Vise - Page 7

  • Gardes médicales de la Basse-Meuse ces 19 et 20 octobre 2019

    images.jpegMédecin de garde : du lundi au jeudi soir de 19h00 à 08h00 : un seul numéro : 04/379.09.00. 

    Pour leur sécurité, les médecins de garde de la Basse-Meuse sont en liaison avec les services de la Police.

    Attention :  un poste de garde médicale est ouvert les week-ends et jours fériés de 08 hr à 20 hr rue Basse-Hermalle n° 2, à côté de la clinique. N° unique pour le médecin de garde : 04/374.09.34. 

     - Dentistes de garde : former le 100 pour connaître la liste. 

    PHARMACIES DE GARDE

    Pour toutes gardes entre 9h et 22h : www.pharmacie.be ou www.appl.be

    Pour toutes gardes entre 22h et 9h :

     Appeler le 0903/99.000

    - le samedi 19 octobre 2019 : Pharmacie DEMEUSE  rue Sabaré 119 à Cheratte

    Tél : 04/362.74.59

                                                Pharmacie VAN LEEUW-MARECHAL rue Haute 29 à Eben-Emaël

    Tél : 04/286.13.06

                                          

    - le dimanche 20 octobre 2019 : Pharmacie WAGMANS-CREMA rue des Fusillés 5 à Berneau

    Tél 04/374.16.68

                                                   PHARMAYOU rue Sous-la-Vigne 19 à Glons

    Tél 04/286.21.79

  • VILLE DE VISE - INFOS SUR LES COLLECTES DE DECHETS NOVEMBRE 2019

    download.jpg

    L'Echevinat des Travaux et de l’Aménagement du territoire informe la population des reports de collectes de déchets:

    · REPORT DE LA COLLECTE DES DECHETS MENAGERS ET ORGANIQUES à Visé Sud et Argenteau du vendredi 1er novembre 2019 au samedi 2 novembre 2019

    · REPORT DE LA COLLECTE DES DECHETS ENCOMBRANTS du lundi 11 novembre 2019 reportée au lundi 18 novembre avec date de clôture le jeudi 14 novembre (midi).

     

    Pour rappel, la dernière collecte hebdomadaire des déchets verts sera celle du samedi 2 novembre 2019.

     

    Une collecte des déchets verts en porte-à-porte se déroulera le lundi 18 novembre 2019. Les branches doivent être liées en fagots ou déposées dans des caisses en cartons. N’utilisez pas de sacs en plastique ! Le tout ne peut dépasser 2m³ ni entraver le passage sur la voie publique.

     

    Nous vous remercions pour votre compréhension et votre collaboration.

     

    Le Service Environnement

  • Une visite mémorielle au cimetière de Devant-le-Pont

    thumbnail_HardydeBast411-69.jpg

    SAMEDI 2 NOVEMBRE à 15h :

    Visite mémorielle du cimetière de Devant-le-Pont (rue de Tongres) par Jean-Pierre LENSEN

     

    Beaucoup de personnalités ont leur dernière demeure dans ce cimetière : Naessens de Loncin, Marcelle Martin, les Hofman de l’ile Robinson, le botaniste Hardy… De même, d’étonnants monuments se distinguent.

    Le directeur du musée, Jean-Pierre Lensen, vous fera découvrir les différentes particularités de ce cimetière vieux de plus d’un siècle. Après l’explications de l’histoire funéraire et des différentes modes funéraires, ce sera l’occasion de déambuler et d’expliquer toutes les particularités des tombes et de leur environnement. RV sur place.

    Paf de 5 € Grand Public et de 3 € pour le membre. Une documentation vous sera offerte et un article sur les plaques des tombes de ce cimetière paraîtra prochainement en fin d’année. Rappelons que depuis 1997, des visites régulières dans les cimetières des entités de Visé, Bassenge, Dalhem et Oupeye avec un survey photographique exhaustif sont suivies d’articles dans nos revues les Notices Visétoises et les Nouvelles Notices Visétoises (noms des familles et le détail expliqué des plaques mortuaires). 

