Vie communale - Page 9

  • STAGES SPORTIFS- VISE : Il reste des places...

    0C3F5292-C5BD-4CD8-8C9A-B25CB9AB935D_4_5005_c.jpeg

    STAGES SPORTIFS- VISE

    Comme chaque année, l’Echevinat des Sports de Visé organise des STAGES SPORTIFS durant les vacances d’été. Et bien entendu, des mesures sanitaires spécifiques ont été prises afin de protéger au mieux nos stagiaires .

    Les disciplines sont les suivantes :

    GYMNASTIQUE, JUDO, KARATE, TENNIS, ATHLETISME, ESCALADE, BASKET-BALL, HANDBALL, RUGBY, FOOTBALL, VOLLEY, TENNIS DE TABLE, ROLLER, V.T.T., AEROBIC, SQUASH, BADMINTON, SKI NAUTIQUE, ADO-AVENTURE, et pour les plus petits, le GROUPE 3-6 ANS et NOUVEAU- EVEIL A LA DANSE (4-6 ans).

     

    Pour plus de renseignements, les programmes sont à votre disposition :

     

    · au Hall Omnisports de Visé,

    · sur notre nouveau site www.visestages.be

     

    Il reste encore des places !

     

    « Pour des vacances actives et instructives, dans la bonne humeur, venez nous rejoindre ! »

    INSCRIPTIONS AU HALL OMNISPORTS DE 9H A 16H.

    Rue de Berneau, 30

    4600 VISE

    Tél : 04/ 379.50.72

     

    Julien WOOLF

    Echevin des Sports et de la Jeunesse.

    --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    C.S.L.I. VISE – Stages Sportifs

    RUE DE BERNEAU 30 – 4600 VISE

  • Visé : pas de brocante de Lorette cette année le 15 août

    DSC_0016.JPG
    Archives photo ©Valentin Neufcour
     
    À Visé, la brocante du 15 août est une véritable institution. Mais cette année, les milliers de chineurs devront faire une croix dessus. La pandémie aura en effet eu raison de son organisation.  
     
    Depuis 1977, tous les 15 août, la porte de Lorette accueille une méga brocante. De quelques exposants à ses débuts, cette organisation a pris de l’ampleur pour accueillir, d’édition en édition, entre 140 et 150 exposants, auxquels il faut ajouter les riverains du bas de la rue.
    Sur plus d’un kilomètre, du rond-point jusqu’au cimetière, les chineurs sont des milliers à venir chercher la bonne affaire. "Au début, c’était surtout les enfants qui venaient s’installer, parfois dès la veille au soir, pour vendre diverses choses," nous explique-t-on à la Ville.
     
    " Puis il y a eu l’affaire Dutroux et les parents n’ont plus laissé leurs enfants faire ça. La brocante a donc pris un autre tournant et de l’ampleur. Chaque année, ce sont des milliers de personnes qui viennent la visiter. En plus, comme il s’agit d’un jour férié, qu’il y avait une procession la veille, ou que les gens en profitent pour venir rendre visite à leur famille, ça draine vraiment énormément de monde. "
     
    Organisée sans interruption durant 42 ans, il faudra malheureusement faire l’impasse sur cette édition 2020. La Ville, organisatrice de la brocante, a en effet décidé qu’elle n’aurait pas lieu. Et la raison est évidemment la pandémie de Covid-19. " C’est une décision que nous avons prise voici plusieurs semaines", explique Viviane Dessart, bourgmestre de Visé. « Comme l’a fait Oupeye en mai, nous avons décidé que les différentes fêtes de quartier n’auraient pas lieu cette année. Une décision prise en concertation avec les différents comités. Certaines des fêtes qui devaient avoir lieu au printemps ont dû être annulées à la suite des mesures prises par le conseil national de sécurité. Par solidarité, l’ensemble des comités ont donc décidé de faire l’impasse sur leurs manifestations pour cet été. Mais dans le même temps, nous ne nous imaginions pas maintenir l’organisation de la brocante alors que les comités faisaient ce geste. De plus, d’un point de vue sanitaire, ça aurait été compliqué de maintenir la brocante. Par solidarité et par mesure de précaution, on a donc préféré annuler la brocante. »
     
    Les brocanteurs qui s’étaient déjà manifestés pour cette année auront la priorité pour réserver leur emplacement en 2021.

  • Nouveau : à partir du 1er septembre 2020 abonnements d'emplacement pour le parking Albert 1er disponibles

    fullsizeoutput_16a1c.jpegÀ partir du 1er septembre 2020, un maximum de 30 places de stationnement pourront être louées dans le parking Albert 1er par forfaits mensuels selon les montants suivants :
    • 100 € par mois pour un stationnement 24h
    • 60 € par mois pour un stationnement de 8h à 19h
    • 50 € par mois pour un stationnement de 19h à 8h

    Les abonnements sont mensuels. Il pourra y être mis fin à tout moment pour les mois suivants sans aucune indemnité, moyennant un préavis de trois mois.

    Chaque abonné sera redevable d’un montant de 30€ pour les frais d’installation comprenant la fourniture et l’apposition par la Ville de sa plaque numéralogique sur son emplacement.

     

  • La Maison de la Montagne Saint-Pierre, un lieu à découvrir !

    C92F758A-5C40-4D43-A40C-4E37996A9C2B.jpeg

    SAISON 2020

    Réouverture de la Maison de la Montagne Saint-Pierre, Place du Roi Albert à LANAYE

    AC132BBB-CB53-4371-BD72-F26396963F1D.jpeg

    Vous pourrez découvrir ou redécouvrir l’exposition permanente intitulée « Un bijou naturel dans un écrin millénaire » du samedi 11 juillet au samedi 31 octobre 2020.

