Histoire

  • Le cloître du Centre Culturel se fait une beauté

    E59D001B-E042-4C4E-8831-076600D96021.jpeg

    LE CLOITRE DU CENTRE CULTUREL DES SEPULCRINES, RUE DU COLLEGE SE FAIT UNE BEAUTE

    Il a fallu 3 sessions de travaux pour que l’ensemble du cloître , c’est-à-dire les murs qui entourent cette surface soient renettoyés et reprennent toutes leurs couleurs. Fin novembre, les visiteurs pourront redécouvrir toute la beauté de cet espace.

    D’où vient l’origine de cet espace dans nos régions ? : une cour entourée sur les quatre côtés d’un couloir qui permet de pénétrer dans toutes les pièces adjacentes. Sûrement pas dans la lointaine architecture de nos régions , mais bien à l’apport de la conquête romaine. La chance que les archéologues ont eue, c’est la découverte de Pompeï dès le 18e s. avec ses maisons avec cour centrale. Ce type d’architecture s’est développé dans nos régions, comme le prouvent les fouilles de la grande villa (domaine agricole) gallo-romaine de Haccourt avec au moins deux cours importantes permettant aux habitants de se rendre d’une pièce à l’autre. Ce type de structure « méditerranéenne » a été repris par les fondations monacales (les Bénédictins…..) et collégiales. Il n’y avait pas que cette utilité qui était mise en avant (ne pas devoir traverser d’autres pièces comme dans nos maisons) mais bien l’aspect religieux. Pour nos Chanoinesses du Saint-Sépulcre qui s’implantèrent à Visé dans le premier quart du 17e s. Nous reprendrons ici un extrait de la revue de 128 pages de la Société archéo-historique parue en août 2016 pour les 400 ans de la fondation de l’ordre à Visé (Nouvelles Notices n°137-138) : Formé de quatre galeries ou couloirs, le cloître a pour fonction première de distribuer l’accès aux différentes pièces du rez-de-chaussée ; le cloître est également un espace de prières, puisqu’il accueille une procession quotidienne des religieuses qui cheminent devant des statues ou des tableaux représentant la Passion du Christ.

    980028FD-70F2-45FF-899B-A018DBD752E8.jpeg

    L’architecture mosane du 17e s. est de mise et à noter la marque que les soeurs ont placée sur les murs du cloître, la croix à double traverse typique de leur ordre (Non, ce n’est pas la croix de Lorraine de de Gaulle) !

    Il faut savoir que lors du départ de la dernière sépulcrine en 1824, le lieu prit une fonction scolaire avec un Collège agricole « Saint-Hadelin », puis une école moyenne pour garçons (1851) qui deviendra après la reconstruction de l’école suite à l’incendie de la Grande Guerre, un Athénée (professant non plus 3 mais 6 années du secondaire) en 1936. En 1983, cette école prit ses quartiers sur les hauteurs du Gollet et la ville récupéra ce lieu en en faisant un lieu culturel. Savez-vous que l’intérieur du cloitre (la cour) servit sous la férule de ces sœurs cloîtrées qu’étaient les Sépulcrines, de dernière demeure et que probablement comme dans d’autres couvents (Charleville), on a retrouvé les corps de ces simples moniales. (les sœurs supérieures étaient inhumées sous la chapelle).

    Savez-vous aussi que cet espace fut un jardin botanique que les élèves pouvaient découvrir lors des cours de sciences naturelles, il y a un siècle. Il sert maintenant de lieu de détente et parfois de culture (pièces de théâtre ou musicale).

    Si vous n’êtes pas un habitué de ce lieu, sachez que dans votre cheminement, au nord, vous découvrirez l’échevinat des affaires sociales, à l’est l’entrée du musée régional qui vous accueillera (en des temps meilleurs) à l’étage, au sud la chapelle des Sépulcrines, espace d’expositions et une salle de réunion et à l’ouest des ateliers créatifs des plus variés.

    PHOTO : L’espace botanique au centre du cloître.

    (Communiqué)

  • La "fausse lettre de Mme de Sévigné" est bien un hoax

    2BA8F93A-3A8E-4E1C-87AE-A109E6177BA8_4_5005_c.jpegVoici la réponse de Monsieur Lensen, du Musée de Visé, concernant la "fausse lettre" qu'il nous avait, en toute bonne foi, fait parvenir.

