Vise - Page 6

  • Visé : journée de sensibilisation aux handicaps, pour une ville "inclusive"

    thumbnail_CCPH 141.jpg

    Ce 14 Septembre dernier, La Commission Consultative pour les Personnes Handicapées de VISE a mis en place une journée de sensibilisation destinée aux Mandataires Communaux, aux Conseillers du C.P.A.S., ainsi qu’à la Direction du C.P.A.S et la Direction Générale. En outre, notre action a été présentée et menée par les Membres de la Commission soutenue par divers Partenaires, à savoir Altéo, A.S.P.H. (Association Socialiste de la Personne Handicapée), ainsi que la Lumière.

    « Une Ville inclusive, c’est une Ville pour tous et toutes avec une vraie place pour chacun et chacune »…. Le propos sonne comme une évidence, pourtant, force est de constater que des inégalités persistent encore… En effet, il reste beaucoup de choses à faire à ce sujet avant de pouvoir prétendre à rendre le territoire plus inclusif ….

    C’est pourquoi, il nous a semblé que de présenter cette action pourrait permettre :

    d’une part d’instaurer « le dialogue » entre la population rencontrée, les personnes participantes, les personnes en situation de handicap et les familles touchées par l’handicap, favorisant ainsi la prise de conscience à propos de la « réalité de terrain » que rencontrent au quotidien les personnes atteintes d’un handicap.

    Et d’autre part, de fédérer les Mandataires, les Directions, les Commerçants, les Associations, les Partenaires, ainsi que les personnes en situation de handicap et leurs familles autour d’un « Projet commun ».

    thumbnail_CCPH 025.jpg

    Par ailleurs, nous sommes convaincus que le fait d’approcher et de vivre l’ handicap de manière concrète le temps d’un parcours, a pu permettre plusieurs choses comme :

    - d’instaurer/de favoriser le dialogue au sein de cette journée de sensibilisation,

    - de découvrir les problématiques réelles,

    - de lever les (premières) barrières de l’inconnu/des mauvaises informations,

    - d’exprimer des craintes, un ressenti,

    - de débattre et d’échanger autour de ces expériences,

    - de donner l’opportunité à des Mandataires et des Directions d’identifier certains points qui pourraient être améliorés et d’y apporter des solutions

    - Permettre à la personne atteinte d’un handicap d’être ainsi inscrite dans une « Ville inclusive »

    En ce qui concerne l’organisation proprement dite de la journée de sensibilisation elle s’est déroulée comme telle :

    thumbnail_CCPH 116.jpg

    Dans un premier temps, trois groupes ont été formés, en référence aux trois types d’handicap présentés (la cécité, les Personnes à mobilité réduite, ainsi que la surdité). A l’avenir nous nous pencherons sur d’autres actions à mettre en place liées à d’autres types d’handicap, et notamment l’handicap mental.

    Les participants ont été encadrés par des Membres de la Commission ainsi que par les Partenaires.

    Le parcours se réalise à deux. Une personne en voiturette, l’autre est « présente en cas de besoin (dangerosité) »… Il en va de même pour le groupe lié à la cécité (les participants ont les yeux bandés). Ces deux groupes ont suivi un tracé où les difficultés avaient été identifiées, en amont, par des personnes faisant partie de la Commission et étant eux-mêmes porteurs de ces handicaps.

    thumbnail_CCPH 101.jpg

    En ce qui concerne le groupe de participants ayant découvert la mise en situation de la surdité, ils sont équipés d’un casque insonorisant et ont reçu des consignes écrites ainsi qu’un alphabet en Langue des Signes. Comme pour les deux autres tracés, le parcours proposé a été identifié en amont par l’un des Membres de la Commission porteuse de l’handicap de la surdité.

