Nature - Page 2

  • Carnage écologique à Hermalle-sous-Argenteau !

    AD5BD828-177A-48E2-A146-C7DB076CE600.jpeg

    "Je suis particulièrement indigné d’avoir appris cette semaine qu’une centaine d'arbres avaient été vandalisés à la tronçonneuse dans un domaine naturel de la province d'Anvers. Des ennemis de la nature ont réalisé leur méfait, incognito, durant la nuit de samedi à dimanche. Il y a vraiment des fous furieux !

    Hier, ce qui s'est passé en pleine journée à Hermalle-sous-Argenteau ne valait pas mieux. De nombreux passionnés de nature fréquentent régulièrement les alentours du "Trilogiport" pour y observer la faune et la flore. Dans les hautes herbes, diverses espèces d'oiseaux (protégées, menacées de disparition, etc.) étaient en pleine saison de reproduction. Cette année, on observait un grand nombre d’oiseaux adultes qui, à un rythme effréné, chassaient les insectes pour nourrir leurs jeunes oisillons. On pouvait deviner ceux-ci « planqués » dans leur nid au sein d’une végétation dont la densité était idéale. Tout se déroulait vraiment bien jusque hier…

    En fin d'après-midi, je suis passé par là. Un tracteur équipé d'une faucheuse/mulcheuse terminait de raser plusieurs hectares de ce magnifique biotope. J'étais hors de moi. J'ai demandé à l'ouvrier qui manipulait l'engin s'il était conscient d'avoir décimé des centaines d'oiseaux et il m'a répondu que l'ordre venait de la SPI… Mais renseignements pris ce matin, l'ouvrier à qui je me suis adressé travaillait en fait pour une firme privée mandatée par le SPW, direction des voies hydrauliques. (Je présente mes excuses à la SPI à qui j'avais initialement attribué le méfait. )

    Il faut vraiment que l'on m'explique pourquoi, en 2020, le Service Public de Wallonie n'est pas encadré par des conseillers environnementaux compétents ayant un minimum de pouvoir décisionnaire. A quoi sert le DNF, Département Nature et Forêts ??? Il ne fallait pas être Einstein pour savoir que dans un mois, la grande majorité des nichées auraient été terminées. Il suffisait d'attendre un peu pour éviter un génocide de plus parmi les oiseaux. Il n'y avait pas même le moindre enjeu agricole pour justifier ce travail. Des pouvoirs publiques ont payé une entreprise pour détruire la nature, ni plus, ni moins.

    Parallèlement, l'Europe annonce que l’un de ses objectifs environnementaux est de réduire de 50% l'usage des produits phytosanitaires d'ici 2 ans... Ceci ne peut réussir qu'en recréant un système écologique équilibré dans lequel les oiseaux sont évidemment incontournables. Ce qui m'inquiète tout autant est qu'en cette période, de nombreuses communes procèdent également à des fauchages massifs dans l'indifférence quasi générale…

    Je suis franchement écœuré par autant de mépris pour la nature ! Nous sommes de nombreux particuliers à faire tout ce qui est possible dans notre jardin pour sauvegarder un peu de biodiversité et, à côté de cela, certains sacrifient des populations d’oiseaux sans la moindre raison…"

    Benoît Huc, auteur du livre "Accueillir les Oiseaux au Jardin" (Ed. Ulmer)

    NDLR : originaire de Sarolay, Benoit Huc est photographe animalier reconnu (spécialisé dans l'avifaune); il est également cameraman (RTBF); réalisateur; membre actif de la Ligue Royale Belge pour la Protection des Oiseaux et protecteur de la nature...

     

  • Le coq et le fumier français reconnus comme patrimoine rural. A quand une telle protection pour nos campagnes?

    53720062_2377077515658919_8190389431018979328_n.jpg

    Ce jeudi 30 janvier 2020, l’Assemblée nationale a voté une proposition de loi introduisant la notion de « patrimoine sensoriel » des campagnes dans le droit français. Ceci en vue de protéger les bruits et les odeurs des zones rurales. La FUGEA se réjouit de cette avancée et félicite ses voisins français pour cette belle victoire ! En effet, la FUGEA estime que ce sujet fait partie intégrante du débat actuel sur le maintien de notre agriculture paysanne en voie d’extinction. Les fermes de type familial ont comme caractéristique d’être ancrées dans le tissu rural dont font partie les villageois. Les bruits et odeurs issus du travail agricole sont des réalités des zones rurales qui ne sont pas toujours bien accueillies par le citoyen. Pourtant, de nos jours, il faut s’en réjouir et les percevoir comme des signaux salutaires qu’un agriculteur est toujours en activités près de chez soi. Au vu des dernières actualités, nous applaudissons le combat qui a été mené en France pour reconnaître les bruits et odeurs comme parties intégrantes de la vie rurale. La FUGEA demande à nos politiques qu’ils s’en inspirent afin de poser un geste fort envers le monde agricole. Pour la FUGEA, il est primordial que les herbivores qui pâturent, le travail de la terre nourricière et les chants de coqs puissent continuer à animer nos campagnes rurales et que nos fermes à taille familiale puissent continuer à les structurer.

