Nucléaire

  • "Nucléaire Stop" se mobilise contre l'enfouissement de déchets hautement radioactifs

    048EB1AF-5F95-41BA-8469-39715743A8AF.jpeg

    Par la voix de Léo Tubbax, "Nucléaire Stop" nous a fait parvenir un communiqué que nous reproduisons bien volontiers ci-dessous :

    "Une dizaine d'activistes ont tenu une veillée devant les Galeries St Lambert à Liège le 10 juin à 18 h.
    Ils et elles ont manifesté leur mécontentement à propos de l'enquête publique bidon menée par l'ONDRAF à propos du lieu de l'enfouissement profond des déchets nucléaires hautement radioactifs et à durée de vie longue, (NDLR : jusqu'à 500.000 ans) enquête "publique" menée pendant le confinement. Des actions identiques ont eu lieu à Aix-la-Chapelle et à Maastricht. Les activistes, qui ont délibérément limité leur nombre, demandent que les autres options de traitements de ces déchets très dangereux soient aussi étudiées par l'ONDRAF. Ils refusent l'enfouissement en profondeur dans la région liégeoise, comme les Conseils Communaux de Stavelot, Profondeville, Bassenge et Blegny, ainsi que le Land de Rheinland-Pfalz et le Grand-Duché du Luxembourg. En outre, ils demandent que l'arrêt des réacteurs,  qui produisent ces déchets, soit clairement fixé dans le temps, selon la loi de 2003. Il n'y a eu aucun incident durant la veillée. De nombreuses discussion avec des passants ont provoqué l'indignation : ils n'avaient reçu aucune information à propos de cette enquête dite publique."
    Nous répondrons volontiers à toutes vos questions à ce propos.
    Léo Tubbax
  • Nucléaire : selon certains, il serait irresponsable de redémarrer Tihange 2

    10e6a9e4-e343-11e8-ad00-9c98a93d93f6_web__scale_0.1519531_0.1519531.jpg

    Tihange 2 ne peut pas être redémarré

    Il serait irresponsable de redémarrer Tihange 2 pour plusieurs raisons.

    Les premières sont d’ordre technique :

    1.     La cuve du réacteur n’ a pas été réparée ni remplacée. C’est d’ailleurs impossible. Cette cuve est parcourue par 3.500 failles, concentrées dans un seul anneau des 7 anneaux qui constituent la cuve. En cas de stop d’urgence, qui arrive en moyenne 1 ou 2 fois par an, la cuve pourrait percer.

    2.     Le bâtiment de confinement du réacteur n’a pas été contrôlé en profondeur depuis longtemps. Un contrôle a été effectué à 1.5 bar au lieu des 4 bar requis. C’est pourtant ce bâtiment de confinement qui doit empêcher la matière radioactive de pénétrer dans notre environnement.

    Les suivantes sont d’ordre démocratique :

    1.     Ce n’est pas à l’AFCN d’autoriser le redémarrage mais au Ministre des Affaires Intérieures et de la Sécurité. L’AFCN doit donner un avis technique dans sa fonction de contrôle. Le Ministre porte la responsabilité politique de cette décision grave.

    2.     Un gouvernement en affaires courantes ne peut pas prendre cette décision importante qui change la donne au niveau de la sécurité et de l'approvisionnement électrique. Tant qu’un nouveau Ministre n’est pas nommé, il faut une discussion et une décision au Parlement. Les représentants élus de la population pourront alors engager le pays sur cette voie trop dangereuse ou refuser ou reporter la décision.

    Communiqué Nucléaire Stop Kernenergie

  • Marche anti-nucléaire le dimanche 26 août 2018

    startseite_about2.jpg

    En 2017, 50.000 personnes se tenant la main avaient formé une chaîne humaine entre Tihange, Liège, Visé, Maastricht et Aachen afin de demander la mise à l'arrêt du réacteur fissuré Tihange 2, réacteur considéré comme une menace pour les habitants de l'Eurégio.

    Cette année, deux jeunes participants ont décidé de "remettre le couvert". Le 13 juillet 2018, la pétition qui a accompagné les manifestations des trois dernières années a abouti sur le bureau de monsieur Hardeman, le nouveau patron de l'Agence Fédérale de Contrôle nucléaire. Drei Rosen Initiative, WISE Amsterdam, 11-maartbewegging et Nucléaire Stop Kernenergie lui ont fait parvenir les 500.000 signatures de la pétition demandant la fermeture de Tihange 2 et Doel 3.

    Selon ces associations (et bien d'autres groupes de citoyens), le monde nucléaire et les autorités administratives paraissent sourds au mécontentement et à l'inquiétude des citoyens qui vivent sous le vent des centrales. Les cuves de ces réacteurs ne correspondent plus aux normes en vigueur et le béton des bâtiments qui doivent confiner un accident n'est plus contrôlé.

    L’action Walk-off Tihange, une initiative de l’Aktionsbündnis gegen AKW Aachen (AAA) est soutenue par une large gamme d’associations locales et nationales : ACTE (comité local à Huy), COBAN (comité local à Blegny), Nucléaire Stop Kernenergie, Greenpeace Belgium et Aachen, ECOLO Kelmis/La Calamine.