    Mazarin et Vatel n’ont jamais été confinés…………….Mes subtilités ont été prises en défaut. Mais par contre le dessin du médecin du 17e s ; est correct. Revient-il  de chez Mme de Sévigné ? Personne ne le sait...

     

    LE LIVE

    La lettre présentée comme écrite par Madame de Sévigné qui évoque un confinement est un pastiche

    Une lettre, présentée comme écrite par Madame de Sévigné en 1687, circule sur les réseaux sociaux. Il y est question d'un confinement, à la Cour, sur fond d'épidémie grippale. Cette lettre est un faux.

     

    Article rédigé par Emilie Gautreau - franceinfo

    Radio France

    Publié le 04/05/2020 19:27

    Mis à jour le 04/05/2020 19:27

    Une lettre attribuée à Madame de Sévigné, datant du 30 avril 1687, qui a été massivement partagée sur les réseaux sociaux, début mai 2020. (CAPTURE ECRAN FACEBOOK)

    Une lettre attribuée à Madame de Sévigné, datant du 30 avril 1687, qui a été massivement partagée sur les réseaux sociaux, début mai 2020. (CAPTURE ECRAN FACEBOOK)

    La pandémie de coronavirus amène parfois à se replonger dans ses cours d'Histoire. Vous avez peut-être reçu ou vu passer sur les réseaux sociaux une lettre présentée comme écrite par Madame de Sévigné dans laquelle celle-ci raconterait, en 1687, son confinement parisien sur fond d’épidémie de grippe. Cette lettre est un faux et les ressorts de sa propagation virale sont similaires à ceux qui alimentent la viralité de fausses lettres plus contemporaines. La cellule Vrai du Faux vous explique.

    Une fausse lettre parsemée d'erreurs historiques

    Le message circule via WhatsApp, les réseaux sociaux ou par mail sous différentes versions, mais il commence souvent ainsi : "En des circonstances presque similaires (épidémie grippale) à ce que nous vivons, voici ce que Madame de Sévigné écrivait à sa fille Madame de Grignan." Des internautes ont rapidement relevé un certain nombre d'erreurs historiques qui pouvaient mettre la puce à l’oreille. Le cardinal Mazarin ne pouvait pas avoir décidé de mettre en place un confinement en 1687. Notamment connu pour avoir été au service du roi Louis XIV, il est mort en 1661.

    L'intendant François Vatel, également cité, ne pouvait pas approvisionner la Cour à cette date, car il était décédé seize ans plus tôt. D'autres internautes relèvent également le fait que la comédie de Pierre Corneille évoquée, Le Menteur, eut certes un grand succès, mais en 1644. Par ailleurs, dans certains messages, le 30 avril 1687 est présenté comme étant un jeudi, ce qui est une erreur. Il s'agissait d'un mercredi.

    Une lettre attribuée à Madame de Sévigné, datant du 30 avril 1687, qui a été massivement partagée sur les réseaux sociaux, début mai 2020. (CAPTURE ECRAN FACEBOOK)

    Une lettre attribuée à Madame de Sévigné, datant du 30 avril 1687, qui a été massivement partagée sur les réseaux sociaux, début mai 2020. (CAPTURE ECRAN FACEBOOK)

    Comme c'est le cas lors des diffusions de fausses informations plus traditionnelles, aucun auteur n'en revendique la paternité. Un nom est évoqué. Il s'agit de celui de Jean-Marc Banquet d’Orx. Le pastiche est assimilé à un "poisson de mai" publié le 1er mai, à l'image de ceux du 1er avril. Le but de l'auteur n'est pas connu. Peut-être souhaitait-il simplement, en ces temps de confinement et de désoeuvrement, nous faire replonger dans nos livres d’Histoire et d'histoires - celles réellement racontées par Madame de Sévigné. C'est dans ce cas plutôt réussi.

    Des ressorts similaires à ceux des fake news plus classiques

    L'un des ressorts classiques contribuant à la propagation des fausses informations est de donner l'apparence de la réalité et de mêler le vrai au faux. Ainsi, pour les non-historiens, la fausse lettre de Madame de Sévigné peut avoir l'apparence de la réalité. Elle joue sur l’image qu'a le grand public de ce qu’était la Cour à cette époque, ses amusements et ses correspondances. Et si François Vatel est mort bien avant 1687, il est resté dans la mémoire collective comme s’étant donné la mort après un arrivage de marée insuffisant, épisode précisément raconté par Madame de Sévigné.

