Politique

  • Conseil Communal des enfants - Prestation de serment pour les nouveaux jeunes Conseillers

    DSC_5927.JPG

    Ce 14 octobre2019 a eu lieu la prestation de serment des nouveaux "Jeunes Conseillers" du Conseil Communal des Enfants. 

    C'est en présence de Madame Le Bourgmestre, des Echevins et de certains Conseillers communaux que les jeunes élus au Conseil Communal des jeunes ont prêté serment. Elus pour une mandature de 2 ans, ils sont issus de 5ème et 6ème année primaire des écoles de l'entité. Les jeunes qui ont quitté le primaire fin juin devaient donc être remplacés. C'est ainsi que 10 nouveaux Conseillers ont été installés.

    Dans leur école respective, les candidats ont mené campagne, expliquant leur projet à leurs condisciples. Les enfants ont alors voté pour le ou les candidats qu'ils souhaitaient voir les représenter. Chaque année une moitié des membres de ce Conseil est donc remplacée par des nouveaux arrivants : les élus provenant de 5ème remplacent ceux de 6ème qui ont quitté l'enseignement primaire.

    Voici la composition du nouveau conseil, et la liste des établissement scolaires dont ils sont issus :

    - Ecole Saint Joseph de Cheratte Hauteur :

       BEN MOHAMED Jade

       DJOUDJONG WAFFO Livine-Samira

    - Ecole communale de Richelle :

       NOËL Edouard

       L'HOEST Juliette

    - Ecole communale de Cheratte Hauteur

       BORSU Adrien

       TAHA YARDIM Mehmet

    - Ecole libre de Richelle :

       DETRO Maxence 

       PAQUAY Fanny

    - Institut Saint Hadelin de Visé :

       LAMOTTE Elodie

       VRIJENS William

       MARCHAND Loïc

       BRANDT Tom

    - Athénée Royal de Visé :

       DUCHESNE Gabriel

       JANSSEN Alice

       JORIS Mia

       BELBOOM Myrtille

    - Ecole Notre-Dame de Cheratte-Bas :

       HALACOGLU Alper

       HALACOGLU Altan

    - Ecole communale de Sarolay

       HAID Noa

       KNOPS Lily

    En marge droite, un pêle-mêle de photos prises lors de l'évènement

     

     

  • “Alter n’ Go – Transition en Basse-Meuse “

    1200x900_photo-Y-EVTA0001506SY-OTHA0001506Y6.jpg

    L‘Association “Alter n’ Go – Transition en Basse-Meuse “ (ex. Visez les Alternatives) a le plaisir de vous inviter le dimanche 13 octobre à une journée évènement dédiée à l’ Arbre et à la Forêt.

    Visé a le bonheur d’avoir sur son territoire un massif boisé remarquable classé Natura 2000.

    La préservation des espaces boisés , de leur biodiversité et de l’ équilibre environnemental est essentielle pour notre notre bien-être et notre santé. La forêt, c’est aussi l’art noble du bois et des matériaux naturels.

    Mieux connaître la forêt pour mieux la respecter et la préserver, c’est ce que nous vous proposerons durant cette journée.

    Cet événement se déroulera le :

    dimanche 13 octobre de 10h à 17h au hameau de Wixhou , rue de Wixhou (entre la Chapelle et la Chataigneraie) à Visé/Argenteau.

    Nous joignons à la présente le programme complet de la journée.

    Au plaisir de vous rencontrer lors de cette journée.

    Arts et vie en forêt – 13/10/2019

     

    Horaire

    10h : Accueil

    10h30 : Bain de forêt–Story d’arbres - B. Charlier

    (max 12 pers.)

    11h : Balade nature (max 25 personnes)

    11h : Contes pour petits

    13h30 : Balade pieds nus (max. 15 pers.) – B. Charlier

    13h30 : Rencontre avec Steve, un artiste et son jardin secret – Art brut max : 15 personnes

    14h : Raconte nous dans les bois (max. 10 enfants accompagnés)

    14h30 : Balade découverte avec Ph. Gazon, cueilleur bucolique et cuisinier buissonnier - Petite promenade à la découverte des vertus culinaires et médicinales de la forêt

    15h : Rencontre avec Steve, un artiste et son jardin secret – Art brut - max : 15 personnes

    15h30 : Raconte nous dans les bois (max. 10 enfants accompagnés)

    Horaire de la journée :

    De 10h30 à 17h rue de Wixhou

    - expo d’artistes et d’artisans : tourneurs sur bois, Atelier 16 (objets et mobilier en bois de récupération), Guillaume Wood (luminaires et stylos en bois), vannerie, expo photos animalières (Serge Belleflamme), photos Brindilles (Aurore Houssier)

    - animation musicale dans les bois ( Auriel duo piano et handpan)

    - parcours d’artiste (impressions végétales)

    -agroforesterie (présentation/explication)

    - ateliers nature et instruments de musique,

    - maquillage

    - animation vidéo nature (Camera Etc…)

    - jeux en bois

    - présentation/vente de livres….