    Chaque participant -de tous groupes confondus- a expérimenté à la fois des mises en situation réalistes et concrètes (emprunter les trottoirs difficiles d’accès, se rendre dans des commerces de proximité et y passer une commande (pour les sourds), se rendre sur le quai de la gare de Visé, traverser une route sans feu de signalisation adapté, entrer en communication avec l’un ou l’autre passant (comme dans la vie de tous les jours)…

    Une fois le parcours terminé, le duo change de fonction (celui qui accompagnait devient participant et vice-versa).

    thumbnail_CCPH 085.jpg

    Cette manière de procéder cherche à favoriser le « ressenti » lié aux deux cas de figure (personne atteinte d’un handicap/personne accompagnante), étant donné que les difficultés rencontrées, les ressentis sont différents pour chacun.

    En conclusion, nous savons, en tant que C.C.P.H., que nous sommes à l’aube d’un processus et que celui-ci risque d’être long… Cependant, à la suite de cette première action, les premiers échanges nous donnent le sentiment que les Participants ont tous apprécié et compris l’intérêt de cette journée.

    (Communiqué)

  • Visé : création d'une commission consultative du commerce

    high_d-20120918-W5GZ7H.jpgLa Ville de Visé a décidé de mettre en place une commission consultative du Commerce qui remettra des avis au collège et au conseil communal visétois.
     
    « Cette commission sera chargée de réfléchir sur le développement commercial de la commune, de proposer des actions pour maintenir la dynamique et l’attractivité du centre-ville, d’instituer un dialogue avec l’ensemble des commerçants, de considérer les perspectives d’avenir du commerce de détail en lien avec l’évolution numérique et les nouveaux comportements d’achat et enfin d’étudier et d’aborder la thématique des circuits courts », précise l’échevin du Développement économique et du Commerce de la Ville de Visé, Ernur Colak.
    Les réunions de cette nouvelle commission consultative se tiendront au minimum trois fois par an. « Des consultants externes prendront part à certaines de ces réunions et apporteront leur expertise pour les matières concernées », ajoute Ernur Colak.
    Pour être membre de cette commission, vous devez être propriétaire ou gérant d’un commerce situé sur l’entité de Visé (Cheratte, Sarolay, Richelle, Lixhe, Lanaye, Loën et Visé). Les candidatures doivent être envoyées par courrier à l’ADL de Visé rue des Béguines, 7 à 4600 Visé ou par mail à adl@vise.be au plus tard pour le 8 octobre à midi. Vous devez mentionner le nom du commerce, l’adresse, le secteur, vos coordonnées personnelles (adresse e-mail, téléphone, GSM, numéro de TVA) et une brève motivation de votre candidature pour être membre de cette commission consultative. Les candidats seront désignés par le conseil communal de Visé.
    (Marc Gerardy)

  • Bernard Aussems va toucher 5 ans de jetons de présence auxquels il avait renoncé

    Le conseil communal prévu pour ce lundi risque de créer pas mal de remous à Visé. La raison ? Le conseil sera averti que son ancien président de CPAS, Bernard Aussems, est autorisé par la tutelle régionale à toucher pas moins de cinq ans de jetons de présence. Une somme qui s’élève à 7000 euros brut. Ces jetons, il aurait normalement dû les toucher pendant sa mandature, il en avait d’ailleurs légalement le droit.

    Mais à Visé, il est coutumier que les présidents de CPAS ne touchent pas leurs jetons de présence comme c’est le cas pour les autres conseillers communaux. Faisant désormais partie du collège communal, les présidents de CPAS touchent, comme les échevins, un traitement mensuel qui avoisine, à Visé, les 1800 euros net par mois. Pour éviter de cumuler ces deux rentrées d’argent, les présidents de CPAS renoncent à leurs jetons de présence de conseiller, pour ne toucher exclusivement que leur traitement.

     

    Mais en janvier dernier, Bernard Aussems crée la stupeur. L’élu Ensemble, parti apparenté cdH, réclame ces fameux jetons de présence qu’il avait pourtant décidé de ne pas toucher pendant sa mandature. Une décision qui n’a pas manqué de surprendre le collège communal emmené par le MR et le PS : « Nous sommes partagés », explique Viviane Dessart, bourgmestre de la commune. « À partir du moment où l’on renonce à ses jetons, ce n’est pas pour revenir en arrière une fois qu’on est plus dans la majorité. »

    Une des raisons avancées pour expliquer cette volte-face, résiderait dans le fait que son parti Ensemble a été éjecté de la majorité lors des dernières élections communales. Bernard Aussems, et son parti, se sont donc retrouvés dans l’opposition après avoir partagé le pouvoir avec le MR qui a, de son côté, négocié un nouveau pacte de majorité avec le PS. L’élu Ensemble avait dès lors perdu son traitement.