     

     

  • M.A.H.Vi : la prochaine publication sort en novembre

    526CC276-6A62-49FF-81C3-3C6390750298_1_201_a.jpeg

    NOTRE PROCHAINE PUBLICATION SORT EN NOVEMBRE

    Depuis 2012, un nouveau type de publications du musée de Visé est sorti de presse. Après les notices visétoises d’un format de 17 x 25 cm, avec principalement les articles très pointus de l’historien de Visé, John Knaepen furent édité les Nouvelles Notices Visétoises dans un format A4. C’est le numéro 156 (octobre-décembre 2020) qui clôture l’année 2020. De quoi cette revue de 64 pages et de 76 illustrations est-elle faite ?

    Un peu de tout : l’histoire (15 pages) de l’ancien château de Caster, lieu situé en surplomb de Petit-Lanaye et ses illustres occupants dont de Brouckère, homme politique belge du 19e s. Caster vient de castrum et rappelle un des évènements de la guerre des Gaules, ainsi que l’endroit de plusieurs traités au Moyen-Age. Ce site est partagé entre les entités de Riemst, de Visé et de Maestricht, nous explique Guy Reggers. C’est Monique Merland, documentaliste d’origine visétoise qui analyse en 17 pages les occupants et l’architecte d’une des nombreuses villas de Basse-Hermalle (la villa Désirée actuellement sur le territoire de Visé). L’architecte n’est pas n’importe qui, c’est Charles Castermans dont l’autrice a évoqué les trois biographies familiales d’ Auguste le père et des deux frères Paul et Charles. L’époque était à construire à la fin du 19es. de magnifiques villas non loin des fleuves et des rivières ou en Ardenne. L’intérêt de l’article est aussi d’évoquer le propriétaire, un grand amateur d’art, Alfred Baar qui céda ses riches collections de verre (1766 pièces) au musée Curtius de Liège.

    Eddy Bruyère dont les articles éclectiques dans les revues du musée de Visé (ainsi que dans la revue des Anciens Arquebusiers, le Papegaie) sont nombreux inventorie (en 22 pages) les œuvres belges aux Pays-Bas et en Belgique dont Visé, durant la première guerre mondiale. Après avoir évoqué les différents types de problématiques (exactions allemandes, réfugiés, évacués français, déportés, travailleurs forcés ou réquisitions et différents comités), il cite pas moins d’une centaine d’associations belges chez nos voisins et une vingtaine en Belgique et d’autres plus localisés dans les grandes villes mais aussi pour Visé le comité de secours et d’alimentation, celui du ravitaillement et les œuvres scolaires. Il termine par les journaux (7 au moins édités aux Pays-Bas et une trentaine sur le front).

    Deux plus petits articles évoquent l’artiste liégeois Camille Renard dont des œuvres sont conservées au musée de Visé (par Marylène Zecchinon) et le personnage folklorique cherattois de Ridodoye (par Régis Beuken). Le lecteur trouvera aussi le texte des nouveaux statuts de l’association à but désintéressé ratifiés le 2 septembre et surtout le programme de près d’une quarantaine d’activités de l’année 2021. Mais espérons que la Covid 19 ne perturbe pas trop ce programme de l’année du centenaire de la Société Archéo-Historique de Visé. L’éditorial (signé Jean-Pierre Lensen), évoque la manière dont s’est passée cette année 2020 au musée et appelle aux dons et au renouvellement des cotisations pour 2021 qui resteront au même taux que les six dernières années : 25, 30 et 35 € ou plus. (le numéro de compte reste toujours le BE77 3400 2758 7242). Cette revue sera reçue gratuitement par les membres 2020 et pourra être acquise par les amateurs au prix de 10 €.

    A la lecture, une manière agréable de passer cette période de reconfinement avec ces articles inédits.

    Pour la S.R.A.H.V. J.P.Lensen

  • C'était il y a 333 ans !

    28AF64A9-7172-4C6E-BBE5-658B1A9FD0F2.jpeg

    Déjà du confinement en 1687
     

     
     
    Lettre de Mme de Sévigné à sa fille, le jeudi 30 Avril 1687.


