Conférence

  • Le comité de concertation a pris des mesures fortes pour lutter contre la propagation du coronavirus en Belgique. Retrouvez-les ci-dessous.

    (Photo : Le Soir)

    Des décisions fortes ont été prises. Retrouvez-les ci-dessous :

    Sport

    – Le sport professionnel peut continuer, sans public.

    – Tous les matches amateurs sont annulés. Les sportifs peuvent s’entraîner, mais pas jouer des matches.

     

    – Les compétitions restent autorisées pour les jeunes sous 18 ans, avec un maximum un membre de la famille qui peut assister à la compétition.

    – Les sports de contacts à l’intérieur restent autorisés pour les moins de 12 ans.

    – Les piscines restent ouvertes.

    Enseignement supérieur

    – Maximum 20 % des étudiants autorisés en présentiel, avec masque obligatoire.

    – Exception pour les 1ères années, où la capacité peut atteindre 50 %, avec masque obligatoire.

    Culture

    Les événements et activités en intérieur peuvent continuer avec du public jusqu’à 200 personnes, si :

    – les distances de sécurité peuvent être respectées entre les bulles ;

    – on porte le masque ;

    Transport en commun

    – La capacité durant les heures de pointes sera réévaluée.

    Activités de jeunesse

    Pour les plus de 12 ans, les activités doivent avoir lieu dehors, avec masque. Durant la période scolaire, les excursions de plus d’un jour sont interdites, sauf pour les moins de 12 ans. Pour les 12/14 ans, le camping est autorisé pour minimum 4 nuits et sans contacts avec l’extérieur.

    Parcs d’attractions et animaliers

    Les parcs d’attractions sont temporairement fermés. Les parcs animaliers restent ouverts, à l’exception des espaces en intérieur. La mise à disposition et la consommation de boissons et de nourriture sur place sont interdites.

    Voici les 12 nouvelles règles qui sont d’application, dès ce 23 octobre en Belgique :

    – Un seul contact sans distanciation

    – Maximum 4 personnes reçues à la maison et lors de rassemblements

    – Le télétravail est la règle

    – Restaurants et cafés fermés, le take-away reste possible jusqu’à 22 heures

    – Enseignement supérieur : maximum 1 étudiant sur 5 à partir de la 2ème année, avec masque obligatoire

    – Transports en commun : offre augmentée pour moins d’encombrement aux heures de pointe

    – Couvre-feu de minuit à 5h du matin

    – Interdiction de vente d’alcool à partir de 20h

    – Sport professionnel sans public, compétitions amateures suspendues sauf pour les jeunes de moins de 18 ans

    – Braderies, brocantes et marchés de Noël interdits

    – Parcs d’attractions fermés

    – Activités et événements intérieurs : maximum 40 personnes et 200 maximum si mesures corona garanties.

    (Source : La Meuse)

  • NAPOLEON III, UN DESTIN HORS NORME » PAR GUY REGGERS, DE LA SRAHV

    fullsizeoutput_16c71.jpeg

    LE VENDREDI 16 OCTOBRE A 20H, EN LA PETITE SALLE DES TRETEAUX RUE DE LA CHINSTREE, « NAPOLEON III, UN DESTIN HORS NORME » PAR GUY REGGERS, TRESORIER DE LA SRAHV IL EST INDISPENSABLE DE RESERVER A info@mahvi.be ou au 04-3748563 aux heures de bureau. Nombre de places limité.

    A l’occasion des 150 ans de la fin du Second Empire, nous avons demandé à Guy Reggers, passionné depuis longtemps par cette personnalité hors norme de nous la présenter.

    « Quel destin hors norme pour cet homme, dont la mère, la reine Hortense, était à la fois la belle-fille de Napoléon 1er par sa mère Joséphine de Beauharnais et sa belle sœur par son mariage avec Louis, roi de Hollande et frère de l’Empereur !

    thumbnail_Napo 1 (37).jpg

    Charles-Louis-Napoléon Bonaparte dit Louis-Napoléon Bonaparte est né à Paris le 20 avril 1808 et est décédé à Chislehurst (Royaume-Uni) le 9 janvier 1873. Il a été l’unique président de la Deuxième République, le premier chef d’Etat français élu au suffrage universel masculin le 10 décembre 1848, et après la proclamation de l’Empire le 2 décembre 1852, le dernier monarque du pays sous le nom de NAPOLEON III empereur des Français.

