Transport

  • Des travaux sur l'autoroute entre Cheratte et Wandre (en direction de Liège)

     

    842F9374-0821-4BC4-B5B0-48F1CE8A83A4_1_105_c.jpeg

     

    Les congés d’été et leur baisse de trafic vont être mis à profit pour mener un chantier pendant deux semaines sur l’autoroute E25/A25 entre Cheratte et Wandre, uniquement en direction de Liège.

     

    Ces travaux permettront de procéder, en fonction du tronçon, à la réfection de la couche de roulement ou des couches supérieures du revêtement. Sur certaines zones, l’intervention sera localisée. 

    7C8B2ADF-5AE6-4E89-BD9C-6B91F991B6C6_4_5005_c.jpeg

     

    Pendant les travaux, la vitesse sera limitée à 70 km/h.

    Le chantier se découpera en deux phases :

     

    • Du lundi 10 août, 21h, au jeudi 13 août, 6h :

    les usagers circulant sur l’autoroute E25/A25 en direction de Liège devront emprunter l’ellipse de l’échangeur de Cheratte qui les ramènera directement sur l’autoroute.

     

    • Du lundi 17 août minuit, au jeudi 20 août, 6h :

    les usagers circulant sur l’autoroute E40/A3 depuis l’échangeur de Loncin et souhaitant se diriger sur l’E25/A25 en direction de Liège devront suivre une déviation mise en place dans l’échangeur de Cheratte.

     

    ***

     

    Ces travaux, financés par la SOFICO, seront réalisés en collaboration avec le partenaire technique de la SOFICO : le SPW Mobilité et Infrastructures.

  • T.E.C. : la ligne 78 s'arrête à Lanaye, la liaison avec Maastricht est suspendue

    17187620-A07F-43E9-9CB8-99DCD3525A9A.jpeg

    Lanaye | Limitation suites aux mesures COVID-19 | Ligne 78

    En raison des mesures prises par le Gouvernement Belge, les autobus seront déviés comme suit, à partir de ce vendredi 20 mars et ce, pour une durée indéterminée :

    Les arrêts au Pays-Bas seront supprimés.

    Les autobus seront limités au territoire Belge et le terminus s’effectuera à l’arrêt “LANAYE Eglise“.

    Les arrêts “LANAYE Rue du village 65“, “LANAYE Chapelle“, “LANAYE Bureau du Canal“, “PETIT-LANAYE Ecluse“, ““PETIT-LANAYE La Pompe“, “PETIT-LANAYE Chapelle“, “PETIT-LANAYE Douane“ seront reportés à l’arrêt “LANAYE Eglise“. (Communiqué)

  • Réinvestir dans les transports en commun pour des déplacements efficaces (Ecolo)

    39EA06BA-9ACB-4EC3-8F59-3EDF1A0D66E0.jpeg

    Ce 13 février, comme chaque année, les écologistes sont allés à la rencontre des usagers des transports en commun pour les remercier. « Plus que jamais, Ecolo s’engage à leurs côtés pour des transports en commun plus fréquents, plus de places assises, des horaires respectés, des informations en temps réel, des tarifs accessibles à tous, des gares et des arrêts bien entretenus », commente Martial MULLENDERS.

    Les embouteillages, la pollution de l'air, les nuisances sonores et les émissions de gaz à effet de serre sont autant de conséquences des limites de la logique du ‘tout à la voiture’ qui a trop longtemps prévalu. Pour Ecolo, il est urgent de repenser l’espace public et de placer les transports en commun au centre d’une mobilité modernisée, qui passe également par la préservation des petites gares et des points d’arrêt, et un service de qualité aux usagers grâce au personnel de guichet notamment. C’est en ce sens que les écologistes activent tous les leviers dont ils disposent, des communes à l’Europe, en passant par les Gouvernements régionaux dans lesquels ils sont présents. La multi-modalité et des transports en commun performants sont en effet le coeur d'une mobilité durable, flexible et ambitieuse.

    « Des transports en commun performants, ça veut dire moins d'embouteillages et un air moins pollué. Nous voulons refinancer tous nos transports en commun, pour qu’ils soient plus ponctuels, plus nombreux, plus confortables, plus rapides, plus fréquents,...! Nous voulons également un meilleur équilibre dans l’organisation de l’espace public, afin que tous les usagers puissent se déplacer efficacement et en sécurité. Notre utilisation actuelle de la voiture n’est plus viable, ni d’un point de vue environnemental, ni d’un point de vue pratique. Il convient de proposer aux citoyen.ne.s la meilleure alternative possible afin d’envisager ensemble un futur plus désirable et plus confortable » concluent les coprésidents d'Ecolo Rajae Marouane et Jean-Marc Nollet.