    " Surtout, ma chère enfant, ne venez point à Paris ! 
    Plus personne ne sort de peur de voir ce fléau s’abattre sur nous, il se propage comme un feu de bois sec. Le roi et Mazarin nous confinent tous dans nos appartements. 
    Monsieur Vatel, qui reçoit ses charges de marée, pourvoie à nos repas qu'il nous fait livrer,
    Cela m’attriste, je me réjouissais d’aller assister aux prochaines représentations d’une comédie de Monsieur Corneille "Le Menteur", dont on dit le plus grand bien. 
    Nous nous ennuyons un peu et je ne peux plus vous narrer les dernières intrigues à la Cour, ni les dernières tenues à la mode. 
    Heureusement, je vois discrètement ma chère amie, Marie-Madeleine de Lafayette, nous nous régalons avec les Fables de Monsieur de La Fontaine, dont celle, très à propos, « Les animaux malades de la peste » ! « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés »". 
    Je vous envoie deux drôles de masques ; c’est la grand'mode. tout le monde en porte à Versailles. C’est un joli air de propreté, qui empêche de se contaminer,
     
    Je vous embrasse, ma bonne, ainsi que Pauline. » 

    C’était il y a 333 ans !

    (J.P. Lensen)

     

  • Curieuses et curieux, objets précieux, insolites ou improbables, pas seulement à Marche mais aussi à Visé

    C08FFCB7-55B3-4C56-A041-92DC59D29C3C.jpeg

    Visé : clefs magistrales

    Les visiteurs sont le plus souvent curieux des objets insolites que nous pouvons garder dans nos musées et exposer quelquefois.

    Le musée de Marche-en-Famenne en collaboration avec les 7 autres musées de la province du Luxembourg a réalisé ainsi une magnifique exposition qui vient de s’achever et les 74 objets exposés sont étonnants et quelques-uns sont aussi  présents dans nos collections visétoises: N’est ce pas dans l’espoir d’être surpris que l’on rentre dans un musée titre la préface du magnifique catalogue? 

    Notons dans les collections visétoises : des fers à repasser numérotés que l’on faisait chauffer sur  le poêle à charbon, des bouteilles à billes dite bouteille CODD dont la bille, fort appréciée des enfants, servait à conserver la boisson gazeuse….la firme ROENEN de la rue de la Fontaine en utilisa plusieurs, une tasse à moustache évitant au moustachus de mouiller sa lèvre supérieure, des lests de robes en plomb pour alourdir la robe et l’empêcher de se soulever au vent (à se souvenir de Marylin ou d’Anny Duperey), une scie égoine mais à double denture, une fusaïole gallo-romaine destinée à alourdir le fuseau à laine, une clé sous forme de bague original pour remplacer un trousseau, une trousse de toilette romaine avec plusieurs petites pointes comme des cures-oreilles ou pour préparer des onguents.

    Le  musée de Bastogne en PIconrue conserve ce qui a fait fantasmer maints auteurs : une ceinture de chasteté, qui ne fut réinventée que pour être exposée dans des cabinets de curiosités. Par contre, on peut citer d’autres objets curieux visétois comme ces travaux d’enfants, tissus cousus avec les lettres de l’alphabet, le prénom de l’élève et éventuellement l’une ou l’autre prière, un bracelet en verre gaulois (trouvé sur un site archéologique à Lanaye) ou encore un creuset gallo-romain en métal, preuve d’un bas-fourneau utilisé sur le site du centre culturel de Visé mais il y a 2000 ans.

    Au musée malheureusement confiné pour quelques semaines en ce début novembre, nous pouvons voir un fer à hosties, souvenir des Chanoinesses du Saint-Sépulcre de Visé et il  côtoie une tuile gallo-romaine qui n’a pas eu le temps de sécher  qu’un chat est passé laissant ses empreintes ou encore des clés magistrales qui étaient l’apanage des 2 bourgmestres de notre ancienne bonne ville . Aussi étonnant : une lanterne magique rappelant la  carrière de Robertson qui présenta dans des salons à l’époque révolutionnaire des plaques de verre avec des guillotinés célèbres, créant la stupeur dans l’assemblée. On peut y voir une pierre avec un personnage tricéphale (à 3 visages), qui faisait partie d’un piedroit de cheminée.

    A défaut de visiter le musée régional de Visé, quelques pistes de découvertes que nous livrons ainsi à votre curiosité.

     

    J.P.Lensen