  • 2019 – Semaine de l’arbre en Wallonie : Année des Cornouillers

    ebn8h977opc8kk0cccsgscwc8-source-10287030.jpg

    VILLE DE VISE – Distribution de plants d’arbres - Le samedi 23 novembre 2019 à RICHELLE

    Du 18 au 24 novembre 2019 se déroulera en Région wallonne la semaine de l’arbre. Cette année, les cornouillers sont mis à l’honneur.  Les espaces verts font partie des ingrédients indispensables du bien-être quotidien. En développant la nature «ordinaire» de nos jardins, nous contribuons à la sauvegarde de la nature «extraordinaire» de notre région.

    Traditionnellement, le service des Plantations de la Ville de Visé organise à cette occasion une distribution de plants aux citoyens. Cette distribution est prévue le samedi 23 novembre 2019 de 10h à 13h, à la Maison des Associations, Rue aux Flots n° 1 à Richelle (bâtiment situé derrière l’école communale de Richelle).

    Au cours de cette manifestation, le service des Plantations présentera quelques démonstrations de taille. Il sera à votre disposition pour vous conseiller et répondre aux questions concernant la plantation et l’entretien des arbres.

    De plus, diverses associations telles que Natagora, la section Royale Apicole et Horticole de Cheratte seront présentes et proposeront des animations : vente de pots et de bonbons au miel, présentation des produits de la ruche.

    Un atelier de fabrication de nichoirs à insectes sera également proposé gratuitement à toute personne intéressée, vous pourrez repartir avec votre création.

    La bibliothèque sera également ouverte pour cette occasion.  Les Cama et les Rendez-vous de Richelle vous proposeront une petite restauration au profit de Viva for Life.

    Pour tout renseignement et information sur cet événement, veuillez contacter le Service Environnement de la Ville de Visé au 04/ 3748493.

     

     

  • Lanaye : Le 1er septembre journée porte ouverte au jardin des Z'amis de Zoé

     

    61068879_758908677839149_8007278018659614720_n.jpg

    vous invitent à la journée porte ouverte du potager situé au lieu-dit viaduc, en bordure de la rampe du pont à Lanaye

    dimanche 1er septembre 2019 de 11h à 17h

     

    Au programme :

    Vente de légumes

    Bar et petite restauration

    Diverses animations

     

    ENTREE GRATUITE

  • Visé : nouveaux panneaux didactiques sur le martinet noir

    fullsizeoutput_159bc.jpeg

    NOUVEAUX PANNEAUX DIDACTIQUES SUR LE MARTINET NOIR

     

    Hier à 18h30 a eu lieu l'inauguration d'un nouveau panneau didactique consacré à la vie du martinet noir. Panneaux offerts par le Rotary et implantés en bordure du Ravel, à proximité du parking de l'île Robinson.

    Le Martinet noir (Apus apus) passe toute sa vie dans les airs. Les martinets se nourrissent, boivent, dorment et s'accouplent en plein vol !

    Ils ne se posent que dans leurs nids.

    Champions de vitesse en vol ( jusqu'à 200 km/h), les martinets peuvent grimper à 3000 m d'altitude. Ils parcourent jusqu'à 800km par jour soit plus de 3 millions de km au cours de leur vie ( = plus de 4 allers-retours terre-lune) !

    Le Martinet noir est un insectivore exclusif et un grand migrateur. D'avril à août, il séjourne et se reproduit chez nous.

    En Wallonie, le Martinet noir niche toujours dans des bâtiments. Le nid est établi dans une cavité ( sous-toiture, trou de boulin, mur creux,..) accessible par une petite ouverture.

    Le nid, élémentaire, est garni de plumes, de feuilles et de petits débris cueillis en vol. Il accueille 2 à 3 oeufs couvés à tour de rôle par les deux partenaires durant 18 à 21 jours.

    Une importante menace pèse sur les martinets : l'évolution du bâti. Les techniques modernes de construction et de rénovation n'offrent plus guère de cavités propices à l'installation des nids. L'intégration de nichoirs dans les constructions est devenue indispensable pour préserver cet oiseau.

    Offrir un gîte aux martinets est facile et peu onéreux. La résidence 'Les Martinets’ qui a pris la place du moulin Bruyère rue Basse-Hermalle, est la première du genre en Basse-Meuse à offrir un gîte au Martinet noir : trente nichoirs ont été intégrés discrètement dans les murs, sans affecter la qualité architecturale de l'immeuble. Un exemple à suivre !

     

    Le Service Environnement vous invite à découvrir ces panneaux issus d'une belle collaboration entre la Ville et le Rotary.

    © pour les photos du panneau : Jean-Marie Poncelet

     

    Xavier MALMENDIER

    Echevin de l’environnement et de l’aménagement du territoire

    (En marge droite, quelques photos prises lors de l'inauguration du panneau)