Mot du Bourgmestre - Page 3

  • Le mot du Bourgmestre

    fullsizeoutput_14001.jpeg

    Photo : ©P. Neufcour

    Le théâtre a toujours été florissant à Visé : à 2 niveaux.

    Les troupes d’amateurs ont toujours été actives. Elles ont souvent reçu l’appellation « amateurs » pour des raisons étymologiques : parce qu’elles réunissent ceux qui aiment le théâtre et non pour un manque de qualité : la plupart des acteurs ont toujours pu se prévaloir d’une formation poussée obtenue le plus souvent à notre académie César Franck.

    Des troupes professionnelles se sont aussi souvent produites à Visé.  A l’époque où le théâtre national donnait des représentations un peu partout en Wallonie voire en Flandres, Visé était une des étapes.

    Suite au départ de l’athénée vers la rue du Gollet, nous avons eu l’occasion de racheter les locaux (pour une somme modique : ± 14 millions de francs), le problème d’une salle de théâtre déjà en discussion fut immédiatement reposé. L’ancienne salle de gymnastique s’est rapidement imposée. Une alternative s’est présentée : d’abord transformer le lieu ou commencer à jouer presque immédiatement. Ce fut très heureusement la 2ème solution qui fut choisie. C’était le bon choix car l’aide de la Communauté Française pour les travaux envisagés apparut quasi impossible à obtenir.

    Mais il y eut aussi un apport positif ; de nombreux metteurs en scène firent des suggestions très intéressantes.

    La présente réalisation est donc la synthèse de ces suggestions et l’on peut dire que le théâtre en passe d’être aménagé est le fruit de beaucoup de réflexions.

    La caractéristique essentielle est qu’il s’agit d’un théâtre modulable.

    On pourra y jouer de manière classique : d’un côté la scène, de l’autre les spectateurs. Mais on pourra aussi déplacer les gradins pour créer des lieux scéniques très variés, avec toujours le même confort et la même sécurité pour les spectateurs.  Ce sera unique dans notre pays.

    La Province de Liège nous a octroyé un subside d’un million d’euros absolument nécessaires : Visé n’est pas une grande ville.

    Ce nouveau théâtre étant situé au cœur de la ville, nombreux sont les riverains ou les personnes de passage qui souhaitent en savoir plus.

    La fin des travaux est prévue aux environs de la fin de l’année et des manifestations importantes sont fixées.

    Dès lors, nous voulons proposer une visite avant la fin du chantier pour permettre au Visétois de découvrir cette infrastructure en devenir.

    Cette visite aura lieu le samedi 15 septembre, à 14 heures.

    Le 16 août 2018,

    Marcel NEVEN - Bourgmestre

  • Le mot du Bourgmestre

    thumbnail_Logo Jumelage Vise_Aiguillon.jpg

     

    60ème anniversaire Jumelage Aiguillon-Visé

     

    Le jumelage Aiguillon-Visé est le plus ancien qui unisse une ville de notre province et une ville française.

    Que de temps et de chemin parcouru.

    Nos différences ses sont estompées. Les distances ne sont plus les mêmes : elles ont considérablement diminué en raison de la construction d'autoroutes, de chemins de fer rapides et grâce au développement de l'aviation à relativement bas prix.

    Cette évolution a malheureusement diminué l'exotisme et pourtant l'amitié reste intacte et aussi importante qu'à l'origine.

    Le programme du 60ème est chargé et il est difficile de déterminer le moment le plus important. Est-ce le dépôt de fleurs au monument aux morts le 14 juillet ? Est-ce le renouvellement du serment du jumelage ? Sont-ce les rencontres sportives ?

    J'aurais cependant tendance de choisir l'inauguration de la rue Simone VEIL dans le nouveau lotissement rue des Trixhes à Cheratte-Hauteurs le 14 juillet à 14h30. J'en profite pour inviter les Visétois à assister à cette inauguration et plus particulièrement les habitants du quartier et rappelons que Simone VEIL nous a quittés il y a quelques mois.

    Il s'agit d'une des dames les plus prestigieuses de notre époque. Incarcérée dans le camp d'Auschwitz puis de Bergen-Belsen, elle put cependant être délivrée par les alliés (les Anglais en l'occurrence). Avocate de grand talent, elle milite plus tard pour la libéralisation de l'avortement. Choisie par le Président Giscard d'Estaing, elle devint ministre dans le gouvernement Chrirac dans lequel elle se battit courageusement pour obtenir sa légalisation et elle teint tête aux opposants les plus bornés. Elle fut plus tard Présidente du Parlement Européen.