    En une seule journée, des marcheurs aguerris rejoindront Tihange à Aix-la-Chapelle en passant par Liège, manifestant ainsi de façon très sportive pour la fermeture de la centrale atomique de Tihange.
     – Distance totale : 75,95 km (dénivelé positif : 927 mètres).
     – Départ à 4 h, arrivée prévue à 18 h 45.
     – Vitesses prévues : de 5,3 à 5,7 km/h selon les portions.

    Rendez-vous vers 09h00 devant la gare des Guillemins à Liège pour rencontrer des marcheurs et les organisateurs.

    (P. Neufcour)

     

      

  • La motion déposée par Ecolo au Conseil communal hier a été votée

    Huy,_koeltorens_2007-05-01_14.57.jpg

    Photo D.R.

    La Ville de Visé rejoint Liège, Verviers, Dison et demande la fermeture immédiate de Tihange 2 et Doel 3 ainsi que la sortie du nucléaire en 2025 !

    Nous l'avions publiée le 23, le 25 elle était votée par le Conseil Communal visétois. La motion déposée et présentée par Ecolo a aussi été soutenue par les conseillers PS et Cdh et par la moitié des élus libéraux : elle a en effet été votée par 18 voix pour et 5 abstentions.

    Le bourgmestre Marcel Neven qui souhaitait que la demande de fermeture immédiate pour Tihange 2 et Doël 3 soit retirée de la motion n'a donc pas été suivi et il s'est abstenu.

    C'est un message fort qui montre la nécessité d'une autre politique énergétique garantissant la sécurité des populations et axée sur les énergies renouvelables.

    Martial Mullenders

    Conseiller communal

  • La chaîne humaine est passée par Visé !

     

    thumbnail_20170625_134159_resized.jpg

    50.000 personnes se sont données la main ce dimanche 25 juin pour relier symboliquement la centrale nucléaire de Tihange à Liège, Visé, Maastricht et Aix-la-Chapelle.

    Une mobilisation des citoyens de nos 3 pays pour demander la mise à l'arrêt de Tihange 2 et Doel 3 en raison des milliers de fissures - d'une longueur allant jusqu'à 18 cm - qui fragilisent leurs cuves nucléaires... Selon certains experts, cela aggrave de 1.000 fois le risque de catastrophe à Tihange et de 10.000 fois pour Doel. En cas de catastrophe, nos régions pourraient devenir inhabitables pour des centaines d'années. Et les vents dominants en Basse-Meuse passent par Tihange de sorte que les nuages radioactifs pourraient nous contaminer en moins de 2 h.

    De nouvelles fissures viennent encore d'être détectées ce qui a amené le Parlement néerlandais à demander à la Belgique de fermer ces 2 centrales. Rejoignant ainsi les demandes similaires faites par les gouvernements allemands et luxembourgeois. 

    De son côté, l'Agence fédérale de contrôle nucléaire (belge) s'est inquiétée il y a quelques mois des « résultats effrayants » d'une étude sur la sécurité des centrales et a pointé « les valeurs alarmantes de probabilités de fusion de coeur » de nos réacteurs et le fait « qu'Electrabel semble peu concerné par cette question ».

    Quand le gouvernement fédéral va-t-il prendre ses responsabilités ?

    Faudra-t-il que les juges, saisis par le Conseil de la Région d'Aachen et par près de 90 communes néerlandaises, luxembourgeoises et allemandes dont les villes d'Aix-la-Chapelle et Maastricht, ordonnent l'arrêt de Tihange 2 ?

    En tout cas, le 25 juin, les citoyens ont délivré un signal clair. Il faut arrêter cette vieille centrale fissurée. On peut se passer du (risque) nucléaire si les décisions politiques sont enfin prises comme le montre d'ailleurs une étude financée par IEW, le WWF et Greenpeace http://www.renouvelle.be/fr/actualite-belgique/le-scenario-des-ong-pour-une-belgique-durable-en-2030 .

    A Visé, plus de 300 personnes se sont donné la main sur le km 44. Une belle réussite. Bravo aux participants d'ici et d'ailleurs. 

    thumbnail_20170625_141013_resized.jpg

    Ceci dit, au lieu de laisser se dérouler la chaîne humaine sur les trottoirs du Pont de Visé et de Devant-le-Pont comme demandé par les organisateurs, le bourgmestre Marcel Neven a imposé un parcours à l'écart. Evoquant abusivement des raisons de sécurité (et oubliant le vote unanime du Conseil communal demandant le réexamen de la réouverture de Tihange), il a pris un arrêté d'interdiction tardif et injustifiable du parcours demandé, interdisant de plus aux participants de se retrouver pour boire un verre sur l'Ile Robinson. Bel accueil pour les habitants de l'Eurégio qui nous avaient rejoints. Visé ville touristique accueillante ?

    En tout cas, un grand merci à celles et ceux qui, par leur participation, ont permis la réussite de cet événement populaire. Un merci tout particulier aux amis allemands venus nous soutenir.

    Martial Mullenders

    Contact de la chaîne humaine pour le km 44 

    martial.mullenders@gmail.com