Littérature

  • Papy était-il un nazi?

    D0B25072-3CE7-4CC9-82AE-BC33C2031779.jpeg

    PARMI LES NOMBREUSES PUBLICATIONS SUR LA 2E GUERRE, DES NOUVEAUTÉS PEU ABORDÉES.

    La seconde guerre mondiale a généré de multiples publications : les batailles, la vie des prisonniers, la résistance ou encore la découverte des horribles camps de la mort. 

    Moins fréquent, les livres qui expliquent la collaboration ; ce livre au titre porteur "PAPY ÉTAIT-IL UN NAZI ?" Cinq chercheurs se sont penchés sur ces destins de personnes qui ont choisi de collaborer pour l’occupant nazi. Koen Aerts, Dirk Luyten, Bart Willems, Paul Drossens et Pieter Lagrou ont évoqué les différents aspects.

    Quand on sait, qu’il y eut 500.000 belges, tant flamands, que bruxellois, que wallons dont un membre de la famille qui fut "du mauvais côté". S’appuyant sur 405.493 dossiers d’accusés, environ 100.000 citoyens ont été condamnés à  des peines : de l’exécution à la privation de leurs droits en passant par l’emprisonnement (entre 50 et 70.000).

    Rappelons qu’à Visé, c’est dans la caserne des Cyclistes-Frontière que les « inciviques » dès septembre 1944 attendirent leur jugement. Des classements sans suites pour la plupart mais aussi des peines. Il faut savoir qu’après le retrait des troupes allemandes, la vindicte populaire s’attaqua aux « collaborateurs » et spécialement à des femmes dont le traitement consista à leur tondre les cheveux.

    Trois juges ont réagi : le secteur privé (qui fit le nettoyage parmi ses membres), la rue (la population se fait justice tant à la Libération qu’au retour des déportés au printemps 1945) et l’Etat qui va juger cette collaboration sur 4 articles du code pénal :

    - l’art. 113 : la collaboration militaire dont les gardes ou les légions wallonnes,

    - l’art. 115 : la collaboration économique,

    - l’art 118bis : la collaboration politique et

    - l’art. 121 bis pour ceux qui ont dénoncé. Le principal Magistrat fut Ganshof van der Meersch. Ce furent les Cantons de l’Est qui subirent la répression la plus dure (2,4% de la population) alors que le reste de la Province de Liège comptait 0,6%.

    La Flandre compta surtout une forte collaboration politique. En Belgique francophone, ce furent surtout les groupes qui s’opposèrent  violemment à la Résistance et les dénonciateurs qui furent jugés les plus nombreux.

    Le livre développe tous les aspects de la recherche sur ce domaine : les centres de recherche, les différents types de « juges »: la justice militaire, la police judiciaire, les certificats de civisme, les commissions consultatives, les communes, les prisons, les cours d’appel…………sans oublier l’épuration interne de certains services publics. 

    Ne sont pas oubliés les enfants mineurs impactés dans cette collaboration. Dans les condamnations, il y eut un travail dans les mines mais aussi des séquestres sur le patrimoine des condamnés…..Une chronologie très pointue et des annexes terminent ce livre de 272 pages. Oui, c’est un aspect qu’on ne doit pas oublier. Plusieurs activités organisées par la Société Archéo-Historique de Visé sur le 2e conflit mondial sont prévues en avril et mai (pas de date sûre en fonction de ce que vous vivez tous depuis le 13 mars 2020).

    Le livre a été édité par les Editions Racines « PAPY ÉTAIT-IL UN NAZI ? Sur les traces d’un passé de guerre (2017).

  • La Basse-Meuse dans la guerre 40 - 45 : le nouvel ouvrage que le MAHVi vient de sortir

    fullsizeoutput_16692.jpeg

    UN MAGNIFIQUE OUVRAGE VIENT DE SORTIR DE PRESSE : LA BASSE-MEUSE DANS LA GUERRE 40-45

    C’est plus qu’une réédition d’un ouvrage édité en 1990 et qui avait obtenu un énorme succès (1200 exemplaires vendus en 2 éditions et en 50 jours). C’est carrément un nouveau livre avec 5 fois plus d’illustrations (382 illustrations au lieu de 75 dans la première édition).

