Associations

  • Suite à la publication de l'étude d'impact sur l'accord UE-MERCOSUR, la FUGEA réagit

    53720062_2377077515658919_8190389431018979328_n.jpg

    Suite à la publication de l’étude d’impact, commanditée par les Verts européens, sur l’accord commercial entre l’Union européenne et le Mercosur, la FUGEA se devait de réagir.

    Les conclusions concernant le secteur agricole rejoignent les craintes déjà énoncées par la FUGEA :

     Renforcement d’échanges commerciaux inutiles concernant des produits que nous sommes en capacité de produire localement ;

     Mise en concurrence déloyale de notre agriculture avec des productions ne respectant pas les normes imposées à nos agriculteurs ;

     Risques sanitaires et remise en cause de la qualité de l’assiette des consommateurs ;

     Etc.

    Au-delà des menaces pesant sur nos agriculteurs et ceux des pays du Mercosur, l’étude souligne qu’un tel accord aurait un impact négatif d’un point de vue environnemental et climatique.

    Nous partageons la conclusion de l’euro-députée Saskia Bricmont : « La Commission doit revoir sa copie. L’accord UE-Mercosur n’est pas compatible avec le Green Deal. ». Nous la complétons en indiquant que cet accord est également un danger pour le maintien et le développement d’une agriculture durable.

    La FUGEA continuera à se mobiliser sur ce dossier dans l’intérêt de nos agriculteurs et de nos citoyens. Cette bataille ne pourra se faire sans le soutien de la société civile et du monde politique. Nous continuerons donc à collaborer avec ces acteurs. Lien vers l’étude : https://www.greens-efa.eu/

  • Les voeux du "Club des Chercheurs et Correspondants Cheminots" de Visé

    thumbnail_bonne-annee-2020.jpg

    Cher(e) ami(e), membre, sympathisant(e),

     

    L’année qui commence promet d’être riche en évènements, au moins pour chacun d’entre nous avec une bougie de plus à souffler !

    Au "Club des Chercheurs et Correspondants Cheminots" de Visé, nous essayerons à nouveau de faire de notre mieux pour toujours bien vous accueillir, vous donner l'envie de revenir et vous permettre de découvrir de nouvelles surprises !!
    Des projets, des idées, nous n'en manquons pas…  embarquez avec nous !!

    Nous espérons à nouveau vous retrouver tout au long de l'année, ainsi qu'à l'occasion d'événements particuliers tels nos Journées portes ouvertes.

     

    Belle année à tous !

    Merci pour votre soutien et vos encouragements,

     

    A (très) bientôt,

    Amicalement,

     

    L'équipe du C.C.C.C.

  • Père Noël a rendu visite à la Maison de Quartier

     

    fullsizeoutput_16667.jpeg

    © Adrien Angé

    Il y a peu, le père Noël est venu rendre visite à la Maison de Quartier de Visé. Un jeune photographe de 5 ans (et demi, il y tient) s'y trouvait, avec un boîtier reflex Nikon D50 muni d'un objectif AFD Nikon 50 mm F 1,8. 

    En marge de droite, un pêle-mêle de 51 photos dont 39 réalisées par Adrien.

  • Commerce Visétois : des mugs au profit de Viva for life

    fullsizeoutput_16568.jpeg

    Sans doute en avez-vous entendu parler, l'Opération Viva for Life sera de passage à Visé le 20 décembre prochain. L'Associaiton du Commerce visétois a décidé de relever un défi.

    En Wallonie et à Bruxelles, 80.000 enfants vivent sous le seuil de pauvreté, ce qui ne manque pas de mettre en péril leur santé, leur développement, leur bien-être et leur avenir (1sur 3 à Bruxelles et 1 sur 4 en Wallonie). C'est pour parer à cette situation inacceptable que la RTBF a décidé de mettre sur pied l'opération Viva for Life.

    Le concept repose sur des défis que chacun peut-organiser, collectivement ou individuellement : une marche, un repas, la vente d'objets... Plusieurs projets sont en cours à Visé, dont celui mis en place par le Commerce Visétois, qui a décidé de créer une série de 6 mugs différents qui seront vendus au prix démocratique de 10€ aun profit de l'opération.

    Il compte sur vos pour que cette vente soit un succès et puisse contribuer au soutien que Viva for Life assure auprès des associations retenues afin de maximiser les interventions auprès de ces enfants dans le cadre de l'accueil de la petite enfance et d'activités pré-, péri- et extra-scolaires, avec une attention particulièreportée au soutien de la parentalité (dès la période pré-natale).

    Concrètement, cette aide se concentre autour du renforcement de personnel, l'acquisition de véhicules, l'intervention dans des travaux ainsi que l'achat de matériel.

    Les points de vente :⚡️(liste mise à jour)

    - Ben's Originals (rue haute)

    - Carrefour Market (place Reine Astrid)

    - Color Code women (av. Albert 1er)

    - Color Code men & kids (rue du pont)

    - Emilie H Maroquinerie (rue haute)

    - Le 1930 (rue du collège)

    - Lehane chaussures (rue du collège)

    - Maag Vins (rue du collège)

    - O'Sleep (allée verte)

    - Sonia Esthétique (rue du perron)

    A nous de jouer !

    (Source : "Visez local")

  • Une association veut protéger l'appellation "Boudin blanc de Liège"

    Plusieurs bouchers liégeois ont déposé une demande allant en ce sens. Damien Boca, membre actif de l’Association des Producteurs de Boudin Blanc de Liège, et boucher à Héron, en fait partie : « À mes yeux, il est important de défendre notre patrimoine et la qualité de notre boudin», nous confie-t-il.

    Des chercheurs de Gembloux ont apporté leur soutien à cette démarche, en analysant les composantes de notre boudin liégeois. La demande de l’appellation protégée du Boudin blanc de Liège progresse et est arrivée, en octobre dernier, à l’Europe. Malgré une telle avancée, les grandes entreprises s’opposent farouchement à ce choix. Pourquoi? Notamment parce que ça entraîne de nombreuses obligations pour les fabricants. Notamment, son diamètre qui doit être de 4 à 5 cm, avec une longueur de 20 centimètres.

    Au niveau de sa fabrication, aussi, des changements sont à prévoir : la marjolaine, ingrédient obligatoire, doit donc être produite à Liège, sur les Coteaux de la Citadelle. Mais c’est justement là qu’elle est plus chère par rapport à celle produite à l’étranger. Une fois l’appellation prononcée, sa quantité sera contrôlée et devra s’élever de un à trois grammes par kilo.

    Cette augmentation du prix fait dresser les poils de quantité d’entrepreneurs. Frileux de mettre la main au portefeuille, ils seront, si l’appellation est octroyée, dorénavant contrôlés sur la façon dont ils produisent le boudin blanc.

    Damien Boca, de son côté, soutient ardemment la cause. Il participera d’ailleurs, le 22 novembre prochain, à Liège, au concours du « Boudinwall », qui élira notamment le meilleur boudin blanc de Liège.

    CÉLINE GONZALEZ-GONZALEZ