Faits divers

  • On en sait un peu plus sur les 4 voitures incendiées rue Marchand il y a maintenant une semaine - Renseignements complémentaires

    Le feu a volontairement été bouté à la voiture d’un jeune Turc actif dans le secteur des voitures d’occasion. Il ne s’agissait pas de n’importe quelle voiture mais d’une voiture de grand standing : une Porsche Macan qui, neuve, coûte près de 80.000 €. Le feu s'était rapidement propagé à trois autres voitures qui appartiennent également au même homme. Le sinistre est total pour le propriétaire des véhicules

    F31B9912-60A5-4C22-96AC-714385FAC499.jpeg

    Les premiers éléments de l’enquête, menée par la brigade locale de recherches de la police de la Basse-Meuse, semblent indiquer que le négociant automobile semble avoir déjà dû faire face à des conflits. Certains évoquaient un règlement de compte dans le milieu turc.

    Selon une autre source, le lendemain de l’incendie, la BLR de la zone de police Basse-Meuse ainsi que le labo de la police scientifique et un maître-chien sont venus examiner les épaves. Des prélèvements ont été réalisés afin de recueillir les traces de produit accélérant.

    Qui en veut à la victime ? « Le dossier est actuellement au parquet où une information judiciaire est ouverte », détaille Catherine Collignon, premier substitut au parquet de Liège en charge, notamment, des relations avec la presse. « Il existe un conflit entre le propriétaire des voitures et un voisin mais rien ne dit que c’est ce voisin qui a mis le feu à la voiture de la victime. L’enquête en cours devrait nous permettre de mieux comprendre. »

     

    Ce 17 octobre, nous sommes contactés par un habitant du voisinage qui a été témoin des faits. Il mentionne quelques inexactitudes reprises dans le texte ci-dessus :

    - Il a été éveillé par le bruit et il a vu que le feu avait été bouté à la BMW X3 en premier lieu, puis s'était communiqué à la Porsche. Il s'agit des deux seuls véhicules appartenant au voisin d'origine turque. La Smart et l'Audi A 3 qui ont été détruites appartiennent à un autre couple de riverains. Pour ce témoin, le préjudicié de l'incendie volontaire aurait fait l'objet d'une tentative d'homicide au mois de janvier. Il nous assure, qu'à son avis, c'est dans cette direction que les autorités judiciaires devraient orienter leurs recherches. Il y a bien eu précédemment un échange de mots entre voisins, concernant le "calme perdu" dans le quartier depuis l'arrivée de ce monsieur Turc.

    Notre correspondant précise que si lui et son épouse n'avaient pas entendu des bruits suspects et ne s'étaient pas rendu compte de la situation, le bilan airait été beaucoup plus lourd, tant en pertes matérielles, que peut-être en vies humaines.

    P. Neufcour 

  • Odeur de gaz rue des Récollets à Visé

    0898E4DF-546D-4294-94D3-CF09FB4DA96F.jpeg

    Photo : D.R.

    Des riverains avaient signalé une odeur de gaz dans la rue des Récollets à Visé. Afin d'éviter tout risque, Resa, le gestionnaire du réseau, est venu directement sur place tandis que la police de la Basse-Meuse barrait l'accès à la rue. Des renseignements que nous avons pu obtenir, il n'y avait aucun risque et la quantité de gaz détectée était négligeable. Selon une autre source, des ouvriers de Resa seraient intervenus plus tôt, et il est possible qu'à cette occasion, un peu de gaz se soit répandu dans l'atmosphère. Aucun danger donc. (P. Neufcour)

     

  • Nuit de mercredi à jeudi agitée pour les habitants de la rue Marchand à Visé

    143DB0EA-E7C7-402C-AAAA-CD78B4860495.jpeg

    PHOTO : D.R

    Quatre voitures en feu sur un parking de la rue : pompiers et police sur place. Le feu aurait été bouté à une voiture en stationnement et se serait propagé aux voitures voisines, dont une Porsche Macan. A l'heure actuelle, il serait impossible de déterminer quel véhicule était particulièrement visé par cet acte criminel. Des photos nous ont été transmises par un témoin.

