Santé

  • La coopérative «Les Petits Producteurs» ouvre un quatrième magasin à Visé

    Samedi prochain, le 14 novembre, la coopérative « Les Petits Producteurs » lance un nouvel appel public à épargne de 140 000€ pour financer l'installation de leur quatrième magasin, qui ouvrira ses portes à Visé le 28 novembre, et pour continuer à soutenir les petits producteurs et à mettre en place des filières d'alimentation locale.

    Des magasins de quartier pour retisser le lien entre producteurs et mangeurs

    Après avoir ouvert trois magasins à Liège depuis 2016, la coopérative inaugurera son quatrième magasin à Visé rue Haute n°34 le 28 novembre prochain. Un choix qui est encore et toujours celui du circuit-court puisque plusieurs producteurs qui fournissent la coopérative depuis ses débuts sont de la région: Joël Ruth (légumes) et Théo Jodogne (champignons) à Ében-Émael, Julien Vandeclee (légumes) à Houtain-Saint-Siméon et Pierre-Marie Laduron (fruits) à Warsage.

    Sur un terrain mis à disposition par la Ville de Liège à Sainte-Walburge, la coopérative a soutenu l’installation de deux producteurs. Leur production est écoulée dans les magasins de la coopérative où ils travaillent également comme vendeurs, ce qui leur permet d’améliorer leurs revenus. Après une phase d’évaluation, d’autres projets CREaFARM pourront être lancés grâce au financement citoyen.

    225EAF50-AE56-4BC8-AF6F-80C868D2C658.jpeg

    Développer des filières pour relocaliser notre alimentation

    « Depuis peu, la coopérative propose dans ses points de vente de la farine, du pain et des biscuits entièrement issus d'une filière 100% locale qu'ils ont mise en place avec leurs producteurs. Qualité, proximité et prix juste pour le producteur sont ainsi garantis du terrain jusqu'aux magasins », indique la coopérative.

    « À travers tous ses projets, la coopérative invite les citoyens et citoyennes à investir leur épargne dans l'économie locale plutôt que les banques, dans un projet qui a du sens, pour revaloriser celles et ceux qui produisent notre nourriture tout en rendant accessible à toutes et tous une alimentation bio et locale », conclut Pascal Hennen, le gérant.

    (Marc Gerardy pour Sudinfo)

     

  • Voici les communes liégeoises les plus touchées par le Covid cette semaine

    FC29A53E-3E88-4288-A65F-97066E0BDF6F.jpeg

    La situation dans les communes de l’arrondissement de Liège

    Nous avons classé les communes liégeoises selon le taux d’incidence, à savoir le nombre de personnes contaminées ces 14 derniers jours sur 100.000 habitants. Ce qui donne une meilleure idée de la propagation du virus proportionnellement à la population. Trois communes de la Basse-Meuse se trouvent aux trois premières places : Blegny, Juprelle et Visé.

    Les trois dernières places restent identiques à la semaine dernière. Les deux plus grosses villes de l’arrondissement, à savoir Liège et Seraing, sont toujours aux dernières places de ce triste classement avec, en ultime position, la commune de Comblain-au-Pont.

    Blegny : 510 cas (population : 13387, taux d’incidence : 3810)

    Juprelle : 340 cas (population : 9435, taux d’incidence : 3604)

    Visé : 623 cas (population : 17926, taux d’incidence : 3475)

    Trooz : 287 cas (population : 8297, taux d’incidence : 3459)

    Soumagne : 582 cas (population : 17040, taux d’incidence : 3415)

    Dalhem : 254 cas (population : 7517, taux d’incidence : 3379)

    Awans : 312 cas (population : 9243, taux d’incidence : 3376)

    Sprimont : 502 cas (population : 14909, taux d’incidence : 3367)

    Aywaille : 410 cas (population : 12394, taux d’incidence : 3308)

    Fléron : 541 cas (population : 16370, taux d’incidence : 3305)

    Neupré : 328 cas (population : 9977, taux d’incidence : 3288)

    Grâce-Hollogne : 746 cas (population : 22823, taux d’incidence : 3269)

    Flémalle : 854 cas (population : 26389, taux d’incidence : 3236)

    Herstal : 1291 cas (population : 40190, taux d’incidence : 3212)

    Ans : 911 cas (population : 28598, taux d’incidence : 3186)

    Saint-Nicolas : 766 cas (population : 24329, taux d’incidence : 3149)

    Esneux : 392 cas (population : 13015, taux d’incidence : 3012)

    Oupeye : 751 cas (population : 25444, taux d’incidence : 2952)

    Beyne-Heusay : 346 (population : 11891, taux d’incidence : 2910)

    Bassenge : 254 cas (population : 8931, taux d’incidence : 2844)

    Chaudfontaine : 592 cas (population : 20855, taux d’incidence : 2839)

    Seraing : 1707 cas (population : 64192, taux d’incidence : 2659)

    Liège : 5083 cas (population : 197217, taux d’incidence : 2577)

    Comblain-au-Pont : 108 cas (population : 5396, taux d’incidence : 2001)

  • L’arrêté ministériel avec les nouvelles mesures contre le coronavirus publié au Moniteur belge: voici les détails des règles qui prendront effet lundi

    3B67B0AD-7796-4E4B-8507-301054461528.jpeg

    Les mesures sanitaires annoncées par le Comité de concertation vendredi ont été publiées au Moniteur Belge dans un arrêté ministériel reprenant tous les détails liés à ces nouvelles règles.

