures conditions tout ce qui comporte des crèmes par exemple" nous explique la maman de Benjamin.

    Cette dernière, très fière de son fils, nous présente d'ailleurs l'équipe visétoise où Catherine, la compagne de Benjamin, accueillera quotidiennement la clientèle.

     

    DSC_0066.JPG

     

    La surface, plus intime que la précédente, était auparavant occupée par la boulangerie "Darcis". La maison Pelzer continuera d'ailleurs à proposer leurs macarons à la vente.

    En 2007, Christian Pelzer, le fondateur de l'enseigne est décédé. Depuis, c'est Benjamin Raes, le fils de son épouse, qui a repris les commandes de l'entreprise. La maison mère se trouve toujours à Herstal, Place Licour et un tout nouvel atelier vient d'ailleurs d'y être construit.

    "A Visé, selon les jours, l'établissement recevait entre 300 et 500 clients quotidiens. Nombreux sont les visétois qui ont effectué le déplacement jusqu'à Herstal pour continuert à se procurer notre marchandise précise madame Pelzer. Maintenant, ce déplacement leur sera évité" sourit-elle.

     

    DSC_0057.JPG

     

    Ce matin, peu avant 10 hr lors de notre passage, la file s'étendait jusque sur le trottoir...

     

  • Le GRACQ vous propose d'inaugurer le nouveau tronçon du RAVEL

    Photo du nouveau ravel_P4060002-1.JPG

    Comme chaque année, l’association des cyclistes quotidiens de la Basse-Meuse vous invite à sa « balade de printemps ». Comme toujours, il s’agira d’une balade conviviale à allure modérée (12 km/h de moyenne) et la particularité de cette année sera certainement le passage par un nouveau tronçon Ravel dans la vallée de la Meuse.

     

    Toute la balade, d’une longueur de 30 km, se fera dans la vallée (les seuls côtes seront les montées sur les ponts !). Nous gagnerons Maastricht via Eijsden (rive droite) et reviendrons par la rive gauche via le nouveau Ravel qui relie le bac de Lanaye à Lixhe avec plus d’un km  en dehors de toute habitation (voir photo).

     

    Photo du nouveau ravel_P228003.JPG

     

    Pour marquer l’inauguration de ce nouveau tronçon, la commune de Visé accueillera le peloton des cyclistes à la Maison de la Montagne-Saint-Pierre. Une collation y sera offerte et il sera possible de visiter gratuitement une exposition temporaire créée par la Région Wallonne sur le thème des batraciens et reptiles de Wallonie.  

     

    Renseignements pratiques : rendez-vous le samedi 26 avril à 14h au parking de l’île Robinson à Visé. Retour prévu vers 17h.

    Renseignements et inscriptions auprès de Bernard au 0495/780852 

    ou par mail   basse-meuse@gracq.org. PAF de 2 euros 

     
  • Lanaye : inauguration d'un tronçon du RAVeL et d'une exposition sur les batraciens

    museum2.jpgLe 26 avril à 16 h, à la Maison de la Montagne St Pierre, inauguration du tronçon du RAVeL Lanaye-Nivelles- Lixhe et de l'exposition temporaire de la Région Wallonne sur les reptiles et batraciens de Wallonie

  • Visé : inauguration de l'aile " Résidence services" aux Trois Rois

    DSC_0047.JPG

    C'est hier en fin de journée que Maguy Yerna, la présidente de l'Institut de Soins Spécialisés de Liège (ISoSL), a procédé, en présence de nombreuses personnalités, à DSC_0034.jpgl'inauguration officielle de la nouvelle résidence.

    Une partie du rez-de-chaussée, qui accueillait auparavant la polyclinique a été transformée, modernisée et est maintenant constituée de 9 espaces de logement individualisés.

    Composés chacun d'une cuisine, d'un coin débarras, d'un DSC_0035.JPGliving, d'une chambre et d'une salle de bains, leur superficie varie de 49 à 62 m2 et sont destinés à être occupés soit par un couple soit par une personne isolée.

    Parmi les spécificités de ces logement, on peut remarquer que le revêtement de sol est continu entre la chambre et la salle de bain, et qu'il n'y a pas de marche DSC_0045.jpgd'accès à la douche, les risques de chute étant ainsi fortement diminués. Certains meubles (penderie, par exemple), ont été intégrés afin de maximiser l'espace, les rideaux et tentures sont prévus à chaque vitrage afin de garder une certaine uniformité esthétique au niveau de la façade.

    La sécurité n'a pas été oubliée puisque chaque logement est équipé d'un système d'appel tant dans la salle de bain, queDSC_0036.JPG dans la chambre, et le living est doté d'un poste central avec interphone. Les portes sont coulissantes et permettent le passage en fauteuil roulant.

    La vie, dans ces résidences, se déroule sur deux niveaux : le premier, individuel par l'occupation du logement et le second, en commun, par le partage d'espaces accessibles et réservés aux résidents. On y retrouve ainsi une salle de séjour commune pour les activités, une cuisine commune qui permet de se retrouver pour la préparation du repas, ainsi qu'une buanderie équipée de machines à lessiver et de sèche-linge.

    Débutés en janvier 2013, ces aménagement représentent un montant de 672.000 €, mais la ministre Tilleux a accordé au projet une enveloppe de 370.000 €. L'ISoSL a financé le reste sur fonds propres.

     

    DSC_0049.JPG

     

    Les services offerts.

    Le tarif de la location mensuelle débute à 800 € (49 ou 52 m2), passe par 850 € (54 m2) et atteint 900 € pour les appartements de 62 m2. 