    4EBFAF60-0448-4D44-99DD-CD820EE9357A.jpeg

    Photo : D.R.

    Selon une autre source, le lendemain, la BLR  de la zone de police Basse-Meuse ainsi que le labo de la police scientifique et un maître chien sont venus examiner et effectuer des prélèvements sur les épaves. 

    3203B7FC-088C-4923-A9C0-551034D09618.jpeg

    Photo : D.R.

    Il semblerait que le Parquet ne désire pas communiquer sur l'affaire à l'heure actuelle. Les faits seraient mis à l'Instruction.

    74BFECD7-3F18-4040-AAA6-FE4657A3F415.jpeg

    06898732-CF92-42CB-BB1F-EEE3442EEF58.jpeg

    F31B9912-60A5-4C22-96AC-714385FAC499.jpeg

    Photos D.R

    (P. Neufcour)

  • Interception d'un dealer à Visé ce mardi

    fullsizeoutput_16b13.jpeg
     
     
     
    L'établissement où le jeune dealer logeait (Photo P. Neufcour)
     
    Ce mardi après-midi, une patrouille « Themis » de la police de la Basse-Meuse a procédé à intercepté un homme, domicilié à Liège et suspecté de dealer des stupéfiants à Visé.
    « La police a procédé au contrôle de l’individu », détaille Catherine Collignon, Premier substitut du Procureur du roi, notamment en charge des relations avec la presse. « Sur lui, l’équipage a trouvé 455 euros en diverses coupures, trois pacsons de cannabis et un gramme de résine de cannabis. »
    L’homme, un jeune Afghan domicilié sur Liège, résidait en réalité dans une pièce à l’arrière d’un magasin de nuit, situé sur la place de la Collégiale, au cœur de la Cité de l’oie.
    « Les policiers se trouvaient dans le cadre du flagrant délit. Le magasin de nuit a donc été perquisitionné dans la foulée, ainsi qu’un autre commerce similaire appartenant à la même personne. »
     
     
    Le gérant suspecté
     
    En effet, au départ, les soupçons des policiers se sont également dirigés vers le gérant du nightand day qui hébergeait le dealer. Les enquêteurs pensaient avoir mis au jour un trafic bien plus important encore.
    Avec le renfort de la BLR (Brigade Locale de Recherche) de la zone de police de la Basse-Meuse, une seconde perquisition a été menée au siège de l’autre magasin appartenant au gérant, situé quant à lui au carrefour de l’avenue du Pont et de la rue des Francs Arquebusiers.
    Ces deux magasins ont donc fait l’objet de perquisitions et ont été momentanément fermés, ce qui a pu attirer l’attention de la population. Mais le gérant n’a finalement rien à se reprocher et a été relaxé au terme de son audition par la police.
     
     
    Pour le dealer, c'est autre chose
     
    Pour le jeune Afghan, c’est une autre affaire… Ce mercredi après-midi, Mano, né en 1997, était toujours en cours d’audition dans les locaux de la zone de police.
    Il y a fort à parier qu’il sera déféré devant le magistrat de garde du parquet de Liège. Celui-ci décidera alors de mettre le dossier à l’instruction ou pas, et d’y envoyer Mano, qui devra le cas échéant s’expliquer sur les faits.
    (P. Neufcour avec A. Ma)

  • Visé : un homme à nouveau violent envers sa femme et sa fille

    Dans la nuit de vendredi à samedi, Fabrice, 47 ans, s’en est pris une nouvelle fois à son épouse et sa fille adolescente. Il semble que malheureusement Fabrice soit coutumier du fait même s’il n’y avait aucune plainte jusqu’à présent. Suite à la violence des coups, les victimes ont été examinées par un médecin et mises une semaine en incapacité totale de travail. Fabrice a été interpellé par la police de la Basse-Meuse et a été déféré ce samedi matin devant le parquet de Liège. Le dossier a été mis à l’instruction. (Sudinfo)