Santé

  • Rappel de produits chez Delhaize: des Dim Sum crevettes frites panées retirés des rayons

     

     

     

    En accord avec l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca), le produit est retiré de la vente. Les personnes allergiques aux mollusques ne doivent pas consommer ces dim sum et peuvent les ramener au point vente où elles les ont achetés. Les autres peuvent les consommer sans risque.

    Le produit, de la marque Delhaize, porte une date limite de consommation du 30 avril 2019 au 12 mai 2019. Les numéros de lots concernés sont 80920011, 80910011, 80900011, 80910111, 80700011, 80860011, 80850011, 80840011, 80920011, 80800011, 80830011, 80840011 et 80820011. Ils ont été vendus entre le 18 avril et le 29 avril 2019.

  • Colruyt et OKay rappellent des oeufs de la marque Boni

     

    Colruyt et OKay rappellent des oeufs de la marque Boni

    Les oeufs issus du fournisseur en cause ont été vendus entre le 29 mars et ce 30 avril. Les emballages concernés portent le code BE-3674 et les oeufs eux-mêmes sont identifiables grâce au code 1-BE1138-03.

    Ces produits ne risquent pas de causer «d’effet direct sur la santé publique», assure le groupe Colruyt. Il est néanmoins conseillé aux clients qui les ont achetés de ne pas les consommer et de les ramener dans leur magasin, où ils leur seront remboursés.

    Pour plus d’informations, les clients peuvent appeler le 02/345.23.45 ou contacter leur magasin.

  • Rappel de viande de bœuf chez Colruyt: 95 boucheries visées

    Procédure efficace.

    Procédure efficace. - ISOPIX

    « Une présence très faible d’E.Coli a été constatée le vendredi 26 avril et l’information a immédiatement été transmise à Colruyt, qui a jugé utile de retirer ces produits par mesure de précaution », souligne Viande de Liège. « Il est aussi important de rappeler que la cuisson annule tous les risques », ajoute Pascal François. Selon ce dernier, ce type de bactérie peut venir d’un acte d’abattage ou de l’animal lui-même.

    « Cela démontre que les investissements réalisés par Viande de Liège en vue d’une procédure de contrôle plus rigoureuse ont porté leurs fruits », estime le porte-parole. L’entreprise (ex-Derwa) avait risqué l’an dernier de perdre son agrément d’exploitation à cause de problèmes de gestion. Depuis, de l’argent avait été réinjecté, notamment dans le renforcement des procédures de contrôle. Du côté de l’abattoir de Liège, d’où provenait la viande concernée, on étudie l’origine du problème, selon son directeur, Tony Jolet. « Nous n’avons pas encore reçu la composition du lot en question, mais une analyse complémentaire sera réalisée et une formation également dispensée au personnel », l’origine de la bactérie pouvant être l’abattoir.

    Plusieurs causes possibles

    « Il y a plusieurs causes possibles : hygiène du personnel, erreur de manipulation », poursuit Tony Jolet. L’abattoir de Liège avertira aussi ses fournisseurs. « Le système de contrôle a effectivement très bien fonctionné et Colruyt a été averti très rapidement », confirme l’Afsca. Des inspecteurs de l’Afsca étaient présents lundi matin à l’abattoir de Liège. Plusieurs lots de produits à base de viande hachée et de viande de bœuf fraîche ont été rappelés samedi dans 95 boucheries de Colruyt en Belgique.

  • Une question sur la vaccination?

       

    thumbnail_2018_Logo_VaccinationInfo_BD.jpg

     


     
     

    Une question sur la vaccination ? 
    Un réflexe, www.vaccination-info.be

    Le nouveau site de référence belge francophone en matière de vaccination 

     

    Bruxelles, le 15 avril 2019 - Le 24 avril 2019, à l’occasion de la Semaine européenne de la vaccination, l’asbl Question Santé, en collaboration avec l’Agence pour une Vie de Qualité, l’Office de la Naissance et de l’Enfance et le Service public bruxellois francophone (Cocof), lance la nouvelle version du site de référence francophone en matière de vaccination.

    En janvier 2019, l’Organisation mondiale de la Santé pointait l’hésitation vaccinale comme l’une des 10 plus grandes menaces pour la santé de l’humanité. Cette menace trouve notamment un terrain propice sur internet et sur les réseaux sociaux, où des croyances et de multiples théories d’origines douteuses - pourtant maintes fois démenties par le monde scientifique - continuent de revenir sur le devant de la scène.

    La vaccination serait-elle victime de son succès ?

