Météo

  • Le clocher de la chapelle du collège Saint-Hadelin s'est écrasé au sol cette nuit.

    DSC_6475.JPG

    Aux environs de 23 hrs, cette nuit, les voisins du Collège St-Hadelin ont entendu un grand fracas. Etant sortis de leurs habitations, ils ont constaté que le clocher de la chapelle avait été abattu par une rafale de vent. La pièce de plusieurs tonnes (environ 9 mètres de haut) gisait entre le mur de l'édifice religieux et la haie de séparation avec la propriété voisine. Vu du sol, le clocher semble presqu'intact, mais la base de la charpente est brisée.

    DSC_6480.JPG

    La pièce est tombée "tête la première", s'enfonçant en terre, avant de basculer et se coucher au sol.

    DSC_6477.JPG

    C'est en 1901, alors que l'établissement d'enseignement fêtait ses 20 ans, qu'il fut décidé d'y adjoindre une chapelle. Le style néo-gothique fut retenu. La première pierre fut posée le 19 mars et l'édifice fut inauguré le 20 janvier 1903.

    unnamed-2.jpg

    Ce clocher, vu sa taille, était visible à plusieurs kilomètres. Il constituait un point de repère pour les automobilistes circulant sur l'E25 ou ceux venant d'Oupeye. L'entreprise de construction qui s'occupe des réparations et de l'entretien des toitures de l'établissement a été avertie. Selon le responsable, il serait préférable que le vent se calme un peu avant d'installer une flèche qui permettrait l'accès à la base de l'édifice écroulé.

    DSC_6484.JPG

    Par mesure de sécurité, Madame Russo, la directrice, a fait interdire l'accès à une bonne moitié de la cour de récréation afin d'éviter tout accident si des matériaux venaient encore à se détacher. (P. Neufcour)

  • La tempête Ciara a causé des dégâts à Visé également !

    DSC_6467.JPG

    Hier en fin d'après-midi le vent soufflait très fort à Visé. A un tel point que les rafales ont eu raison de la toiture en roofing de l'immeuble n° 27 de l'Avenue Franklin Roosevelt. Les matériaux de couverture ont été arrachés et sont tombés sur le trottoir et sur l'arrêt de bus, ne faisant, heureusement aucun blessé.

    Compte tenu des interventions urgentes, C'est seulement ce matin que les pompiers ont pu intervenir.

    DSC_6474.JPG

    En s'envolant, le toit a déscellé des pierres de taille servant d'ornement au dessus de la corniche, mais ont aussi fortement abîmé la cheminée de l'immeuble voisin, le 25, qui abrite la librairie "Rive Gauche". De toit de ce dernier bâtiment, de nombreuses tuiles ont été brisées, et un bloc de pierre de taille se trouve également en équilibre instable. En tombant, le roofing a arraché des enseignes (dont celle de "La Meuse" ) mais a aussi abîmé le volet mécanique du commerce. Comme le précise la libraire " il s'agit des dégâts apparents ".

    Des câbles électriques ont également été abîmés, un voisin nous confiait avoir eu des problèmes de réception avec sa télévision et signalait que l'éclairage public était hors service.

    Hier soir, afin de parer au plus pressé, ce sont les services de la ville de Visé qui sont intervenus, notamment pour enlever les débris tombés sur la chaussée et sur le trottoir. A l'heure où nous écrivons ces lignes, les sapeurs pompiers sont toujours à l'oeuvre pour sécuriser au maximum les matériaux qui risqueraient encore de tomber.

    DSC_6469.JPG

    La Libraire espère pouvoir réouvrir son commerce le plus tôt possible.

    (© Texte et photos P. Neufcour)

     

  • C’est pire que prévu pour la tempête Ciara: alerte jaune pour de fortes marées à la Côte lundi, alerte orange étendue pour le vent

    Les provinces de Flandre orientale et d’Anvers sont également concernées. Les promenades sur les estacades ou les digues ne sont dès lors pas sans danger en raison du passage de la tempête Ciara, met-t-il en garde. L’alerte orange pour le vent a quant à elle été étendue jusqu’à lundi en fin de soirée.

    Un niveau d’eau élevé est prévu au littoral lundi après-midi, à l’arrière de la tempête. Il devrait atteindre 5m75 DNG (+/- 15 cm) à Ostende (le Deuxième nivellement général est le point de référence d’altitude en Belgique; le point 0 DNG est le niveau moyen de la mer à marée basse dans le port d’Ostende, NDLR). Quelques heures plus tard, le niveau d’eau à Anvers sera de 6m98 DNG (+/- 10 cm), détaille l’IRM.

    Ces conditions pourraient conduire à une inondation temporaire des estacades, surtout en combinaison avec les vagues. Les promenades sur les estacades, les quais ou les digues ne sont pas sans danger, prévient-il.