    A ces montants, les résidents devront ajouter les charges : 50 €/mois de provision de gaz, 30 €/mois de provision pour l'eau, et un compteur individuel détermine la consommation d'électricité.

    Le résident a la possibilité de préparer ses repas lui-même ou de profiter de ceux qui sont proposés par l'établissement : déjeuner 2 €, dîner 4 € et souper 3 €. Les repas peuvent être pris de manière individuelle ou au restaurant avec les autres résidents de la maison de repos. Les luminaires ne sont pas fournis

    DSC_0043.JPGUne permanence 7jours/7 et 24h/24 est assurée par le personnel présent aux étages.

    Pour toute information complémentaire, ou une demande de rendez-vous, il suffit de contacter la résidence des Trois Rois au 04/374.91.09 

    (Photos et texte P. Neufcour)

     

  • Le poste de garde médicale de la Basse-Meuse est opérationnel depuis vendredi soir

    DSC_0034.JPG

    Depuis le 3 janvier, un nouveau système de garde médicale a été instauré dans la Basse-Meuse. L'association des médecins généralistes de la Basse-Meuse (AMGBM) étudiait ce projet depuis près de cinq ans.

    Le Dr Pevée, un des initiateurs de cette réalisation explique : "Nous avions à l'étude un poste de garde médicale qui serait accessible les journées week-ends et jours fériés. Notre association a loué un bâtiment, rue Basse-Hermalle n° 2 à Hermalle - appartenant à la clinique voisine - et deux cabinets ainsi qu'un bureau d'accueil, une salle d'attente et une salle de repos y sont installés et parfaitement opérationnels. Nous disposons donc sur place d'un matériel beaucoup plus complet que ce qui peut être transporté dans une trousse et prodiguer ainsi des soins de meilleure qualité! " 

    DSC_0037.jpgLe choix du lieu de l'implantation a été déterminé selon les conseils de l'INAMI : à proximité de la clinique. "En effet, nous pouvons décharger le service "urgence" de l'établissement de nombreux cas qui ne relèvent pas vraiment des urgences médicales, précise le praticien,  et le cas échéant, nous nous trouvons à moins de 100 mètres de leur service. Nous sommes cependant totalement indépendants de l'établissement hospitalier, ajoute le médecin de garde, si d'autres examens sont préconisés, le patient garde le libre choix du lieu où il désire les faire réaliser."

    A qui s'adresse cette garde médicale ? 

    La zone couverte englobe les communes des deux rives de la Meuse :

    - Rive droite : Blegny, Barchon, Housse, Saint-Remy, Trembleur, Mortier, Feneur, Dalhem, Berneau, Bombaye, Mortroux, Neufchâteau, Saint-André, Warsage, mais aussi Mouland, Fouron le Comte, Fouron St Martin et Fouron St Pierre, sans oublier Cheratte, Argenteau, Richelle, Visé, Lixhe et Lanaye et Wandre.

    - Rive gauche : Glons, Boirs, Roclenge, Bassenge, Wonck, Eben-Emael, Haccourt, Hermée, Hermalle, Heure le Romain, Houtain St Siméon, Oupeye et Vivegnis.

    En pratique, j'ai besoin d'un médecin, comment dois-je faire ?

    Tout d'abord, les jours de semaine, vous faites appel à votre médecin généraliste. Les soirées et nuits de semaine, vous formez le 04/379.09.00, un central d'appel géré par le CHU qui vous enverra le médecin de garde de votre lieu de domicile. A partir du vendredi à 18hr, jusqu'au lundi à 08hr, ainsi que dès 18hr la veille des jours fériés légaux, vous formez le 04/374/09/34. 

    Votre appel arrivera au nouveau poste de garde. Les nuits, le généraliste se rendra chez vous accompagné d'un chauffeur-agent de sécurité, tandis que de 08 hr à 20 hr, vous serez invité à vous présenter au nouvel établissement.

    "J'insiste sur le fait que tout le monde y gagne lorsque le patient se présente ici, ajoute le Dr Joskin, second médecin de garde. Nous ne perdons pas de temps à effectuer les déplacements vers les domiciles, et les patients sont examinés plus rapidement, dans de meilleures conditions, et à un montant d'honoraires inférieur : ici le montant de la consultation est de 37 € quasiment totalement remboursés par l'INAMI, tandis qu'une visite à domicile coûte 55 €. Nous travaillons tous au tarif conventionné"  

    Et si je ne sais vraiment pas me déplacer?

    Alors, dans ce cas, un troisième médecin, la "garde-mobile", se rendra à votre domicile. 

    La Basse-Meuse compte environ 80 praticiens qui participent à tour de rôle à ces

    DSC_0040.JPG gardes. De plus, deux secrétaires médicales ont été engagées, qui se chargent de l'accueil des patients et de l'administration. 

    Mais il nous faut également évoquer les mesures qui ont été prises pour assurer la sécurité tant des médecins que des installations : lors des périodes d'occupation, l'agent de sécurité loge sur place. Il n'y a aucune ordonnance dans les cabinets : chaque médecin dispose d'un login personnel qui lui permet d'entrer dans le programme informatique, puis d'imprimer au moment même l'ordonnance avec les prescriptions sur du papier vierge. Impossible donc d'en voler. "Et les seuls produits dont nous disposons termine le Dr Pevée, sont ceux qui peuvent être utiles pour prodiguer les premiers soins en cas de blessure : désinfectant, matériel de suture, etc..."

    Nous terminerons en insistant sur l'importance du "bonus" que constitue le déplacement du patient vers le poste de garde par rapport à la demande de passage du généraliste au domicile.