Arts

  • Visé : Pol LOHAY et Michel GIACOMELLI exposent à la chapelle des Sépulcrines

    fullsizeoutput_16553.jpeg

    La chapelle des Sépulcrines accueille jusqu'au 8 décembre les oeuvres de Pol Lohay, le potier, et Michel Giacomelli, le tourneur sur bois.

    Pol Lohay est un passionné qui travaille l'argile depuis plus de 30 ans, et dans le cadre de cette exposition, il a rencontré un autre artisan passionné, Michel Giacomelli, tourneur de bois.

    Savoir faire abouti et maîtrise de leur art sont les maîtres mots de ces artistes, tant les techniques très particulières sont utilisées. Il s'agit en effet de cuire les grandes pièces dans un four à bois et les plus petites dans un four à gaz. L'artiste crée ses propres émaux tout en cherchant un résultat précis car les rouges de cuivre nécessitent de hautes températures (1.300 degrés) durant plus de 10 heures.

    Nos deux artistes ont en commun le fait qu'ils veulent se faire plaisir en sortant des pièces uniques et en partageant leur passion avec les visiteurs, tout en leur faisant comprendre leur passion.

    Ils ne sont pas avares d'explications, toujours prêts à expliquer les techniques et moyens utilisés. La preuve en est les petites notes explicatives affichées à proximité des oeuvres exposées.

    Toutes les oeuvres exposées sont mises en vente à un prix, soulignons le, ce n'est pas si fréquent, plus que raisonnable. Bonne visite à tous et il est probable que vous trouviez là de quoi offrir un splendide cadeau lors des fêtes de fin d'année qui approchent à grands pas.

    Visé, chapelle des Sépulcrines rue du Collège (Centre Culturel) tous les jours de 13h à 18h jusqu'au 8 décembre.

    Un pêle-mêle de photos prises lors du vernissage est disponible en marge de droite

    (Pierre Neufcour)

  • "Récits d'hier, enluminures d'aujourd'hui" d'Aurélie Vetro à la chapelle des Sépulcrines de Visé

    fullsizeoutput_16418.jpeg

    L'enluminure est apparue aux 4ème et 5ème siècle. Il s'agit d'une peinture ou d'un dessin exécuté à la main et qui décore ou illustre un texte, généralement un manuscrit. L'enluminure, c'est l'art de la miniature, d'un travail très fin et précis qui a pour but de faire ressortir et mettre en lumière une partie importante du texte.

    Mais les techniques de gravure et d'imprimerie ont failli faire disparaître cet art. Nous vivons à une époque où l'on redécouvre certaines valeurs et certains métiers d'art du Moyen Âge.

    De nombreux ateliers se créent (Belgique, France) pour redécouvrir et remettre en lumière ces techniques ancestrales. 

    C'est en 2013 que l'enluminure a pris une place prépondérante dans les activités d'Aurélie Vetro, une restauratrice d'oeuvres d'art. Après la copie et l'étude de manuscrits anciens, elle se lance dans la création d'enluminures contemporaines et elle nous présente aujourd'hui une cinquantaine de ses créations, inspirées de contes du moyen âge : deux contes italiens, "l'Âne cacador" et "La femme myrte" ainsi qu'un conte du moyen âge "La colline des amoureux".

    Aurélie travaille en collaboration avec la conteuse professionnelle Kristyn Vesteralen pour qui l'art du conte est porteur d'imaginaire venant de toutes les cultures et de toutes les époques. Elle écrit notamment "Dans ce monde de plus en plus rationnel, lire un conte c'est s'autoriser à ouvrir son horizon à d'autres mondes, d'autres cultures, d'autres formes de langage".

    L'enluminure ne se laisse pas dompter facilement. Ainsi, pour les plus petites oeuvres exposées, l'artiste y a consacré environ 25 heures de travail, pour les plus grande, elle compte une quarantaine d'heures de travail. Les peintures sont toutes réalisées par Aurélie, qui, partant d'une base neutre y ajoute divers pigments natures. Ainsi, le rouge, par exemple, est réalisé à partir de poudre de cochenille.