    Aujourd’hui, nombreux sont ceux qui se posent des questions quant à l’utilité de la vaccination : « Pourquoi vacciner contre des maladies qu’on ne voit plus ? Ne court-on pas plus de risques d’avoir des effets indésirables suite à une vaccination que d’être un jour confronté à la maladie et à ses conséquences ? »

    La généralisation de la vaccination a permis à la population de se protéger contre de nombreuses maladies en les éradiquant ou en diminuant fortement le nombre de cas rencontrés. Dès lors, n’étant plus - ou très peu - confronté à ces maladies et à leurs conséquences potentiellement graves, le public croit qu’elles ont disparu et se vaccine moins, ce qui permet à ces maladies de ressurgir. La recrudescence du nombre de cas de rougeole en est un très bon exemple. Entre janvier et mars 2019, on recensait 54 cas en Wallonie et 80 cas à Bruxelles1.

    Un site web belge francophone de référence

    Dans un contexte où circulent de multiples messages provenant de sources parfois peu crédibles, comment faire la part des choses entre les informations farfelues et celles scientifiquement validées ? Soucieux de fournir à la population des informations rigoureuses et scientifiques, exprimées dans un langage clair et compréhensible par le plus grand nombre, l’AVIQ, la Cocof et l’ONE se sont associés pour soutenir la création d’une nouvelle version du site www.vaccination-info.be.

    Les contenus proposés se basent sur :

    • les recommandations officielles de santé publique du Conseil Supérieur de la Santé ;

    • le Programme de vaccination de la Fédération Wallonie-Bruxelles ;

    • des avis scientifiques et publications reconnues.

    Ceux-ci ont fait l’objet d’une relecture scientifique par les institutions partenaires et ne répercutent pas d’informations basées sur des expériences ou opinions personnelles. Le site développe l’information suivant différents niveaux de lecture afin d’en favoriser l’accessibilité. D’abord succinctes, les informations sont ensuite complétées par des références et liens vers des documents scientifiques validés.

    Coordonné par l’asbl Question Santé et indépendant de tout intérêt commercial, le sitewww.vaccination-info.be poursuit l’ambition d’être la référence belge francophone en matière de vaccination. Il est destiné à tous ceux qui s’interrogent sur la vaccination et les vaccins et apporte des réponses aux questions les plus communément posées, telles que : « A quoi ça sert de se faire vacciner ? Mon enfant est enrhumé, peut-il se faire vacciner ? Pourquoi vacciner contre plusieurs maladies en même temps ? Pourquoi y a-t-il de l’aluminium dans les vaccins ? Le vaccin contre la rougeole, la rubéole et les oreillons cause-t-il l’autisme ? L’industrie pharmaceutique ne pousse-t-elle pas à ce que tout le monde se fasse vacciner ? ».

    On trouve également sur www.vaccination-info.be :

    • Des informations sur chaque maladie contre laquelle une vaccination existe : descriptif de la maladie, symptômes, vaccins recommandés, contre-indications...

    • Les aspects pratiques de la vaccination : qui vaccine ? Où se faire vacciner ? A quel moment de la vie se faire vacciner ? Les recommandations vaccinales suivant les contextes de vie (voyage, travail, fréquentation d’une collectivité, etc.)...

    • Un regard sur la vaccination au travers de ses grands principes, de son histoire ou encore du contexte institutionnel dans lequel elle s’imbrique.

    Aussi, les professionnels de santé, véritables relais en matière d’information autour de la vaccination, n’ont pas été oubliés dans cette démarche. En effet, ils recevront dès ce mois d’avril des affiches à diffuser dans leurs salles d’attente ainsi que des fiches informatives, qui renvoient vers le site de référence www.vaccination-info.be.   

     

     

     

    Chiffres non exhaustifs au 5 avril 2019. 68,52% en Wallonie et 80% à Bruxelles des suspicions de cas de rougeole ont été confirmées par un laboratoire. 11,11% en Wallonie et 6,25% à Bruxelles des suspicions sont des cas probables de rougeole, c’est-à-dire qu’ils présentent une clinique compatible à celle de la rougeole ainsi qu’un lien clairement établi avec une personne qui a présenté une rougeole avérée endéans la période d’incubation.

     

    Annexe : Aperçu du nouveau site vaccination-info.be


    A propos de Question Santé

    L’asbl Question Santé met en débat les enjeux individuels et collectifs de la santé et les traduit en projets et outils, accessibles à des publics variés. L’asbl Question Santé offre un service de référence en matière de communication en promotion de la santé et assure une expertise, des accompagnements méthodologiques et des ateliers de mise en pratique pour les professionnels qui désirent traduire leurs actions et outils en projets de communication. Question Santé réalise des outils méthodologiques, d’information et de sensibilisation à destination des professionnels et du grand public. Également active dans le champ de l’Education Permanente, l’asbl Question Santé met en débat les questions de société sur diverses thématiques liées aux déterminants de la santé. En résulte chaque année une série d’outils, déclinés en animations, véritables lieux de débat et de participation citoyenne.

