Commerces

  • L'AFSCA rappelle de la farine vendue chez AVEVE

    La société Aveve a communiqué lundi, en accord avec l’Afsca, l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire, un rappel de produits : les paquets de « Farine intégrale de seigle » et « Mix pour pain de seigle » de la marque Aveve sont retirés des rayons. Il est demandé aux consommateurs de les ramener au magasin pour remboursement.

    Une teneur trop élevée en alcaloïdes de l’ergot du seigle y a été détectée. L’ergot du seigle est un champignon parasite de cette céréale.

    D-8_z-wXsAAiF9j.jpg

     

    Aveve demande aux clients de ne pas consommer les produits concernés : les sacs de 2,5 kg de farine intégrale de seigle aux dates de durabilité minimale (DDM) 19/09/20, 20/09/20, 21/09/20 ou 22/09/20 et numéro de lot 3000008127, vendus entre le 22 mars et le 6 juillet dernier ; et les sacs de 2,5 kg de « Mix pour pain de seigle » présentant pour date de durabilité minimale le 24/10/20 ou 25/10/20, le numéro de lot 3000008280, vendus du 27 avril au 6 juillet dans les magasins Aveve.

  • Présence possible de Listéria dans ce fromage bio: l’Afsca retire le produit de la vente

     

    La fromagerie Damse Kaasmakerij a décidé, en accord avec l’Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire (Afsca), de retirer le produit bio « Damse Mokke Koe » de la vente et de le rappeler auprès des consommateurs en raison de la présence possible de Listéria monocytogenes, indique-t-elle vendredi par communiqué.

    Les numéros de lot sont Damse Mokke 190523 THT 16/07/2019, 17/07/2019, 22/07/2019, 23/07/2019.

     

  • Rappel de produits chez Delhaize: des Dim Sum crevettes frites panées retirés des rayons

     

     

     

    En accord avec l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca), le produit est retiré de la vente. Les personnes allergiques aux mollusques ne doivent pas consommer ces dim sum et peuvent les ramener au point vente où elles les ont achetés. Les autres peuvent les consommer sans risque.

    Le produit, de la marque Delhaize, porte une date limite de consommation du 30 avril 2019 au 12 mai 2019. Les numéros de lots concernés sont 80920011, 80910011, 80900011, 80910111, 80700011, 80860011, 80850011, 80840011, 80920011, 80800011, 80830011, 80840011 et 80820011. Ils ont été vendus entre le 18 avril et le 29 avril 2019.

  • Colruyt et OKay rappellent des oeufs de la marque Boni

     

    Colruyt et OKay rappellent des oeufs de la marque Boni

    Les oeufs issus du fournisseur en cause ont été vendus entre le 29 mars et ce 30 avril. Les emballages concernés portent le code BE-3674 et les oeufs eux-mêmes sont identifiables grâce au code 1-BE1138-03.

    Ces produits ne risquent pas de causer «d’effet direct sur la santé publique», assure le groupe Colruyt. Il est néanmoins conseillé aux clients qui les ont achetés de ne pas les consommer et de les ramener dans leur magasin, où ils leur seront remboursés.

    Pour plus d’informations, les clients peuvent appeler le 02/345.23.45 ou contacter leur magasin.

  • Rappel de viande de bœuf chez Colruyt: 95 boucheries visées

    Procédure efficace.

    Procédure efficace. - ISOPIX

    « Une présence très faible d’E.Coli a été constatée le vendredi 26 avril et l’information a immédiatement été transmise à Colruyt, qui a jugé utile de retirer ces produits par mesure de précaution », souligne Viande de Liège. « Il est aussi important de rappeler que la cuisson annule tous les risques », ajoute Pascal François. Selon ce dernier, ce type de bactérie peut venir d’un acte d’abattage ou de l’animal lui-même.

    « Cela démontre que les investissements réalisés par Viande de Liège en vue d’une procédure de contrôle plus rigoureuse ont porté leurs fruits », estime le porte-parole. L’entreprise (ex-Derwa) avait risqué l’an dernier de perdre son agrément d’exploitation à cause de problèmes de gestion. Depuis, de l’argent avait été réinjecté, notamment dans le renforcement des procédures de contrôle. Du côté de l’abattoir de Liège, d’où provenait la viande concernée, on étudie l’origine du problème, selon son directeur, Tony Jolet. « Nous n’avons pas encore reçu la composition du lot en question, mais une analyse complémentaire sera réalisée et une formation également dispensée au personnel », l’origine de la bactérie pouvant être l’abattoir.

    Plusieurs causes possibles

    « Il y a plusieurs causes possibles : hygiène du personnel, erreur de manipulation », poursuit Tony Jolet. L’abattoir de Liège avertira aussi ses fournisseurs. « Le système de contrôle a effectivement très bien fonctionné et Colruyt a été averti très rapidement », confirme l’Afsca. Des inspecteurs de l’Afsca étaient présents lundi matin à l’abattoir de Liège. Plusieurs lots de produits à base de viande hachée et de viande de bœuf fraîche ont été rappelés samedi dans 95 boucheries de Colruyt en Belgique.