    Comme on le sait, le télétravail est obligatoire à partir de demain / lundi « dans toutes les entreprises, associations et services pour tous les membres du personnel, sauf si cela est impossible en raison de la nature du poste ou de la continuité de la direction, des activités ou des services ». L’arrêté précise également que les entreprises doivent fournir aux salariés qui ne peuvent pas travailler à domicile « un certificat ou toute autre preuve confirmant la nécessité de leur présence sur le lieu de travail ».

     

    Ces mesures prendront effet ce lundi 2 novembre à minuit et pour une durée de six semaines, en principe jusqu’au 13 décembre.

     

     

    Les prestataires de services indépendants tels que les notaires, les syndicats et les avocats peuvent continuer à travailler. Les garages et les magasins de vélos peuvent rester ouverts pour les pannes, les réparations, l’entretien et le service après-vente.

    Une série de professions de contact doivent par contre fermer leurs portes, en ce compris les prestations de service à domicile : les instituts de beauté et de pédicure non-médicale, les salons de manucure, de massage, de coiffure et de barbiers, et les studios de tatouage et de piercing.

    Voici les magasins qui ne devront pas fermer demain :

    – Les magasins d’alimentation, y compris les magasins de nuit ;

    – Les magasins de produits de soins et d’hygiène ;

    – Les magasins d’aliments pour animaux de compagnie ;

    – Les pharmacies ;

    – Les marchands de journaux et les librairies ;

    – Les stations-service et fournisseurs de carburant ;

    – Les magasins de télécommunications, à l’exception des magasins qui ne vendent que des accessoires ;

    – Les magasins de matériel médical ;

    – Les boutiques de bricolage ;

    – Les jardineries et pépinières ;

    – Les fleuristes ;

    – Les grossistes destinés aux professionnels, mais uniquement au profit de ces derniers ;

    – Les magasins de détail spécialisés vendant des tissus pour vêtements ;

    – Les points de vente au détail spécialisés vendant du fil à tricoter, de la couture et de la mercerie ;

    – Les magasins de papeterie

     

     

    Les supermarchés et autres magasins essentiels qui pourront rester ouverts à partir de lundi ne pourront pas vendre des produits qui sont proposés dans d’autres magasins qui, eux, devront fermer leurs portes à la suite des mesures pour lutter contre l’épidémie de coronavirus. Il s’agit notamment de jouets, d’ustensiles de cuisine et de vêtements, détaille l’arrêté ministériel publié dimanche au Moniteur. Ces produits peuvent par contre y être livrés ou emportés après avoir été commandés.

    Outre ces trois catégories d’objets, on retrouve également les meubles, les meubles de jardin, les barbecues et les chauffages mobiles. Ou bien encore les articles de décoration – à l’exclusion des bougies –, de multimédia et d’électro, les chaussures, les accessoires télécom, les bijoux, les articles de cuir et de sport.

    Tous ces biens doivent être rendus inaccessibles au public dans les établissements ouverts. Ils peuvent par contre être livrés ou emportés après avoir été commandés, à l’image de ce qui sera possible pour les commerces non-essentiels qui devront fermer.

    Quant aux magasins de bricolage, ils peuvent uniquement vendre des matériaux pour réaliser des travaux dans la maison ou dans le jardin.

     

     

    Campings et parcs de vacances

    Les campings et les parcs de vacances et de bungalows doivent fermer à partir du mardi matin 3 novembre.

    Les hôtels et chambres d’hôtes peuvent rester ouverts, mais la nourriture est autorisée dans la chambre uniquement. Jusque-là, ils étaient autorisés à ouvrir leur restaurant pour les clients.

    (Source : Sudinfo)

  • Fermeture des commerces non-essentiels, extension du couvre-feu, lock-down: la Wallonie veut «des mesures plus fortes» à deux jours du Comité!

    « Nous estimons que des mesures plus fortes allant vers un confinement plus élargi doivent être prises dans les tous prochains jours », a-t-il ajouté en rappelant que la Wallonie a pris « ses responsabilités » en décidant déjà de mesures additionnelles par rapport aux annonces du comité de concertation vendredi dernier.

    « Dans un monde idéal, il eut été préférable de communiquer ensemble. Mais nous ne vivons pas dans un monde idéal et nous avons pris nos responsabilités », a ajouté le ministre-président wallon avant de quitter le parlement régional pour participer à une réunion avec le fédéral et les autres entités fédérées.

    Selon nos informations, le débat reste ouvert concernant le secteur de la culture. L’annonce de la fermeture des commerces non-essentiels et de l’extension du couvre-feu (actuellement de 22h à 6h) est également sur la table pour la Wallonie.

    Le lock-down, qui a toujours été rejeté, est désormais une possibilité. Le gouvernement wallon va donc, lors de la réunion virtuelle de ce midi sollicitée par le Premier ministre Alexander De Croo, essayer d’aller le plus loin possible. Elio Di Rupo partirait du principe que la situation est catastrophique. Il faut dès lors taper fort pour lutter contre le rebond du coronavirus dans notre pays.

    (Sudinfo avec Belga)