    (Communiqué)

     

  • Hermalle : Weerts au Trilogiport, les travaux ont commencé

    2020 devrait être une année charnière pour le Trilogiport. Alors qu'il peinait à décoller depuis son inauguration en novembre 2015, une nouvelle importante est tombée, en mai dernier, pour la plateforme multimodale. La société Weerts venait de signer une concession pour pouvoir occuper un cinquième du Trilogiport, soit 20 hectares. C'est la division Weerts Supply Chain, spécialisée dans la transformation et la logistique, qui s'y installera.

    Elle compte ainsi construire deux méga entrepôts pour développer des activités de manutention et de déchargement de conteneurs en vrac. Le premier des entrepôts, réfrigéré, aura une superficie de 20.600 m². Quant au second, conventionnel, il aura une superficie totale de 67.400 m². Le tout accompagné par des voiries d'accès et une végétalisation importante des lieux, pour un investissement avoisinant les 50 millions d'euros. Les travaux se dérouleraient en deux phases, pour se terminer au plus tard en 2022. Car en mai dernier, en annonçant sa venue, Weerts souhaitait également que les choses aient vite et pouvoir démarrer ses activités au Trilogiport près d'un an plus tard.

    Deux mois de retard sur le planning

    Au final, on ne sera pas loin du compte même si un retard de deux à trois mois est à noter. La demande de permis n'a en effet pas pu se faire au mois de juin, comme espéré. Et c'est donc finalement fin août, avec deux mois de retard sur le planning envisagé, que l'enquête publique s'est terminée. Et au lieu de recevoir son permis au mois de septembre et de pouvoir lancer les travaux dans la foulée, Weerts a reçu son permis voici seulement un mois. Néanmoins, dans l'attente de ce précieux sésame, la société a pu démarrer les travaux de terrassement dans le courant du mois d'octobre, limitant ainsi le retard. « Les travaux de construction démarreront dès la fin des terrassements, au début de l'année prochaine. Sauf, évidemment, si les conditions climatiques ne le permettent pas, nous confirme-t-on chez Weerts.

    L'entrepôt réfrigéré de 20.600 m² devrait ainsi être terminé dans le courant de l'automne 2020. Quant à l'entrepôt conventionnel, seule une première partie, soit près de 35.000 m², sera construite. Elle devrait être terminée pour le début du second semestre 2020. Quant à la superficie restante, elle fera l'objet d'une seconde phase de travaux, dans le courant 2021 ou 2022. Avec cette venue, ce sont 400 emplois qui devraient être créés d'ici trois ans. L'entreprise engagera principalement des ouvriers, des clarckistes et des employés.

    AURÉLIE DRION

  • Les cars Léonard vont rouler pour le TEC en Basse-Meuse

    Les cars Léonard vont rouler pour le TEC. Ce 1er août, l’entreprise, célèbre dans les voyages en autocar, a présenté sa toute nouvelle flotte. Huit bus articulés et douze bus standards pour un montant total de 4,5 millions d’euros !

    Un investissement conséquent pour l’entreprise qui, depuis quelques jours, assure huit lignes TEC. Une collaboration inédite qui lui permet d’agrandir un peu plus son offre : « C’est une première pour nous. Avec cette nouvelle collaboration nous voulions diversifier encore un peu plus notre offre et services. Notre activité voyage fonctionne bien et reste stable. Il était temps pour nous d’essayer quelque chose de nouveaux. Mais toujours avec la même qualité », explique Jean-François Defour, directeur général de l’entreprise.

    Le contrat qui lie désormais le TEC avec les Voyages Léonard prévoit huit années de collaboration, plus deux ans supplémentaires. Auparavant, c’était l’entreprise TCM qui gérait ces lignes. Pour des raisons de règlement, ces huit lignes ont dû faire l’objet d’un marché public. Et c’est « Voyages Léonard » qui l’a remporté.

    « Des nouveaux bus »

    Côté clientèle, ce changement ne devrait pas bouleverser leur quotidien. Ces nouveaux véhicules resteront des bus TEC, avec les tarifs pratiqués par le TEC. Rien ne changera.

    Seule différence, ces bus, ainsi que son personnel, seront maintenant gérés par l’entreprise privée : « C’est une manière pour nous de ne pas rouler à vide pour rejoindre des points de débarquement plus petits », explique Carine Zanella, porte-parole du TEC Liège-Verviers.

    De plus, les navetteurs pourront profiter de toutes nouvelles installations : « Nous voulions commencer avec du tout nouveau matériel. Nous avons dû également agrandir notre dépôt de Barchon. C’est un moment important pour l’entreprise. Nous ne voulions pas commencer avec des bus d’occasion. Ces véhicules respecteront les normes en matière de dépense d’énergie et de pollution. Et chose importante, ils ont tous la climatisation… »

    Dans les lignes concernées, on retrouve la ligne 78 qui relie Liège à Maastricht en passant par Visé. La 101 qui relie Glons à Emael. La 134 vers Glons.

    Mais aussi la ligne 139 qui permet aux Visétois de se rendre à Welkenraedt. La 140 entre Liège et Visé. La 173 qui relie Slins et Visé. La 240 Liège-Visé en passant par Hermalle. Et enfin, la 439. (La Meuse)