    Plus d’informations sur les activités de l’asbl : http://www.questionsante.org


    A propos de l’Agence pour une Vie de Qualité

    Assurer la santé et le bien-être des Wallons : une compétence de l’AVIQ

    L’AVIQ est le service public compétent pour les questions relatives au bien-être et à la santé de tous en région wallonne. L’AVIQ a pour ambition de proposer à chaque Wallon des réponses adaptées à ses besoins en matière d’aide, d’accompagnement, de bien-être et de santé pour lui permettre de mener une vie de qualité, tout en simplifiant ses démarches et en veillant à l’amélioration constante de la qualité de ses services.

    L’Agence pour une Vie de Qualité assure de nombreuses missions pour accompagner les Wallons à chaque étape de leur vie : informations, écoute, conseils, travail en réseau, agréments, octrois de subsides, démarche « qualité » avec ses différents services : services conseil en aménagements, logements individuels ou collectifs, établissements d’hébergement, achat de matériel spécifique, formations professionnelles adaptées…

    Plus d’informations sur les missions de l’AVIQ : https://www.aviq.be


    A propos du Service public bruxellois francophone

    Le service de la Santé du Service public bruxellois francophone (SPFB-COCOF) est chargé de l’agrément et du suivi des services ambulatoires, et met œuvre la politique de Promotion de la santé à Bruxelles (hors PSE). Formalisée au sein du Plan stratégique de Promotion de la santé, cette matière est portée concrètement par des opérateurs (acteurs, réseaux et services piliers) financés pour des projets de trois à cinq ans. Leurs priorités d’action comprennent, entre autres : la promotion des environnements favorables en matière d’alimentation, d’activité physique, de consommation de tabac ou d’alcool ; la prévention des IST et la promotion de la santé sexuelle ; la réduction des risques en matière d’usage de drogues licites et illicites ; la promotion de la santé des personnes en situation de vulnérabilité, etc. Les opérateurs désignés doivent également contribuer aux programmes de médecine préventive du dispositif de promotion de la santé bruxellois : dépistages des cancers du sein et colorectal, dépistage de la tuberculose.

    Plus d’informations sur l’organisation, les acteurs et les enjeux de la promotion de la santé à Bruxelles, voir la rubrique bien-être et santé sur : https://www.spfb.brussels/.


    A propos de l’Office de la Naissance et de l’Enfance

    L'Office de la Naissance et de l'Enfance est l'organisme de référence de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour toutes les questions relatives à l'enfance. Cela concerne aussi bien l’organisation d’un accompagnement de l'enfant, dans et en relation avec son milieu familial et son environnement social, que celui de l'accueil de l'enfant en dehors de son milieu familial. L’ONE a également pour mission de mener des actions de soutien à la parentalité et de promotion de la santé, par le biais de l'organisation de consultations prénatales et pour enfants, de l’organisation des visites à domicile, et des services de promotion de la santé à l'école. Parallèlement aux missions de base d'accompagnement de l'enfant dans son environnement familial et d'accueil du jeune enfant, l'ONE développe des missions transversales communes à ses deux grands secteurs.

    En plus du soutien à la parentalité et l'information des parents, la promotion de la santé et l'éducation de celle-ci, il s’agit de la promotion de la formation continue des acteurs des politiques de l'enfance, la réalisation de recherches, l'évaluation des besoins et des expériences innovantes.

    Plus d’informations sur les missions de l’ONE : http://www.one.be

  • L'heure d'été mauvaise pour la santé : voici pourquoi

    Si le Parlement européen s’est récemment prononcé en faveur d’une suppression du changement d’heure saisonnier dans l’Union européenne à compter de 2021, nous n’en sommes pas encore là. La nuit de samedi à dimanche, la Belgique est donc passée dans le système de l’heure d’été. Une mauvaise habitude pour notre santé, selon les chronobiologistes et les médecins spécialistes.

    « Le plus sain, c’est clairement l’heure d’hiver. Quand on regarde le processus de l’horloge biologique, même si on peut l’adapter, elle nécessite un maximum d’exposition à la lumière qui se fait en début de journée » explique le docteur Mwenge, chef de Clinique à Saint-Luc et spécialiste en médecine du sommeil, auprès de nos confrères de la DH.

    « Se lever alors qu’il fait encore nuit, comme c’est souvent le cas en hiver, est plus difficile. Et ce décalage s’accentuerait encore si on adoptait l’heure d’été tout au long de l’année. Imaginez nos enfants qui doivent apprendre en hiver dans la pénombre à 10 h : l’impact sur la croissance et les performances cognitives sera énorme. Il y a aussi un impact sur l’humeur et la santé psychologique, il y a une logique certaine à garder l’heure d’hiver » détaille-t-il.

    Le constat est donc clair : opter pour l’heure d’été n’est ni bon pour notre horloge biologique, ni pour nos proches, qui doivent supporter… nos sautes d’humeur.