    La philosophie qu’il met en place et qu’il présente dans ses « Idées napoléoniennes » et dans « De l’extinction du paupérisme » (1844) est une synthèse d’un bonapartisme mêlé à du romantisme, du libéralisme autoritaire et du socialisme utopique. Son règne est marqué par un développement industriel, économique et financier sensible, porté par une forte croissance mondiale qu’illustre la transformation de Paris sous l’autorité du préfet Georges Eugène Hausmann. Sa politique extérieure vise à restaurer la puissance française en Europe et dans le monde. Annexion de Nice et de la Savoie, guerre victorieuse de Crimée et d’Italie, échec au Mexique. Nous tâcherons d’apporter un regard neuf sur son œuvre économique et sociale. Non ! Contrairement à ce qu’a écrit Victor Hugo, il ne fut pas le « Napoléon le petit » mais bien un glorieux Napoléon dont la modernité de ses idées fut un annonciateur du monde de demain. A l’issue de cet exposé, nous espérons que vous porterez un autre regard sur ce second Empire qui ne se résume pas qu’à la défaite de Sedan face à la Prusse de Bismarck en septembre 1870 mais qu’elle fut une période prospère et brillante. Le côté local et anecdotique est qu’il fut aussi l’amant de la Comtesse Louise de Mercy-Argenteau ».

    PAF de 5 € grand public et de 3 € membre. Ne pas oublier son masque. Réservation obligatoire (Communiqué)

  • Le M.A.H.Vi propose une conférence sur l'architecture protestante en province de Liège

    E518CC48-1FFF-4886-8CAE-8593BC66464D.jpeg

    "L'architecture protestante en province de Liège: la mémoire d'une minorité" par Julien Maquet.
     
    L'actuel conservateur du trésor de la cathédrale Saint-Paul de Liège fit son mémoire à l'Université de Liège sur la Justice au Moyen-Âge, avant de travailler à l'Institut du Patrimoine Wallon et de s'occuper de l'Archéoforum de Liège.

    Basée sur une enquête de terrain réalisée avec Laurence Druez en Wallonie et sur le dépouillement des fonds des églises locales et d'autres centres d'archives, l'exposé tend, après quelques rappels des principes fondamentaux de la religion protestante, à poser les premiers jalons d'une analyse de l'architecture des bâtiments les plus emblématiques du culte protestant en province de Liège en lien étroit avec l'histoire des communautés, les temples constituant fréquemment un élément essentiel de la mémoire de celles-ci.
     
    Rappelons qu'une dynamique communauté protestante est installée à Cheratte, depuis près de deux siècles (Temple rue Vieille Voie - photo de couverture)
     
    - Date: le 28 septembre 2020

    - Lieu: Salle des Tréteaux en Chinstrée
     
    Réservation obligatoire!
    Limité à 50 personnes!
    Port du masque obligatoire
    - pour les réservations:
    04/374.85.63 (heures de bureau)
    0492/16.66.89 (heures de bureau)
    info@mahvi.be
    PAF:
    3€ pour les membres de la S.R.A.H.V.
    5€ pour les non-membres
  • La prochaine conférence du M.A.H.Vi aura lieu le 13 mars

    fullsizeoutput_16956.jpeg

    VENDREDI 13 MARS A 20H : Destins de Visétois pris dans la tourmente de la guerre 40-45

    Quand éclate le second conflit mondial, beaucoup de Visétois traumatisés par le souvenir d’août 1914, vont prendre le chemin de l’exil. Cet exode douloureux et dangereux sera évoqué à travers des témoignages dont ceux de la famille Nélissen, le célèbre photographe installé dans la rue des Récollets.