     

    L’IRM avait déjà émis une alerte orange pour le vent sur tout le pays entre ce dimanche 10h00 et lundi 11h00. Elle a été prolongée jusque 23h00. La Belgique se situe en effet sur le flanc sud de la dépression de la tempête Ciara et restera donc dans un important champ de vent lié à ce système jusqu’à lundi soir compris, justifie-t-il.

    C4A604B6-E245-4585-B489-8B073FD46AAD.jpeg

    Ce dimanche après- midi, des rafales de 90 à 110 km/h sont déjà prévues, voire même localement 120 km/h en début de soirée. Plus tard ce soir, la nuit de dimanche à lundi et temporairement encore en matinée, au passage d’un front froid actif suivi par des averses dans une atmosphère instable (avec risque d’orages), les valeurs des rafales augmenteront encore. Leurs valeurs maximales atteindront ou dépasseront partout les 100 km/h et pourront, sur certaines régions, atteindre des valeurs de 130 km/h, voire localement plus. Le risque de dégâts sera donc élevé, martèle l’IRM.

    Une alerte pour la pluie est également de mise sur une partie du territoire à partir de ce dimanche 17h00, avec de 25 à localement 40l/m2 de précipitations attendues en 24h de temps au sud du sillon Sambre-et-Meuse. Ces précipitations pourront mener à des problèmes locaux. Ailleurs sur le pays, les quantités de précipitations se situeront plutôt autour de 20l/m2. Cet avertissement prendra fin lundi soir à 20h00.

    « Ne sortez que si vous en avez vraiment besoin »

    « Soyez prudents, restez à l'intérieur et ne sortez que si vous en avez vraiment besoin ! », a d’ailleurs tweeté Rudi Vervoort, le ministre-président de la Région de Bruxelles.

  • Tempête Ciara: L'IRM place tout le pays en alerte orange pour ce dimanche

    « La tempête Ciara déterminera notre temps ce dimanche en cours de journée, en soirée et pendant la nuit. Lundi également, le vent restera tempétueux, mais moins extrême. Dimanche, la force du vent augmentera rapidement et nous prévoyons dans l’après-midi des rafales de 80 à 100 km/h localement. Le dimanche soir et une partie de la nuit de dimanche à lundi, les rafales augmentent encore et il y a un danger de pics entre 100 et 120 km/h, voire plus localement. Le vent continuera de souffler fort jusque lundi dans la journée, mais les rafales les plus extrêmes disparaîtront. Comme cette tempête ne se développe que le dimanche, cet avertissement est actuellement encore un code jaune. Si cette prévision se confirme samedi, nous passerons au code orange. », indique l'IRM

  • «La Bête de l’Est»: vers un vortex polaire glacial et un froid record cet hiver?

    Le retour du « vortex polaire » nous fera-t-il grelotter cet hiver ? Fin septembre, une étude universitaire britannique jetait un froid sur la météo des mois à venir, annonçant « le pire hiver depuis 30 ans », avec un vortex polaire, surnommé « La Bête de l’Est ». Une info qui a fait son chemin, alimentant l’idée qu’après un été très chaud, l’hiver à suivre sera très froid. Les premières gelées de cette semaine ont remis deux sous dans la musique.

     

     

     

    « C’est un grand classique   », commente Frédéric Decker, de Météo News, à nos confrères de La Voix du Nord. « Ce type de rumeur revient souvent à l’automne. Ça nous fait sourire, ça nous énerve un peu aussi. Une année l’annonce viendra d’une étude russe, une autre d’une étude anglaise, avec des sources souvent pas très scientifiques. »

    Pour le météorologue, la plus grande prudence est donc de mise : « Il n’y a d’abord aucune relation de cause à effet entre un été très chaud et un hiver très froid. Les étés des années précédentes ont été chauds, or nous avons connu cinq hivers doux d’affilée. »

    Hiver doux et pluvieux ?

    Et puis entre la prévision météo à huit jours et la tendance à plusieurs mois, il y a une grosse différence. « Pour avoir une vision à aussi long terme, on travaille à partir de modèles statistiques en termes de températures, y compris des océans, mais aussi de précipitations, d’activité solaire et même d’activité volcanique. On en tire des probabilités, des scenarii possibles. »

    Et celui justement d’un retour d’un vortex polaire, ces masses d’air glaciales d’altitude venant du pôle, est pour le coup encore très improbable.

    Pour Frédéric Decker, tous les modèles vont plutôt dans le sens cette année d’un hiver doux et pluvieux, de novembre à mars. « On est ici sur une fiabilité entre 60 et 65 % ». Pas d’hiver rigoureux donc « même si un épisode de neige ou de gel n’est pas à exclure évidemment  ».

    A voir donc dans les prochaines semaines…