Justice - Page 6

  • Milmort: Patrice Bleus placé sous mandat d'arrêt pour tentative d'assassinat sur Thierry Horrion

     

    1578220672_B978790399Z.1_20160529124112_000_G1F6T1L6T.3-0.png.jpg

                                                                              Photo DR/SP

    Samedi, Patrice Bleus, 45 ans, de Seraing, a été déféré au palais de justice de Liège. Il a été présenté à la juge d’instruction qui l’a placé sous mandat d’arrêt pour tentative d’assassinat sur la personne de Thierry Horrion.

    Bleus avait ouvert le feu, à trois reprises, sur le commerçant herstalien de 46 ans. La juge d’instruction a donc retenu la préméditation du geste, ce que conteste, avec force, Patrice Bleus, l’auteur des coups de feu.

    Bleus avait été arrêté par la police de Herstal quelques minutes seulement après avoir ouvert le feu sur Thierry Horrion, un Herstalien avec qui il venait de s’installer à la terrasse du café de la Gare à Milmort. Trois balles tirées. Au moins une a terminé dans le thorax. Bleus a ensuite matraqué sa victime, grièvement blessée à la tête, à coups de crosse.

    Après avoir essuyé les tirs, Thierry s’était effondré au pied de sa Porsche Boxster stationnée sur le petit parking jouxtant le café. (A.B.)

  • Le manifestant qui a agressé le commissaire Vandersmissen a été libéré: "J'ai réagi sous l'effet de l'alcool"

    0001Vm.jpeg

    Le manifestant qui a agressé le commissaire Vandersmissen lors de la manifestation nationale, mardi, a reconnu les faits, a indiqué jeudi le parquet de Bruxelles. Il nous a livré sa version des faits après avoir été libéré.

    Tanguy F, l'agresseur du commissaire Vandermissen lors de la manifestation de mardi, dit regretter son geste. Il s’était présenté spontanément ce mercredi après l’avis de recherche diffusé par la police: "J'étais sous l'effet de l'alcool. Je n'en voulais pas à cette personne en particulier », a-t-il expliqué.

    L’homme explique ensuite qu'il a vu deux collègues être "gazés". "J'ai trouvé qu'ils y allaient fort mais, dans un premier temps, je me suis retiré. Puis finalement, je me suis rapproché et j'en suis venu aux mains. Si je n'avais pas bu, je n'aurais jamais réagi de la sorte."

    Il a été libéré.

  • Homicide de Jeff Nyssen à Haccourt: Fred l'a poignardé à la gorge, mais il ne serait pas le seul

     

    301303314_B978468199Z.1_20160422231244_000_G2H6L8OAQ.1-0.jpgOn commence à y voir un peu plus clair dans l’homicide de Jean-François Nyssen, ce Hutois mortellement poignardé à Haccourt, le 26 décembre 2015 dans le cadre d’un règlement de compte entre motards. Un des inculpés a avoué avoir poignardé Jeff à la gorge, tout en précisant qu’une autre personne a porté des coups de couteau au cœur.

    Il y a bientôt 4 mois que Jean-François Nyssen, 52 ans, a été arraché à son épouse et à ses enfants. Quatre mois que l’homme a été porté en terre par ses « frères », dans le cimetière du Rhées à Herstal. Quelques jours avant, l’homme, passionné par la moto et membre des Hells Angels, avait festoyé avec quelques amis, son épouse et leur fille de 13 ans, au local des Kurgans, un club de motards de Haccourt. En allant soulager un besoin pressant, il avait été pris à partie par une dizaine de gars, venus pour une sombre raison. Le quinquagénaire de Tihange a été poignardé à la gorge et au cœur. Depuis ce funeste 26 décembre 2015, l’enquête progresse et les auditions se succèdent. Celui vers qui les premiers soupçons se sont portés, a avoué avoir poignardé Jeff.

    Frédéric Decleir, un quadragénaire de Waremme, précise qu’il l’a fait pour protéger un « frère ». Dans son émission Indices, RTL TVI – qui a consacré au dossier un reportage de 22 minutes le 13 avril dernier – a diffusé cette information et la retranscription de cette audition. «  La personne qui est couchée sur le sol, le bras levé avec un pistolet dans la main droite, est la future victime. Alex plonge sur le pistolet et là, j’ai voulu défendre mon frère qui allait certainement prendre une balle. J’arrivais à une main, la droite, je lui mets des coups de couteau à la gorge. Je ne savais pas que c’était Jeff. Il y avait une autre personne qui portait des coups de couteau.  »

     

  • Le dossier du triple homicide de Visé bientôt jugé aux Assises

                                                                                                    Photo S.Kip

    Amedeo Troiano, suspecté d’avoir commis un triple assassinat à Visé le 18 avril 2014, a comparu vendredi devant la chambre du conseil de Liège dans le cadre de la prise de corps et d’un réquisitoire de renvoi devant la cour d’assises de Liège. Son procès devrait s’y dérouler avant la fin de l’année 2016. La procédure doit encore être avalisée par la chambre de mises en accusation.

    Amedeo Troiano est suspecté d’être celui qui avait commis les exécutions de Benoît Philippens, le gérant visétois d’une agence de banque âgé de 36 ans, de son épouse Carol Haid âgée de 38 ans et de leur neveu Esteban, âgé de 8 ans. Les faits s’étaient déroulés le 18 avril 2014 à Visé au domicile du couple.

    Après deux années d’instruction, l’enquête est arrivée à terme et Amedeo Troiano est le seul suspect des faits. Il était en conflit commercial avec le banquier mais il conteste son implication. L’affaire a été examinée une dernière fois vendredi par la chambre du conseil, où le parquet représenté par l’avocat général Pascale Schils a dressé un réquisitoire de renvoi devant la cour d’assises. A ce stade de la procédure, personne ne conteste ce réquisitoire. La défense d’Amedeo Troiano estime elle-même que c’est devant la cour d’assises que doit se dérouler le procès.

    « Notre client vit très mal son incarcération et espère démontrer son innocence. Il souhaite que le procès soit organisé le plus rapidement et ne fera pas obstacle aux procédure de renvoi devant la cour d’assises », ont indiqué Me Zevenne et Me Wilmotte.

    Le procès pourrait se tenir avant la fin de cette année. (Rédaction en ligne)

  • José Happart renonce à son pourvoi et accepte son renvoi en correctionnelle

    73616084_B978440391Z.1_20160420084756_000_G8I6KLK97.1-0.jpg

                                                                                                  Photonews

    José Happart, suspecté d’avoir usé de son influence pour favoriser des entrepreneurs liégeois dans le cadre de ses fonctions à Liege Airport, renonce à son pourvoi en cassation et accepte son renvoi en correctionnelle.

    José Happart, président de Liège Airport prochainement remplacé par l’ancienne ministre cdH Marie-Dominique Simonet, se désiste de son pourvoi en cassation et accepte son renvoi en correctionnelle afin de produire de nouvelles pièces et démontrer une instruction à charge, , révèle mercredi L’Echo. «Nous avons effectivement fait une action de désistement sans reconnaissance préjudiciable afin de produire de nouvelles pièces qui confirment l’absence d’impartialité dans le chef de l’expert (judiciaire qui a travaillé sur son dossier, ndlr). Nous voulons les produire devant les juridictions de fond», a déclaré son avocat Me Philippe Zevenne.

    Luc Partoune, directeur général de l’aéroport, accepte pour sa part une transaction pénale. (Rédaction en ligne)