    D’autres ont vaillamment combattu dans les forts de la ceinture de Liège et ont été faits prisonniers pour près de 5 longues années. Ce fut le cas de Joseph Rion, déporté au stalag 1A, en Prusse Orientale qui nous a laissé un témoignage captivant. Au plan de la gestion communale, certains ont choisi la collaboration avec l’occupant, tels que le secrétaire communal Urbain Dodémont et son successeur Jules Heine. Cette option leur a été fatale à bien des égards sur un plan personnel mais aussi familial. A côté de cela, d’autres ont opté pour la Résistance et Visé possède également des martyrs trop longtemps méconnus, Michel Flohimont et Guillaume Debefve, tués la veille de la libération  de la ville. Enfin, l’année 1945 a vu le retour de dizaines de prisonniers rescapés des camps du Grand Reich allemand. L’un d’entre eux Libert Joseph Cuypers deviendra en 1947 le premier bourgmestre socialiste de Visé. Certains exilés de 1940 ne reviendront jamais et seront rayés des listes de population, alors que d’autres  auront trouvé épouse à l’étranger, tel le futur garde-champêtre de la ville Hadelin Woolf . Cette guerre atroce a engendré des brassages de population, annonciateurs d’une Europe à reconstruire totalement sous un nouveau modèle. La conférence sera donnée dans la petite salle des Tréteaux, rue de la Chinstrée par Claude Fluchard, historien contemporaneiste.

    PAF traditionnel de 5 € (3€ pour les membres). Pas besoin de réserver. Accueil dès 19h.50

     

    Jean-Pierre Lensen, secrétaire de la S.R.A.H.V

  • Vendredi 28 FEVRIER à 20H dans la salle n° 5 du Centre culturel : 70 ans de relations tumultueuses France-Belgique 1900-1970 

     

    fullsizeoutput_16825.jpeg

    Illustration : une des plus vieilles maisons de Lixhe, classée de surcroit.

    « Comme toute relation de voisinage, celle qui unit la France et la Belgique est complexe, faite de nuances et d’évolutions, insensibles ou plus brutales. Le partage d’une langue et d’une culture largement communes avec une partie des Belges accorde également à la France une place particulière, sans pour autant immuniser en rien contre les stéréotypes croisés et les incompréhensions mutuelles. Entre 1900 à 1970, deux guerres et trois républiques se sont succédé. La Belgique, elle aussi, a évolué : le petit pays neutre et garanti du 19e siècle, coincé entre deux puissances ennemies, est devenu un Etat moteur de la construction européenne dont les fractures internes se sont parallèlement élargies. Le rapport à la France s’en est forcément trouvé modifié, sur fond de multilatéralisme. Cette conférence sera l'occasion de parcourir sept décennies mouvementées mais passionnantes ».

    La conférencière, Catherine Lanneau (Mme Balace) est professeur à l’ULiège dans la section histoire et s’est spécialisée dans les relations diplomatiques contemporaines. La PAF habituelle de 5 € pour le grand public et deux € de moins soit 3 € pour le membre 2020. Pas besoin de réserver. Entrée plus facile par la rue de la Chinstrée.

     

    VISITE DE LIXHE le dimanche 1 mars 2020 Départ à 14h rue de Lixhe, place communale

    Nous voilà reparti pour visiter LIXHE, un des plus beaux villages de l’entité de VISE.  Méconnu pour certains et seulement connu pour d’autres pour ses cimenteries, LIXHE, c’est d’abord un charme indéniable avec une remarquable église, un splendide manoir rebaptisé « maison Abbeyfield », une belle place communale avec son école, son auberge « Clockers » classée au patrimoine, son monument aux deux guerres et ses belles fermes.

    Mais c’est aussi un riche passé car on y a découvert des tombes mérovingiennes, un haut lieu du culte de Saint-Lambert, sans oublier le passage de troupes étrangères et, pas seulement le Roi Soleil Louis XIV, … le fort de Navagne situé à l’autre rive de la Meuse n’y est pas étranger. Et lorsqu’on parle d’eau : que dire sur les terribles inondations des siècles passés amenant à la construction du barrage et d’une étonnante échelle à poissons, sans oublier la construction du fameux canal Albert et d’autres anecdotes (vous serez surpris d’apprendre qu’il y avait une prison à Lixhe !). A l’issue de cette balade, LIXHE n’aura plus de secrets pour vous.

    La visite sera prise en charge par Guy Reggers, secondé par Marylène Zecchinon. PAF de 5 € pour le membre et de 7 € pour le non-membre. Le verre de l’amitié offert par l’A.C. de Visé sera servi à l’issue de cette balade centrée sur le quartier de Lixhe. RV sur place. Pas besoin de réserver.

     

    AU PLAISIR DE VOUS RENCONTRER    LA SOCIETE ROYALE ARCHEO-HISTORIQUE DE VISE ET DE SA REGION ASBL

     

    I