    Les articles ont tous été réécrits, parfois adaptés et des articles nouveaux ont été créés: la chute d’un avion du côté de Lanaye. Dans les 2 premières éditions, un strict ordre chronologique avait été suivi et regroupait des articles sur des faits s’étant passés à Bassenge, Blegny, Dalhem, Fouron, Herstal, Oupeye et Visé. Dans cette nouvelle édition, 5 grands chapitres ont été définis :

    Les récits de l’invasion et la campagne des 18 jours en 12 articles, 62 pages et 55 photos : la campagne des 18 jours, les C.R.A.B., la résistance des forts de notre région (Aubin, Barchon, Eben-Emael, Pontisse).

    Les récits d’occupation et de résistance de 1940 à 1944 en 16 articles, 97 pages et 79 illustrations plus 62 photos de résistants morts pour la Patrie. Vous pourrez lire : la résistance des cheminots, les bombardements alliés, les bombes volantes V1, les administrations communales et la vie des différentes communes, la résistance en Basse-Meuse dont le réseau Clarence et la liste des résistants morts durant la guerre.

    Les récits de captivité en 4 articles, 19 pages et 19 illustrations : la vie à Buchenwald, les prisonniers de guerre des sections de Visé et d’Herstal.

    Les récits de guerre 1940-1944 en 4 articles, 16 pages et 20 illustrations : le débarquement, la campagne de France, les volontaires de guerre et l’avion abattu près de Lanaye.

    Les récits de la Libération 1944 en 7 articles, 49 pages et 88 illustrations. Vous pourrez lire aussi bien la bataille des Ardennes, la libération de Visé, l’unité américaine qui nous a libéré, la 30e division et d’autres anecdotes.

    Pour terminer ce travail réalisé par Cécile Lensen, une des deux conservatrices du musée aidée par l’animateur Régis Beuken chargé des illustrations, toute la chronique des faits de guerre et de vie quotidienne écrite par le R.P.O’Kelly de Galway, jésuite professeur au Collège Saint-Servais de Liège (92 pages).

    Nous avons décidé de garder le prix de souscription comme prix actuel : 30 € mais attention l’édition est limitée. Le n° de compte est le BE77 3400 2758 7242 avec mention « 40-45 ».

    Ce livre met en exergue les manifestations organisées en 2020 sur le thème de la fin de la deuxième guerre dans notre région.

    La société archéo-historique de Visé et de sa région.

    (Communiqué de Jean-Pierre Lensen)

  • Vendredi 29 mars à 20 h à la librairie "L'Oiseau Lire", rencontre avec l'auteur américain DAVID VANN

     

    leadImage.jpg

    Évocation de l'ensemble de l'œuvre de David Vann, et de son nouveau roman "Un poisson sur la lune". 

    Avez-vous lu Sukkwan Island (Prix Médicis étranger 2010), Goat Mountain, Désolations, Impurs, Derniers jours sur terre, Aquarium ou L'obscure clarté de l'air ? Si non, nous ne pouvons que vous recommander de découvrir l'œuvre de l'auteur américain David Vann, qui nous fera l'honneur de venir à Visé le vendredi 29 mars à 20 heures.

    L'entrée est libre et la réservation bienvenue. 

    Téléphone : 04/379.77.91 
    Courriel : loiseau-lire@hotmail.be

    Adresse : Rue du Collège 10 à 4600 Visé

    Cette rencontre est organisée avec le soutien de la Promotion des lettres de la Fédération Wallonie-Bruxelles. (Source : Ville de Visé)

     

  • Visé : Bibli 2000 ouvre une section de livres en anglais

    1534864441.jpg

    L’immersion, c’est aussi à la bibliothèque !

    Bibli 2000 ouvre une section de livres en anglais.