    Le musée vous accueillera les week-ends et jours fériés de 14h à 18h, et en semaine sur demande et sur réservation par téléphone au 04/3748493.

    Prix d’entrée : 2,50 € pour les adultes, 1 € pour les moins de 18 ans, ainsi que les groupes, les étudiants, les retraités, les personnes handicapées sur présentation de la carte.

    422D4D10-7AC2-41C6-8A02-7BA3E01B3529.jpeg

    Quelques événements à retenir :

    Les prochaines balades dans la réserve naturelle de la Montagne Saint-Pierre, avec un guide de Natagora (sur inscription par téléphone au 04/3748493) :

    Dimanche 12 juillet 2020

    Dimanche 26 juillet 2020

    Dimanche 9 août 2020

    Dimanche 30 août 2020

    Nombre de participants limité !

     

    N’hésitez pas à découvrir un musée près de chez vous et réalisé pour vous !

    Le Service environnement

  • Ci-joint, le texte d'une motion déposée par le groupe Visons Demain préalablement à la réunion du Conseil Communal du 23 juin 2020

    63B7D6A4-2CE3-45D2-B314-7FE094ED4115_4_5005_c.jpeg

    Motion contre le projet d’enfouissement des déchets hautement radioactifs de l’ONDRAF sur le territoire de la commune de Visé comme sur le territoire de communes du Pays de Herve ou de la Basse-Meuse.

     

    Considérant qu’il appartient à la commune d’assurer le respect de la salubrité publique et plus globalement de l’intérêt général sur son territoire ;

    Considérant l’importance des risques pour la santé et l’environnement liés aux déchets hautement radioactifs ;

    Considérant que la destination finale des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie n’a pas été prévue au moment de la construction des centrales et qu’aucune décision politique n’a été prise jusqu’ici à cet égard ;

    Considérant que l’Organisme National des déchets radioactifs et des matières fissiles enrichies (ONDRAF) propose au gouvernement fédéral d’adopter le « stockage géologique » (ou l’enfouissement) comme destination finale des déchets hautement radioactifs ;

    Considérant que la commune de Visé est potentiellement concernée comme d’autres communes de la Basse-Meuse et est proche des communes du Pays de Herve explicitement visées dans l’étude d’incidences environnementales de l’ONDRAF ;

    Considérant que l’ONDRAF mène une consultation publique portant sur ce projet (intitulée « Une destination finale pour les déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie en Belgique ») du 15 avril au 13 juin 2020 inclus, soit une enquête lancée en pleine période de confinement, durant laquelle l’attention de l’opinion publique est légitimement focalisée sur la gestion de la pandémie du Covid-19 et ses conséquences sanitaires, économiques et sociales ;

    Considérant que ce projet de l’ONDRAF est basé sur son Plan Déchets présenté en 2010, qui fut remis en question à deux reprises par l’AFCN (Agence fédérale de contrôle nucléaire), en 2016 et 2017 ;

    Considérant que les principaux aspects du présent projet restent inconnus, aucune information quant aux modalités concrètes du stockage de ces déchets (lieu, moment et méthodes) n’étant à ce stade spécifiée ;

    Considérant qu’il est impossible de s’assurer que la solution de « stockage géologique » proposée par l’ONDRAF soit totalement sécurisée, notamment parce que les aléas sismiques sont imprévisibles sur des échelles de temps aussi longues, de l’ordre du million d’années ;

    Considérant qu’en Suède, la justice a rejeté le 23 janvier 2018 le « projet de stockage géologique » dans la mesure où il comporte de trop nombreuses incertitudes sur la tenue à long terme des conteneurs de déchets qui seraient entreposés dans le stockage géologique tel qu’envisagé aujourd’hui ;

    Considérant qu’il n’existe aucune étude d’incidences à l’étranger sur le stockage géologique en tant que « concept », ni de site de stockage de déchets hautement radioactifs qui soit pleinement fonctionnel ailleurs dans le monde ;

    Considérant que l’enfouissement des déchets radioactifs engagerait la Belgique sur une durée d'au moins 300.000 ans et coûterait au moins 10,7 milliards ;

    Considérant qu’à terme, le « stockage géologique » des déchets radioactifs serait irréversible ;

    Considérant que l’ONDRAF n’a pas encore mené d’étude approfondie sur les solutions alternatives au « stockage géologique », comme exigé par l’AFCN et la population belge ;

    Considérant qu’il n’y a aucune nécessité pour la Belgique de se décider dès à présent sur une solution finale ou définitive de stockage des déchets hautement radioactifs (le gouvernement des Pays-Bas ayant, par exemple, décidé le 29 janvier 2018 de reporter toute décision définitive à l’an 2100) ;

    Considérant qu’il n’existe pas de « bonne solution » pour les déchets radioactifs, et qu’il est donc nécessaire de rechercher démocratiquement la moins mauvaise, et de la justifier publiquement ;

    Considérant que la création d’un centre d’enfouissement de déchets radioactifs sur le territoire d’une des communes du Pays de Herve ou de la Basse-Meuse serait de nature à nuire gravement à l’attrait touristique de notre région.

    Le Conseil communal de Visé, réuni en séance publique le 23 juin, à l’unanimité,

    DÉCIDE de s’opposer au projet d’enfouissement tel que proposé actuellement par l’ONDRAF que ce soit sur le territoire de la commune de Visé ou sur le territoire de toute autre commune appartenant au Pays de Herve ou à la Basse-Meuse.

    DEMANDE que le projet de stockage géologique en cause soit abandonné et qu’à défaut, une nouvelle enquête publique soit relancée avant toute décision et cela en dehors de toute période de confinement.

    CHARGE le Collège de transmettre la présente motion au Directeur général de l’ONDRAF et à la Ministre fédérale de l'Énergie, de l'Environnement et du Développement durable.