Culture

  • "L'enfance" : les sujet de l'exposition organisée par le M.A.H à la chapelle des Sépulcrines

    fullsizeoutput_160da.jpeg

    Du 5 au 27 octobre la chapelle des Sépulcrines abrite une exposition relatant la vie des enfants et petits enfants au siècle dernier.

    Divers thèmes sont abordés : la petite enfance, les soins de santé, l'éducation tant parentale sue scolaire, les loisirs, jeux et jouets, jeux d'extérieur, les fêtes (communions et fêtes laïques) ...

    L'exposition est centrée sur ce que fut l'enfance au XXe siècle, donc, sur ce que vécurent nos grands-parents, nos parents, notre génération, et pour certains, nos enfants. C'est donc principalement aux plus jeunes générations qu'est destinée cette exposition.

    fullsizeoutput_160d3.jpeg

    L'enfant doit être considéré dans le contexte de la vie en famille. "En ce temps-là", l'enfance avait une durée beaucoup plus courte qu'à notre époque puisque certains étaient mis au travail vers 10 - 12 ans! La période retenue par Marylène Zecchinon, Commissaire de l'exposition, est celle prend cours quelques mois avant la naissance et se termine vers 12 - 13 ans, après la "grande communion" ou la fête laïque, quand on quitte sa petite école de village. L'obligation scolaire en 1914, l'arrivée de l'Oeuvre nationale de l'enfance cinq ans plus tard, puis en 1936 la révolution des congés payés...

    DSC_5494.JPG

    De nombreux panneaux didactiques reprennent et expliquent ce qu'était la vie des enfant le siècle dernier, mais les jeux et jouets exposés nous ramènent (pour moi) 65 ans en arrière... Meccano, trains électriques Gils (fabriqués artisanalement à Jupille), les châteaux forts, les fermes pour les garçons; poupées avec des assortiments de vêtements, petits meubles, jeux de société - lotto avec les cartes et les "pastilles" de bois etc.. Ne passons pas sous silence les chaises d'enfant en bois, les chaises pas les enfants pour les esprits chagrins (j'ai cru reconnaître la même que celle où j'avais commencé à "manger tout seul, comme un grand), les parcs...

    Une salle est réservée à la vente de petits souvenirs.

    DSC_5492.JPG

    L'exposition est accessible du samedi au dimanche de 14h à 17h. PAF de 3 € pour les plus de 18 ans. Les visites scolaires sont gratuites.

    Quels souvenirs pour les visiteurs de ma génération! Je me suis revu gamin, avec les vis et écrous du Meccano, en train d'emboiter les rails du train (St-Nicolas m'en avait apporté un, un Gils aussi, mais pas de la même couleur)...

    DSC_5484.JPG

    Bravo  à l'équipe et particulièrement à Marylène pour l'excellence du travail fourni et la qualité du matériel exposé)

    En marge droite, un pêle-mêle de photos prises lors du vernissage.

    ©Pierre Neufcour

  • Actuellement aux Sépulcrines : une exposition d'oeuvres exceptionnelles "Tableaux de pêche et de rivières"

    fullsizeoutput_15b4a.jpeg

    "Tableaux de pêche et de rivière" est l'intitulé choisi par Jacques Goijen pour l'exposition qui se tient actuellement à la chapelle des Sépulcrines à Visé.

    "Jacques Goijen, c'est 40 ans d'expérience dans le domaine de la peinture, c'est plus de 200 expositions tant nationales qu'internationales (la 1ère eut lieu à Spa en 1986), mais aussi New-York, Houston, Los Angeles, Strasbourg... et bien d'autres villes dans le monde. Depuis toujours, il est reconnu comme l'expert de cette "école liégoise du paysage".

    Son amour pour l'Ardenne l'a amené à promouvoir ce courant post-impressionniste qui s'est développé dans la province de Liège à partir de 1880 et jusqu'en 1950 environ; qui a donc été appelé ECOLE LIEGEOISE DU PAYSAGE. Il ne s'agit pas d'ue académie avec un programme structuré, mais plutôt d'une sensibilité qui recouvre diverses mouvances : liégeoise, verviétoise, spadoise, hutoise... voire ardennaise et même campinoise.

    Le grand mérite de Jacques Goijen est d'avoir mis en lumière des artistes de qualité qu'on découvre aujourd'hui au travers d'oeuvres parfois restaurées qui, sans cela, auraient continué à se couvrir de poussière dans des greniers où les caprices de la mode les ont souvent reléguées il y a plusieurs décennies. Beaucoup de ces tableaux n'étaient pas connus parce que, appartenant à des familles, ils n'avaient jamais été exposés en public.

    Jacques Goijen a donc le grand mérite de nous faire découvrir des artistes connus mais aussi moins connus de cette école.

    Richard Heintz, Jean et Joseph Cambresier, Mambour, Vreuls, Henri Daco, Jean Dessaucy, Joseph Lagasse, Paul Lepage, Scauflaire et bien d'autres encore font partie de ces peintres de grand talent.

    La chapelle des Sépulcrines où se tient l'exposition est le cadre idéal pour découvrir une telle exposition, laquelle s'intègre remarquablement dans cet endroit historique, s'attachant à restituer l'esprit d'une époque."