    Il est difficile d'énumérer tous ses hauts faits. Elle fut encore élue à l'Académie Française.

    Lui octroyer le nom d'une rue à Cheratte est une modeste marque d'admiration.

    Mais dans le cadre d'un jumelage entre une ville française et une ville belge, cette marque d'hommage était particulièrement justifiée.

     

     

    L'Echevin du Jumelage           Le Bourgmestre,

    Stéphane KARIGER                Marcel NEVEN

  • Le mot du Bourgmestre

    DSC_0238.jpg

    De nombreux conducteurs utilisateurs du pont de Loën qui, on s’en souvient s’était soulevé il y a quelques mois, s’impatientent des délais perpétuellement allongés pour réaliser la réparation.

    Je viens de recevoir l’information suivante : les travaux (sur place) débuteront le 2 juillet prochain et dureront 4 mois.  Ils seront donc achevés en principe à la Toussaint.

    Cela paraît un délai fort long.  Il faut cependant être conscient qu’il s’agit d’une opération délicate.  Un accident beaucoup plus grave aurait pu se produire.

    Espérons en tout cas que les délais seront conformes aux prévisions. 

     

    Marcel NEVEN - Bourgmestre

  • Le mot du Bourgmestre


    1261441037.jpgLe CEB est terminé

    Le CEB est le certificat qui sanctionne la réussite d’un examen de fin de 6ème primaire identique pour toutes les écoles de la Communauté Française.  Trois types de disciplines sont abordées : français, mathématiques et éveil.

    Auparavant, outre les examens organisés dans les écoles, il existait des examens au niveau du canton (examen cantonal) ou du diocèse (examen diocésain). Était-ce plus facile ? Assurément non.

    Mais nous sommes à une époque où les médias ont l’habitude de s’emparer de tous les problèmes et de les gonfler (la coupe du monde de football est un autre exemple).

    Actuellement, le taux de réussite est très élevé et il est à plusieurs reprises arrivé dans l’enseignement communal visétois qu’il soit de 100 %.

    Le problème est moins de réussir cette épreuve que d’obtenir un pourcentage relativement élevé.

    Certes les différents gouvernements de la Communauté Française tentent de combattre le redoublement. Mais il s’agit de le combattre en élevant la qualité des élèves et non en réduisant les objectifs à atteindre.

    Si les chiffres ne sont pas encore connus pour l’ensemble de la Communauté Française, nous pouvons déjà signaler que pour les écoles communales de Visé, ils sont d’un très bon niveau.

    Excellents résultats et sûrement très supérieurs à ceux que l’on obtenait du temps des cantonaux.

     

    Marcel NEVEN - Bourgmestre

  • Le mot du Bourgmestre

    6479915.jpg

    Photo Belga

    Le Mondial pendant un mois

    Le Mondial prend beaucoup de place dans la presse tant parlée qu’écrite. Est-ce justifié ? Je ne répondrai pas à cette question pourtant très pertinente, mais de divers côtés, l’intérêt économique pour ne pas dire budgétaire est énorme.  Cette extension de la médiatisation augmente d’année en année. Peut-être était-il plus raisonnable de se préoccuper de l’évènement avec modération même lors de la suprématie du Brésil de Pelé (vainqueur en 58, 62 et 70).

    Le développement de la télé a évidemment provoqué un développement exceptionnel de l’information.

    Regardons le Mondial mais gardons un esprit critique.

    En ce qui concerne la Ville de Visé, des dispositions ont été prises en ce qui concerne la retransmission sur écran au garage Henry.  Fort de notre expérience des compétitions précédentes, nous avons également pris des dispositions concernant la rue du Pont, le jour des matches de la Belgique (déviation comme lors des évènements se déroulant au centre de Visé).

    Nous soutiendrons évidemment la Belgique, mais si d’aventure les résultats n’étaient pas conformes aux espoirs, n’oublions pas comme l’écrivait jadis chaque semaine un éditorialiste de la DH que le football n’est qu’un jeu.

    Après tout, près de la moitié des équipes en lice nourrissent les plus grands espoirs. Cela ne nous empêche pas d’espérer.

     

    Marcel NEVEN - Bourgmestre