    La bibliothèque Bibli 2000 s’associe au programme d’immersion de plusieurs écoles visétoises : elle propose une collection d’ouvrages en anglais destinés aux jeunes et aux adultes. Bien qu’actuellement modeste, ce fond est en cours d’accroissement. Vous y trouverez des romans, des ouvrages didactiques, des dictionnaires.

    Gratuite pour les lecteurs âgés de 18 ans et moins, l’inscription peut se faire dans n’importe quelle  bibliothèque reconnue de la Province de Liège ; elle est suffisante pour accéder à nos collections.

    Située au n° 3 de la rue des Déportés, la bibliothèque est accessible au public le mardi et le vendredi de 15h à 19h ; le mercredi (13h – 16h) ainsi que le dimanche matin de (9h à 12h).

    Bibliothèque publique libre Bibli 2000

    Rue des Déportés, 3

    4600 VISÉ

    04/379.62.44

    www.bibliothequesdevise.com

  • Les fables de la Fontaine adaptées en Wallon

    Les éditions « Noir Dessin Production » viennent de publier « Les fables de La Fontaine, et les plus beaux contes de notre enfance, en français et en wallon.

    « C’est le troisième livre de notre collection « Les aventures d’Andy et Lulu en Wallonie ». Le premier livre était intitulé « Tchantchès a disparu » paru il y a deux ans pour le 30e anniversaire du Village de Noël avec un historique du Village. Le deuxième livre était intitulé « La légende de Tchantchès » paru il y a un an pour les fêtes du 15 Août en Outremeuse avec un historique des festivités. Et grâce à l’Office du Tourisme, ce livre a aussi été traduit en néerlandais, en allemand et en anglais. Et nous sortons à présent le troisième livre « Les fables de La Fontaine, et les plus beaux contes de notre enfance » en français et en wallon. Un cadeau idéal pour les fêtes de fin d’année. Nous avions déjà sorti, il y a 23 ans, les fables de La Fontaine en wallon dans un autre format. Cette fois, il n’y a pas d’historique. C’est un peu un ‘hors série » et nous avons ajouté les contes  », précise Michel Elsdorf, l’éditeur.

    Une langue sonore

    Le livre renvoie aussi au site internet noirdessin.be où se trouvent les fables racontées par des personnalités liégeoises telles que François Walthéry, Jean-Denys Boussart, Paul Bolland, Guy Lemaire, Marc Herman et Renaud Rutten.

    « Ces fables datent de plusieurs siècles. On a donc indiqué la signification des mots d’époque. Pour les contes, on a choisi « Le petit chaperon rouge », « Cendrillon (de son vrai nom Mathilde) », « Blanche Neige », Le chat botté », « Les trois petits cochons » et « Le vilain petit canard ». On a mis le résumé de chaque conte en français », ajoute Michel Elsdorf.

    « J’ai dessiné les illustrations des fables il y a 23 ans mais elles sont toujours d’actualité et je ne les renie pas. C’est ma femme qui les a colorisées. Pour les contes, les dessins n’étaient pas faciles à réaliser car je ne suis pas un spécialiste des animaux. J’aime la présentation de ce livre qu’il faut lire à voix haute, le wallon étant une langue sonore », indique François Walthéry.

    «  J’essaye de rendre un peu de place au wallon, de le remettre sur le pavé. Le wallon ne mérite pas n’importe quelle souche. Ici, il convient car les histoires mettent en scène des personnages qui nous sont proches. L’avantage des fables et des contes, c’est que pour la plupart des personnes, ils sont connus et cette connaissance va aider la lecture plus difficile en wallon. Ce livre est un outil intergénérationnel, un contact privilégié, un « passeur » de langue avec comme fil rouge, le wallon. Le wallon prend toute sa saveur quand on le compare au français en laissant à chaque langue son génie », explique l’auteur wallon Paul-Henri Thomsin.

    Prix du livre : 12,90€ (64 pages). (Marc Gérardy)