    (Communiqué)

  • Le Cri de la Chouette

    537670_10200234389315971_138606630_n.jpg

    Le voile symbole de féminisme ? 

     

    « DISPARITION »  due à l'artiste yémenite Bouchra Almutawakel

    L’Islam est une religion en expansion numérique et géographique et non en déclin, une religion qui est vue comme coupée des réalisations culturelles de la modernité, fermée au doute et à l’esprit de recherche, réfractaire à la séparation du politique et du religieux. L’Islam s’implante en terre d’Europe et crée des peurs exacerbées, menant à de l’islamophobie et de nouvelles croisades, notamment contre le port du foulard.

    Du simple foulard couvrant la tête mais gardant le visage visible, le hijab, en passant par le niqab qui ne laisse que voir les yeux, le tchadri ou burqa, voile porté par les femmes afghanes recouvrant l’intégralité du corps, jusqu'au tchador, le voile porté par les femmes en Iran, qui ne cache pas le visage, les manières de porter le voile sont multiples. Le problème vient du fait que ce n’est pas un simple accessoire mais un symbole prosélytique principalement dans les milieux salafistes.

    Le foulard est donc aussi un symbole revendiqué d’émancipation féminine, qui est réclamée par certaines face à la fragilisation de l’identité individuelle, dans une société en perte de repères.

    Les enquêtes montrent que parmi les jeunes filles voilées, il y en a plus qu’on ne croit qui le font dans un souci d’affirmation de soi et non de conformité. Pour elles, le voile est, dans le cadre d’un code spécifique, un signe de modernité et non de tradition, le signe d’une dignité revendiquée et non d’une dignité bafouée.

    Les laïques ne devraient-ils pas tenir compte aussi de ces réalités ?

    La laïcité prône l’égalité des droits des sexes, l’absence de tout dogme, la liberté de penser et de pratiquer le libre examen. Alors, bien sûr, nous devons être tolérants, mais si une seule femme porte le voile non par choix mais par obligation — qu’elle soit sociétale ou autre — nous sommes complices d’un processus avilissant la femme.

    Il est à remarquer que les lois qui obligent à porter le voile viennent d’états pétroliers, théocratiques et autoritaires. Chez nous, le communautarisme a vite fait de nous taxer de racistes (rappelons qu’il n’existe que la race humaine et des ethnies différentes) et d’intolérants parce que nous, les laïques, ne respecterions pas les convictions religieuses ; il est alors tentant, face aux levées de bouclier et au poids politique que représentent ces « communautés », de parler d’accommodements raisonnables et de laisser tomber en attendant que les musulmans règlent ça entre eux.

    Ce n’est pas « raciste » que de lutter pied à pied pour que l’égalité hommes-femmes ne soit jamais sacrifiée sur l’autel de la « tolérance », du communautarisme ou du respect des convictions religieuses.

    Ce n’est pas intolérant d’être attentifs au recul que constituerait, pour tous et pour toutes, le retour à un obscurantisme religieux prôné par les éléments les plus radicaux de l’Islam, dont l’obsession première est le contrôle du corps des femmes.

    Le voile n’est pas un symbole de libération féministe, il ne doit pas servir de support prosélytique dans les institutions publiques — qui doivent rester neutres ; il ne doit pas non plus être un objet de stigmatisation pour la femme qui choisit de le porter librement dans la sphère privée sans en faire un outil de propagande.

    Mohammed Tantaoui, Grand Mufti de la Dar al-Ifta al-Misriyyah, célèbre centre de recherches islamiques créé en 1895, déclare :
    « Le niqab n'est pas une obligation religieuse mais une simple pratique coutumière. »

    Je suis donc POUR le droit de porter le voile mais CONTRE le fait de l’autoriser dans les institutions qui doivent rester NEUTRES.

    Jean Joris,
    administrateur