    (Communiqué)

  • Visé : création d'une commission consultative du commerce

    high_d-20120918-W5GZ7H.jpgLa Ville de Visé a décidé de mettre en place une commission consultative du Commerce qui remettra des avis au collège et au conseil communal visétois.
     
    « Cette commission sera chargée de réfléchir sur le développement commercial de la commune, de proposer des actions pour maintenir la dynamique et l’attractivité du centre-ville, d’instituer un dialogue avec l’ensemble des commerçants, de considérer les perspectives d’avenir du commerce de détail en lien avec l’évolution numérique et les nouveaux comportements d’achat et enfin d’étudier et d’aborder la thématique des circuits courts », précise l’échevin du Développement économique et du Commerce de la Ville de Visé, Ernur Colak.
    Les réunions de cette nouvelle commission consultative se tiendront au minimum trois fois par an. « Des consultants externes prendront part à certaines de ces réunions et apporteront leur expertise pour les matières concernées », ajoute Ernur Colak.
    Pour être membre de cette commission, vous devez être propriétaire ou gérant d’un commerce situé sur l’entité de Visé (Cheratte, Sarolay, Richelle, Lixhe, Lanaye, Loën et Visé). Les candidatures doivent être envoyées par courrier à l’ADL de Visé rue des Béguines, 7 à 4600 Visé ou par mail à adl@vise.be au plus tard pour le 8 octobre à midi. Vous devez mentionner le nom du commerce, l’adresse, le secteur, vos coordonnées personnelles (adresse e-mail, téléphone, GSM, numéro de TVA) et une brève motivation de votre candidature pour être membre de cette commission consultative. Les candidats seront désignés par le conseil communal de Visé.
    (Marc Gerardy)

  • Bernard Aussems va toucher 5 ans de jetons de présence auxquels il avait renoncé

    Le conseil communal prévu pour ce lundi risque de créer pas mal de remous à Visé. La raison ? Le conseil sera averti que son ancien président de CPAS, Bernard Aussems, est autorisé par la tutelle régionale à toucher pas moins de cinq ans de jetons de présence. Une somme qui s’élève à 7000 euros brut. Ces jetons, il aurait normalement dû les toucher pendant sa mandature, il en avait d’ailleurs légalement le droit.

    Mais à Visé, il est coutumier que les présidents de CPAS ne touchent pas leurs jetons de présence comme c’est le cas pour les autres conseillers communaux. Faisant désormais partie du collège communal, les présidents de CPAS touchent, comme les échevins, un traitement mensuel qui avoisine, à Visé, les 1800 euros net par mois. Pour éviter de cumuler ces deux rentrées d’argent, les présidents de CPAS renoncent à leurs jetons de présence de conseiller, pour ne toucher exclusivement que leur traitement.

     

    Mais en janvier dernier, Bernard Aussems crée la stupeur. L’élu Ensemble, parti apparenté cdH, réclame ces fameux jetons de présence qu’il avait pourtant décidé de ne pas toucher pendant sa mandature. Une décision qui n’a pas manqué de surprendre le collège communal emmené par le MR et le PS : « Nous sommes partagés », explique Viviane Dessart, bourgmestre de la commune. « À partir du moment où l’on renonce à ses jetons, ce n’est pas pour revenir en arrière une fois qu’on est plus dans la majorité. »

    Une des raisons avancées pour expliquer cette volte-face, résiderait dans le fait que son parti Ensemble a été éjecté de la majorité lors des dernières élections communales. Bernard Aussems, et son parti, se sont donc retrouvés dans l’opposition après avoir partagé le pouvoir avec le MR qui a, de son côté, négocié un nouveau pacte de majorité avec le PS. L’élu Ensemble avait dès lors perdu son traitement.

    « nourrir ma famille » »

    Côtés dates, cette explication pourrait se vérifier. En effet, Bernard Aussems a introduit une demande auprès de l’ancien collège communal entre la tenue des élections et l’installation du nouveau conseil. On pourrait donc croire qu’il a décidé de revenir sur sa décision en voyant les portes de l’opposition s’ouvrir à lui.

    Contacté par nos soins, l’intéressé réfute catégoriquement cette explication : « Lorsque je suis devenu président du CPAS, j’ai renoncé à un poste à temps plein dans l’enseignement. J’ai dû travailler à mi-temps. En plus de cela, j’ai dit à la ville que s’ils oubliaient de me verser les jetons de présence, je ne leur rappellerais pas. Je n’ai pas renoncé, j’ai juste fait en sorte de ne pas les toucher », explique Bernard Aussems. « Lorsque j’ai vu que je ne percevrais plus mon traitement, j’ai demandé que la ville me verse des jetons pour couvrir les mois de janvier et février. C’est le temps qu’il me fallait pour retrouver mon temps plein. Mais ça m’a été refusé par l’ancien collège communal qui ne m’a octroyé que l’année 2018. J’ai demandé la même chose au nouveau collège une fois celui-ci installé, et ça m’a également été refusé. Vu que j’y ai droit légalement et qu’on me refuse de me couvrir pendant deux mois alors que je n’ai rien fait pour toucher ces jetons pendant la mandature, j’ai décidé de demander la totalité de la somme ».