    L'exposition est ouverte du jeudi 31 au dimanche 10 de 14h à 18h. L'entrée est libre et toutes les oeuvres exposées sont mises en vente.

    (Quelques photos prises lors du vernissage sont reprises dans un pêle-mêle en marge de droite).

  • Actuellement aux Sépulcrines : une exposition d'oeuvres exceptionnelles "Tableaux de pêche et de rivières"

    fullsizeoutput_15b4a.jpeg

    "Tableaux de pêche et de rivière" est l'intitulé choisi par Jacques Goijen pour l'exposition qui se tient actuellement à la chapelle des Sépulcrines à Visé.

    "Jacques Goijen, c'est 40 ans d'expérience dans le domaine de la peinture, c'est plus de 200 expositions tant nationales qu'internationales (la 1ère eut lieu à Spa en 1986), mais aussi New-York, Houston, Los Angeles, Strasbourg... et bien d'autres villes dans le monde. Depuis toujours, il est reconnu comme l'expert de cette "école liégoise du paysage".

    Son amour pour l'Ardenne l'a amené à promouvoir ce courant post-impressionniste qui s'est développé dans la province de Liège à partir de 1880 et jusqu'en 1950 environ; qui a donc été appelé ECOLE LIEGEOISE DU PAYSAGE. Il ne s'agit pas d'ue académie avec un programme structuré, mais plutôt d'une sensibilité qui recouvre diverses mouvances : liégeoise, verviétoise, spadoise, hutoise... voire ardennaise et même campinoise.

    Le grand mérite de Jacques Goijen est d'avoir mis en lumière des artistes de qualité qu'on découvre aujourd'hui au travers d'oeuvres parfois restaurées qui, sans cela, auraient continué à se couvrir de poussière dans des greniers où les caprices de la mode les ont souvent reléguées il y a plusieurs décennies. Beaucoup de ces tableaux n'étaient pas connus parce que, appartenant à des familles, ils n'avaient jamais été exposés en public.

    Jacques Goijen a donc le grand mérite de nous faire découvrir des artistes connus mais aussi moins connus de cette école.

    Richard Heintz, Jean et Joseph Cambresier, Mambour, Vreuls, Henri Daco, Jean Dessaucy, Joseph Lagasse, Paul Lepage, Scauflaire et bien d'autres encore font partie de ces peintres de grand talent.

    La chapelle des Sépulcrines où se tient l'exposition est le cadre idéal pour découvrir une telle exposition, laquelle s'intègre remarquablement dans cet endroit historique, s'attachant à restituer l'esprit d'une époque."

    (M. Ulrici, échevin de la culture)

    Pas moins de 47 oeuvres constituent cette exposition. Elle se tient jusqu'au dimanche 28 juillet (sauf les lundis) de 14h à 18h. Elle est gratuite et les oeuvres exposées sont en vente.

    En marge de droite, un album de quelques photos prises lors du vernissage.

    (P. Neufcour)

  • Aux cimaises de la chapelle des Sépulcrines

    DSC_4944.JPG

    Une fois n'est pas coutume, c'est Julien Woolf, échevin visétois de la jeunesse et des sports qui a procédé au vernissage de l'exposition des oeuvres de Yola Bove et de l'Atelier Récup'Art. Mathieu Ulrici, échevin de la culture, étant retenu par d'autres obligations.

    fullsizeoutput_15938.jpeg

    "Il y a 25 ans maintenant que l'Ecole d'Arts de Visé ouvrait ses portes, un quart de siècle durant lequel de cours hebdomadaires de formations artistiques pour adultes et jeunes gens ont été prodigués et continuent de l'être" explique l'échevin.

