Politique

  • Notre nouveau gouvernement

    80DA9670-EB20-4769-A731-3641F9FD9A09_4_5005_c.jpeg

    Les membres du nouveau gouvernement ont prêté serment tout-à-l'heure. En voici la composition, comme vous pouvez le constater il y a peu de changement :

    1. Sophie WILMES (MR): Première Ministre, chargée de Beliris et des Institutions culturelles fédérales

    2. Koen GEENS (CD&V): Vice-Premier Ministre et Ministre de la Justice, chargé de la Régie des bâtiments, et Ministre des Affaires européennes

    3. Alexander De Croo (Open Vld): Vice-Premier Ministre et Ministre des Finances, chargé de la Lutte contre la fraude fiscale, et Ministre de la Coopération au développement

    4. David Clarinval (MR): Vice-Premier Ministre et Ministre du Budget et de la Fonction publique, chargé de la Loterie nationale et de la Politique scientifique

    5. Pieter De Crem (CD&V): Ministre de la Sécurité et de l’Intérieur, chargé du Commerce extérieur

    6. Maggie De Block: Ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, et de l’Asile et la Migration

    7. Daniel Bacquelaine (MR): Ministre des Pensions

    8. Marie-Christine Marghem (MR): Ministre de l’Energie, de l’Environnement et du Développement durable

    9. François Bellot (MR): Ministre de la Mobilité, chargé de skeyes et de la Société nationale des chemins de fer belges

    10. Denis Ducarme (MR): Ministre des Classes moyennes, des Indépendants, des PME, de l’Agriculture, et de l’Intégration sociale, chargé des Grandes villes

    11. Philippe De Backer (Open Vld): Ministre de l’Agenda numérique, des Télécom-munications et de la Poste, chargé de la Simplification administrative, de la Lutte contre la fraude sociale, de la Protection de la vie privée et de la Mer du Nord

    12. Nathalie Muylle (CD&V): Ministre de l’Emploi, de l’Economie et des Consom-mateurs, chargée de la Lutte contre la pauvreté, de l’Egalité des chances et des Personnes handicapées

    13. Philippe Goffin (MR): Ministre des Affaires étrangères et de la Défense

  • Réinvestir dans les transports en commun pour des déplacements efficaces (Ecolo)

    39EA06BA-9ACB-4EC3-8F59-3EDF1A0D66E0.jpeg

    Ce 13 février, comme chaque année, les écologistes sont allés à la rencontre des usagers des transports en commun pour les remercier. « Plus que jamais, Ecolo s’engage à leurs côtés pour des transports en commun plus fréquents, plus de places assises, des horaires respectés, des informations en temps réel, des tarifs accessibles à tous, des gares et des arrêts bien entretenus », commente Martial MULLENDERS.

    Les embouteillages, la pollution de l'air, les nuisances sonores et les émissions de gaz à effet de serre sont autant de conséquences des limites de la logique du ‘tout à la voiture’ qui a trop longtemps prévalu. Pour Ecolo, il est urgent de repenser l’espace public et de placer les transports en commun au centre d’une mobilité modernisée, qui passe également par la préservation des petites gares et des points d’arrêt, et un service de qualité aux usagers grâce au personnel de guichet notamment. C’est en ce sens que les écologistes activent tous les leviers dont ils disposent, des communes à l’Europe, en passant par les Gouvernements régionaux dans lesquels ils sont présents. La multi-modalité et des transports en commun performants sont en effet le coeur d'une mobilité durable, flexible et ambitieuse.

    « Des transports en commun performants, ça veut dire moins d'embouteillages et un air moins pollué. Nous voulons refinancer tous nos transports en commun, pour qu’ils soient plus ponctuels, plus nombreux, plus confortables, plus rapides, plus fréquents,...! Nous voulons également un meilleur équilibre dans l’organisation de l’espace public, afin que tous les usagers puissent se déplacer efficacement et en sécurité. Notre utilisation actuelle de la voiture n’est plus viable, ni d’un point de vue environnemental, ni d’un point de vue pratique. Il convient de proposer aux citoyen.ne.s la meilleure alternative possible afin d’envisager ensemble un futur plus désirable et plus confortable » concluent les coprésidents d'Ecolo Rajae Marouane et Jean-Marc Nollet.

    (Communiqué)

     

  • Suite à la publication de l'étude d'impact sur l'accord UE-MERCOSUR, la FUGEA réagit

    53720062_2377077515658919_8190389431018979328_n.jpg

    Suite à la publication de l’étude d’impact, commanditée par les Verts européens, sur l’accord commercial entre l’Union européenne et le Mercosur, la FUGEA se devait de réagir.

    Les conclusions concernant le secteur agricole rejoignent les craintes déjà énoncées par la FUGEA :

     Renforcement d’échanges commerciaux inutiles concernant des produits que nous sommes en capacité de produire localement ;

     Mise en concurrence déloyale de notre agriculture avec des productions ne respectant pas les normes imposées à nos agriculteurs ;

     Risques sanitaires et remise en cause de la qualité de l’assiette des consommateurs ;

     Etc.

    Au-delà des menaces pesant sur nos agriculteurs et ceux des pays du Mercosur, l’étude souligne qu’un tel accord aurait un impact négatif d’un point de vue environnemental et climatique.

    Nous partageons la conclusion de l’euro-députée Saskia Bricmont : « La Commission doit revoir sa copie. L’accord UE-Mercosur n’est pas compatible avec le Green Deal. ». Nous la complétons en indiquant que cet accord est également un danger pour le maintien et le développement d’une agriculture durable.

    La FUGEA continuera à se mobiliser sur ce dossier dans l’intérêt de nos agriculteurs et de nos citoyens. Cette bataille ne pourra se faire sans le soutien de la société civile et du monde politique. Nous continuerons donc à collaborer avec ces acteurs. Lien vers l’étude : https://www.greens-efa.eu/