Justice - Page 10

  • Le cri de douleur du papa d'Esteban, 9 mois après la mort de son fils à Visé: "Babane, on t'aime à jamais!"

     

    580787815_B974162273Z.1_20141127221225_000_GU53HQB1B.1-0.jpg

    En avril, Benoît Philippens, son épouse Carol Haid et le neveu de celle-ci, Esteban Counet, étaient froidement abattus par balles devant la maison du couple, à Visé. Après plusieurs mois de mutisme, le papa du garçon de 9 ans vient de publier une lettre poignante sur Facebook.

     Un témoignage complet à lire dans nos éditions de ce vendredi

    A.MA

  • Triple assassinat de Visé: «On a encore les moyens de se payer 5 sachets et 5 cotons-tiges» reprend le patron de la Police Judiciaire

    1156503626_B974103552Z.1_20141120235831_000_G3H3GJ5H6.1-0.jpg

    Le Procureur du Roi de Liège et le patron de la Police Judiciaire ont vigoureusement démenti les informations diffusées par le journal télévisé de RTL hier soir à propos du triple assassinat de Visé. « Les prélèvements d’ADN ont été effectués dans les règles de l’art », explique le procureur. « Et on a encore les moyens d’acheter cinq sachets en plastique et cinq cotons-tiges », reprend le patron de la PJF.

    Le 18 avril 2014, Benoît Philippens et Carol Haid, deux banquiers respectivement âgés de 36 et 38 ans, et Esteban (9 ans), le filleul de Carol, étaient tous trois abattus dans la propriété du couple, à Visé.

    L’enquête a notamment donné lieu à l’arrestation, le 10 septembre dernier, d’un homme de 32 ans, suspecté d’être l’auteur du triple assassinat.

    La nuit des faits, le laboratoire de la police judiciaire fédérale avait retrouvé cinq douilles sur la scène de crime. S’il n’y a eu aucun problème pour récupérer la première douille, les quatre autres ont par contre été ramassées avec le même coton-tige et placées dans le même sachet, expliquait RTL-TVI dans son 19h. Dès lors, les ADN présents sur ces douilles sont rentrés en contact et se sont mélangés.

    De plus, un même écouvillon, une sorte de petite brosse utilisée pour prélever de l’ADN, a été utilisé sur les cinq douilles retrouvées. Dès lors, on retrouve sur le bâtonnet un mélange de quatre ADN sans savoir si ce mélange était présent sur une douille ou si quatre ADN étaient présents sur quatre douilles.

    « Le problème, c’est qu’à partir de ce mélange, on peut exclure que mon client ait fait partie du mélange et c’est le cas, il n’en fait pas partie, mais on ne peut pas transmettre ces résultats à la banque de données ADN pour permettre d’identifier le véritable auteur des faits », déclare au JT de RTL-TVI Philippe Zevenne, avocat du principal suspect.

    Selon RTL-TVI, ces erreurs ne seraient pas dues à l’incompétence de membres du laboratoire de la police judiciaire fédérale mais bien au manque de moyens mis à disposition pour l’étude d’une scène de crime.

    Le Procureur dément

    « Je tiens à démentir les informations parues dans la presse de ce matin », précise le Procureur du Roi Philippe Dulieu.« Les prélèvements opérés par le laboratoire de la police fédérale ont été effectués dans les règles de l’art et aucun problème de moyens n’est à déplorer. Il est également inexact d’affirmer que les empreintes digitales d’un opérateur du laboratoire ont été trouvées sur le véhicule. »

    Pour Eric Snoeck, le patron de la police judiciaire de Liège : « Tout ce qui a été dit est faux et totalement ridicule. Comme si nous n’avions plus les moyens de nous acheter cinq sachets en plastique, cinq cotons-tiges et une paire de gants », explique-t-il. « Quant aux prélèvements, ils ont été réalisés de manière professionnelle et il est faux de dire qu’un expert a mis sa main non-gantée sur la voiture de la victime. Je ne sais vraiment pas d’où viennent ces informations. »

    Belga avec S.P.

  • Triple assassinat de Visé: les traces ADN inexploitables en raison d'un manque de moyens matériels au sein de la police

     

    1156503626_B974103552Z.1_20141120235831_000_G3H3GJ5H6.1-0.jpg

     

    Comme nous l’avions déjà révélé dans nos éditions du 5 novembre, les traces ADN, prélevées par la police scientifique dans le cadre de l’enquête sur le triple assassinat de Visé, survenu en avril, sont inexploitables. RTL-TVi complète en affirmant que ces traces sont inexploitables en raison d’un manque de moyens matériels au sein de la police.