    (M. Ulrici, échevin de la culture)

    Pas moins de 47 oeuvres constituent cette exposition. Elle se tient jusqu'au dimanche 28 juillet (sauf les lundis) de 14h à 18h. Elle est gratuite et les oeuvres exposées sont en vente.

    En marge de droite, un album de quelques photos prises lors du vernissage.

    (P. Neufcour)

  • Un pas vers l'UNESCO pour les cramignons 

    B9713295406Z.1_20170925152953_000+GOG9RMUAC.1-0.jpg

    Reconnus comme chef d’œuvre du patrimoine oral et immatériel de la Fédération Wallonie-Bruxelles 

    Le défilé des couples, femmes en long et hommes en smoking, fait partie de la tradition.
    Depuis ce 12 juin, les cramignons sont reconnu en tant que chef d'oeuvre du patrimoine oral et immatériel de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Une très belle reconnaissance pour une tradition qui attire, chaque année, des centaines de couples et des milliers de spectateurs dans la Basse-Meuse. Avant, on l'espère, une reconnaissance de l'UNESCO.  
    Lire le texte complet dans nos éditions de ce jour
  • Conférence - Rencontre avec Thierry Luthers

    thumbnail_Thierry-luthers.jpg

    THIERRY LUTHERS, UN HOMME DE PASSIONS

    -  Journaliste de profession, historien de formation, chanteur par admiration, Thierry Luthers est un homme de passions. Il viendra les partager avec vous lors d’une soirée-rencontre autour de ses livres consacrés aux tombes de belges célèbres et plus particulièrement de la région liégeoise.

    - Quand ? Le jeudi 06 juin à 20h

    - Où? Bibliothèque communale de Visé (Rue du Collège, 31)

    - PAF : 5€

    - Réservations souhaitées au 043748557 ou par mail bib.communale@vise.be

    - Retrouvez notre actualité sur Facebook et Instagram : Bibliothèques de  Visé

  • Aux cimaises de la chapelle des Sépulcrines

    DSC_4944.JPG

    Une fois n'est pas coutume, c'est Julien Woolf, échevin visétois de la jeunesse et des sports qui a procédé au vernissage de l'exposition des oeuvres de Yola Bove et de l'Atelier Récup'Art. Mathieu Ulrici, échevin de la culture, étant retenu par d'autres obligations.

    fullsizeoutput_15938.jpeg

    "Il y a 25 ans maintenant que l'Ecole d'Arts de Visé ouvrait ses portes, un quart de siècle durant lequel de cours hebdomadaires de formations artistiques pour adultes et jeunes gens ont été prodigués et continuent de l'être" explique l'échevin.

    Ces cours s'adressent à toute personne motivée souhaitant se former à la peinture ancienne ou contemporaine. La pratique des différentes techniques de peinture et de sculpture associés à une pédagogie évolutive sont les outils privilégiés de cette école.

    fullsizeoutput_158f5.jpeg

    "Ceci dit, nous avons la chance d'accueillir ce soir une artiste émergente de cette école : Madame Yola Bove.. Madame Bove a commencé il y a 20 ans en peignant des icônes, des fresques et le la peinture à l'huile à l'ancienne"

    En 2000, avec l'émergence de l'acrylique, elle s'est initiée à la peinture contemporaine. Yola a réalisé sa première peinture abstraite en 2007 et commence une vraie démarche créative en choisissant l'évasion comme source d'inspiration, et les matériaux comme moyens d'exécution.

    fullsizeoutput_1592e.jpeg

    De la figuration, elle passe à l'Abstraction. C'est de la vue de son atelier qu'elle puise ses idées de paysages abstraits, atmosphériques. Elle cherche toujours à évoluer tout en réduisant sa palette à des camaïeux subtiles. L'ombre et la lumière, le silence de la brume, les coulées de rouille sont le résultat d'un travail libéré.

    Le Groupe Récu'Art réunit une douzaine d'artites. Jean-Vervier, Martine Thiry, Jenny Pirard, Elise Reul, Pascal Mignon, Josine Janssen, Marlène Daco, Valérie ùdebyser, Brigitte Duchesne, Pascal Colin, Henry Caps et Marie-Rose cornely créent, dans une démarche commune, celle du Récup'Art et de la terre à modeler.

    fullsizeoutput_15930.jpeg

    Chaque sculpteur se réalise au travers de thèmes de l'atelier et des moyens techniques mis en oeuvre.

    Chacun fait preuve de sa créativité personnelle et nous fait voyager dans le monde figuratif, décoratif ou abstrait. Cu carton au métal rouillé, du bois flottant à la frigolite, de la terre cuite aux patines à l'ancienne, toute cette polyvalence assure une nouvelle créativité à chaque exposition.

    Je n'en dirai pas plus et vous invite à pendre le verre de l'amitié en rencontrant les artistes (Texte J. Woolf)

    L'exposition est accessible tous les jours jusqu'au dimanche 26, de 14h à 18h à la chapelle des Sépulcrines, rue du Collège 31 à Visé (Centre Culturel)