    « nourrir ma famille » »

    Côtés dates, cette explication pourrait se vérifier. En effet, Bernard Aussems a introduit une demande auprès de l’ancien collège communal entre la tenue des élections et l’installation du nouveau conseil. On pourrait donc croire qu’il a décidé de revenir sur sa décision en voyant les portes de l’opposition s’ouvrir à lui.

    Contacté par nos soins, l’intéressé réfute catégoriquement cette explication : « Lorsque je suis devenu président du CPAS, j’ai renoncé à un poste à temps plein dans l’enseignement. J’ai dû travailler à mi-temps. En plus de cela, j’ai dit à la ville que s’ils oubliaient de me verser les jetons de présence, je ne leur rappellerais pas. Je n’ai pas renoncé, j’ai juste fait en sorte de ne pas les toucher », explique Bernard Aussems. « Lorsque j’ai vu que je ne percevrais plus mon traitement, j’ai demandé que la ville me verse des jetons pour couvrir les mois de janvier et février. C’est le temps qu’il me fallait pour retrouver mon temps plein. Mais ça m’a été refusé par l’ancien collège communal qui ne m’a octroyé que l’année 2018. J’ai demandé la même chose au nouveau collège une fois celui-ci installé, et ça m’a également été refusé. Vu que j’y ai droit légalement et qu’on me refuse de me couvrir pendant deux mois alors que je n’ai rien fait pour toucher ces jetons pendant la mandature, j’ai décidé de demander la totalité de la somme ».

    Après le second refus, Bernard Aussems a envoyé un courrier à la Région wallonne, organe de tutelle. La désormais ancienne ministre des Pouvoirs locaux, Valérie de Bue, a finalement donné raison à l’élu visétois qui touchera donc bel et bien ses 7000 euros brut dans les mois à venir.

    STEFANO BARATTINI (La Meuse)

  • Visé : Thierry Luthers chante Johnny

    50750979_794188737601262_4386487749088116736_o.jpg

     

    Jean-Philippe Smet nous a quittés mais Johnny Hallyday et ses chansons sont éternels. Grâce à son spectacle-hommage Thierry Luthers souhaite faire perdurer son patrimoine musical à travers le récit d'une incroyable vie romanesque de 74 ans et une carrière exceptionnelle par sa longévité et son intensité….
    Thierry Luthers, c'est presque 40 ans de carrière à la RTBF, en télévision et en radio, dans le divertissement et le sport. De "Micro-Défi" au "Grand Cactus", en passant par "Copie Conforme" ou "La Tribune" sans oublier les directs de foot sur les ondes de » Vivacité », que d’aventures et d'expériences diverses.
    Mais notre homme a plus d'une corde à son arc...

    fullsizeoutput_12.jpeg


    Il voue depuis sa jeunesse une admiration sans bornes pour Johnny Hallyday.
    Au fil des ans Thierry s'est produit à maintes reprises à Bruxelles et aux quatre coins de la Wallonie.
    En marge des concerts avec son groupe, Thierry a concrétisé un nouveau projet, rassemblant ses talents de conteur comme journaliste et sa passion pour Johnny dans un seul et même spectacle.
    Avec "Thierry chante et raconte Johnny", il retrace chronologiquement les événements marquants de la vie et des 58 ans de carrière du chanteur accompagné de deux remarquables musiciens professionnels, André MEUWIS (claviers) et Julien DETRY (guitare acoustique), avec pas moins d'une trentaine d'extraits de chansons. Un récit mi-narratif, mi-chanté qui vous apprendra encore pas mal d’anecdotes sur la vie et la carrière de Johnny.

     

    Le samedi 28 septembre 2019 de 20h30 à 23h30

    Achat  des billets : www.les-treteaux.be