    Le 18 avril 2014, Benoit Philippens et Carol Haid, deux banquiers respectivement âgés de 36 et 38 ans, et Esteban (9 ans), le filleul de Carol, étaient tous trois abattus dans la propriété du couple, à Visé.

    L’enquête a notamment donné lieu à l’arrestation, le 10 septembre dernier, d’un homme de 32 ans, suspecté d’être l’auteur du triple assassinat.

    La nuit des faits, le laboratoire de la police judiciaire fédérale avait retrouvé cinq douilles sur la scène de crime. S’il n’y a eu aucun problème pour récupérer la première douille, les quatre autres ont par contre été ramassées avec le même coton-tige et placées dans le même sachet, expliquait RTL-TVI dans son 19h. Dès lors, les ADN présents sur ces douilles sont rentrés en contact et se sont mélangés.

    De plus, un même écouvillon, une sorte de petite brosse utilisée pour prélever de l’ADN, a été utilisé sur les cinq douilles retrouvées. Dès lors, on retrouve sur le bâtonnet un mélange de quatre ADN sans savoir si ce mélange était présent sur une douille ou si quatre ADN étaient présents sur quatre douilles.

    «Le problème, c’est qu’à partir de ce mélange, on peut exclure que mon client ait fait partie du mélange et c’est le cas, il n’en fait pas partie, mais on ne peut pas transmettre ces résultats à la banque de données ADN pour permettre d’identifier le véritable auteur des faits», déclare au JT de RTL-TVI Philippe Zevenne, avocat du principal suspect.

    Selon RTL-TVI, ces erreurs ne seraient pas dues à l’incompétence de membres du laboratoire de la police judiciaire fédérale mais bien au manque de moyens mis à disposition pour l’étude d’une scène de crime.

    Belga 

  • Liège: Amedeo Troiano, suspecté du triple assassinat de Visé, reste en prison

    1477253424_B973969326Z.1_20141104162452_000_GJV3DMC6U.1-0.jpg

    A.B.

    Mardi après-midi, la chambre des mises en accusation de Liège a réformé l’ordonnance de libération d’Amedeo Troiano prise par la chambre du conseil de Liège en octobre dernier.

    Amedeo Troiano reste donc en prison pour trois mois supplémentaires. Dans la théorie en tout cas puisque son avocat, Me Zevenne, pourra, chaque mois, demander la libération de son client.

  • Triple meurtre de Visé: la chambre du conseil décide de libérer Amédéo Troiano, le parquet va en appel

    508509357_B973876761Z.1_20141023152142_000_G1T3BJ3Q8.1-0.jpg

                                                                       Montage Sudpresse

    Laurence Wauters

    Amedeo Troiano, le suspect placé sous mandat d’arrêt suite au meurtre qui a coûté la vie à trois personnes – dont un enfant – à Visé, vient d’être libéré en début d’après-midi par la chambre du conseil de Liège. Son avocat, Maître Philippe Zevenne l’avait demandé ce jeudi, notamment parce que l’ADN du coiffeur n’a pas été retrouvé sur les douilles récoltées par la police scientifique sur les lieux de ce triple assassinat. Mais le parquet a décidé d’interjeter appel et il reste donc en prison au moins une quinzaine de jours.

    Philippe Zevenne, l’avocat d’Amedeo Troiano, est formel : son client doit être libéré ! Il l’a confié à un journaliste de Sudpresse à la sortie de la Chambre du conseil de Liège qui se déroulait ce jeudi matin. Philippe Zevenne a demandé la libération du seul suspect présumé placé sous mandat d’arrêt dans cette affaire.Selon l’avocat liégeois, les analyses des douilles retrouvées sur les lieux du drame ont permis de relever 4 ADN différents. Mais pas l’ADN de Troiano !

    De plus, des empreintes ont été relevées sur la voiture des victimes. Empreintes qui pouvaient être celles de l’auteur, si celui-ci s’était appuyé sur le véhicule au moment de tirer vers ses victimes. Ici aussi, selon Philippe Zevenne, on retrouve les empreintes des victimes et même celle d’un policier, mais pas celles de son client.

    Et enfin, l’analyse des vêtements du coiffeur, saisis le lendemain du triple meurtre, ne révèle pas la moindre trace de sang, ce qui confirme, selon Me Zevenne, que son client n’est pas l’auteur de ce triple assassinat.

    Ses arguments ont donc convaincu la chambre du conseil de Liège qui a décidé de sa remise en liberté en début d’après-midi. Mais le parquet a interjeté appel car, pour lui, il reste tous les autres éléments à charge du suspect.

    Amédéo Troiano reste donc en prison jusqu’à ce que la Chambre des mises en accusation réexamine son cas dans la quinzaine.