    Après le second refus, Bernard Aussems a envoyé un courrier à la Région wallonne, organe de tutelle. La désormais ancienne ministre des Pouvoirs locaux, Valérie de Bue, a finalement donné raison à l’élu visétois qui touchera donc bel et bien ses 7000 euros brut dans les mois à venir.

    STEFANO BARATTINI (La Meuse)

  • Élections 2019: les Visétois dans la peau d’un ministre (vidéo)

    Élections 2019: les Visétois dans la peau d’un ministre (vidéo)

    VIDÉO

    C’était au tour de Visé d’accueillir notre opération spéciale «
Moi, ministre...
» ce lundi matin. Malgré les faibles températures et un vent qui vous piquait les oreilles, ils ont tout de même été nombreux à accepter de jouer le jeu et donner leur avis!
    C’était au tour de Visé d’accueillir notre opération spéciale « Moi, ministre... » ce lundi matin. Malgré les faibles températures et un vent qui vous piquait les oreilles, ils ont tout de même été nombreux à accepter de jouer le jeu et donner leur avis! - Vincent Loren

    Le 26 mai prochain, chaque citoyen se rendra aux urnes en vue d’élire les nouveaux gouvernements régionaux, fédéraux et européens. Ce jour-là, c’est vous qui déciderez de nos futurs décisionnaires. En attendant, avec notre opération spéciale « Moi, ministre », les rédactions du groupe Sudpresse et de vos Meuse Liège/Basse-Meuse vous donnent l’occasion de vous glisser dans la peau de nos dirigeants.

     

     

    Ce lundi matin, c’est à Visé que nous nous sommes rendus, place Reine Astrid. Le temps d’un échange, vous avez accepté d’endosser ce costume et de tirer au sort une compétence qui vous a été attribuée. Environnement, mobilité, santé, fonction publique, sport, enseignement, affaires étrangères, économie… Toutes les matières y sont passées !

     

     

    En nº1, l’environnement

    Si, au départ, l’exercice a semblé difficile pour certains, autant le dire, après réflexion, il y avait toujours bien un changement qu’il vous tenait à cœur d’appliquer. Mais, au fil des discussions et des rencontres, s’il y a bien une thématique sur laquelle les citoyens interrogés revenaient quasi systématiquement, c’était celle de l’environnement.

     

     

    À l’heure où les marches pour le climat ont animé (et animent encore) nos actualités, l’écologie est une thématique qui semble vous tenir particulièrement à cœur. « Qu’on taxe davantage les multinationales hyper-pollueuses et qu’on trouve un moyen de récompenser les personnes attentives à leur consommation de déchets ou à leur émission de CO2, qu’on applique réellement un projet à long terme autour de la mobilité », peut-on résumer de nos échanges. « C’est ma priorité numéro 1 depuis toujours », nous disait aussi Joseph Bemelmans (63). « Tout se détruit autour de nous. Il y a aujourd’hui une belle évolution dans la mentalité de la population, et il est temps que les politiciens réagissent, qu’ils entendent les messages lancés ! »

     

     

    Deuxième thématique qui préoccupe sans conteste les citoyens : les pensions. Qu’il s’agisse de son âge d’application ou des montants perçus, voilà un sujet qui inquiète.

    Et enfin, parmi les jeunes interrogés, on s’est également aperçu que l’immigration était une matière qui les touchait particulièrement. « Nous avons la chance de grandir en Belgique. Beaucoup ne l’ont pas. Ils doivent vivre dans un pays en guerre et ne peuvent même pas aller à l’école. C’est notre devoir de les accueillir, chacun a droit à une vie décente. »

    Envie aussi de donner votre avis ? Prochain rendez-vous, le jeudi 16 mai, devant la Médiacité. On vous attend !

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    EMILIE DEPOORTER ET VICTORINE MICHEL

    «Trop de bla-bla, pas assez d’actions»

    LUNDI, MAI 6, 2019 - 18:33

     

    D’autres ont joué le jeu.

    Certaines personnes se sont montrées plus réticentes quant à notre opération « Moi, ministre ». Pourtant, elles ne manquaient pas de choses à dire… « Tout ce que je veux bien des ministres, ce sont leurs salaires », lance un homme. Alors qu’un autre enchaîne : « Ce sont des beaux parleurs qui ne tiennent pas leurs promesses ». « Et ils sont beaucoup trop », continue un troisième.

    Outre, de nombreuses personnes rencontrées ont l’impression qu’il y a trop peu d’actions concrètes. « Avant les élections, ils viennent nous trouver comme vous aujourd’hui. Ils nous demandent ce qu’on veut. Et une fois qu’ils sont élus, plus rien », raconte Éric. Animés par la rancœur, un sentiment de perte de confiance semble régner chez les citoyens. (Source : La Meuse d'hier)