    Ces cours s'adressent à toute personne motivée souhaitant se former à la peinture ancienne ou contemporaine. La pratique des différentes techniques de peinture et de sculpture associés à une pédagogie évolutive sont les outils privilégiés de cette école.

    fullsizeoutput_158f5.jpeg

    "Ceci dit, nous avons la chance d'accueillir ce soir une artiste émergente de cette école : Madame Yola Bove.. Madame Bove a commencé il y a 20 ans en peignant des icônes, des fresques et le la peinture à l'huile à l'ancienne"

    En 2000, avec l'émergence de l'acrylique, elle s'est initiée à la peinture contemporaine. Yola a réalisé sa première peinture abstraite en 2007 et commence une vraie démarche créative en choisissant l'évasion comme source d'inspiration, et les matériaux comme moyens d'exécution.

    fullsizeoutput_1592e.jpeg

    De la figuration, elle passe à l'Abstraction. C'est de la vue de son atelier qu'elle puise ses idées de paysages abstraits, atmosphériques. Elle cherche toujours à évoluer tout en réduisant sa palette à des camaïeux subtiles. L'ombre et la lumière, le silence de la brume, les coulées de rouille sont le résultat d'un travail libéré.

    Le Groupe Récu'Art réunit une douzaine d'artites. Jean-Vervier, Martine Thiry, Jenny Pirard, Elise Reul, Pascal Mignon, Josine Janssen, Marlène Daco, Valérie ùdebyser, Brigitte Duchesne, Pascal Colin, Henry Caps et Marie-Rose cornely créent, dans une démarche commune, celle du Récup'Art et de la terre à modeler.

    fullsizeoutput_15930.jpeg

    Chaque sculpteur se réalise au travers de thèmes de l'atelier et des moyens techniques mis en oeuvre.

    Chacun fait preuve de sa créativité personnelle et nous fait voyager dans le monde figuratif, décoratif ou abstrait. Cu carton au métal rouillé, du bois flottant à la frigolite, de la terre cuite aux patines à l'ancienne, toute cette polyvalence assure une nouvelle créativité à chaque exposition.

    Je n'en dirai pas plus et vous invite à pendre le verre de l'amitié en rencontrant les artistes (Texte J. Woolf)

    L'exposition est accessible tous les jours jusqu'au dimanche 26, de 14h à 18h à la chapelle des Sépulcrines, rue du Collège 31 à Visé (Centre Culturel)

     

     

  • Visé : Aux cimaises de la chapelle des Sépulcrines

    fullsizeoutput_158b3.jpeg

    Mimi Finck est de retour! Et elle n'est pas venue seule! Une septantaine de ses oeuvres sont actuellement exposées à la chapelle des Sépulcrines.

    Après avoir enseigné les Arts plastiques* durant plus de trente ans à l'Institut du Sacré Coeur de Visé, Mimi a choisi (depuis plus de 30 ans) de reprendre place devant son chevalet et de retremper ses pinceaux dans la peinture et ce pour notre plus grand plaisir.

    fullsizeoutput_158b5.jpeg

    Le vernissage s'est déroulé le 17 en présence de Viviane Dessart, la Bourgmestre, mais aussi de Mathieu Ulrici, l'Echevin de la Culture. Ce dernier s'est d'ailleurs montré particulièrement intéressé par certains travaux dont il a apprécié la finesse des détails. Luc Lejeune, conseiller communal, était présent également

    DSC_4846.JPG

    Mimi trouve son inspiration tant dans des compositions de natures mortes que dans des paysages que la Provence lui inspire. Mais pas que... Ainsi, nous avons particulièrement admiré une peinture représentant notre région, le Pays de Herve, et intitulée "Charneux ". Sans prendre grand risque Nous parions que tous les visiteurs qui passeront devant cette toile se diront "Mais j'y suis passé, moi, là! Je reconnais". 

    L'exposition de Mimi est accessible tous les jours de 14h00 à 18h30 jusqu'au dimanche 28 avril. L'entrée est gratuite, et, faites vous plaisir pour vos "cocognes" : toutes les oeuvres exposées sont à vendre.

    (En marge droite, quelques photos prises lors du vernissage)

    * Arts plastiques : à une époque où le "plastique" ne semble plus avoir droit de cité dans nos existences, va-t-il falloir créer un néologisme pour remplacer ce terme?

    © Texte et photos P. Neufcour